BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

30.05.21 | Elles ont pris rendez-vous

Le Brest Bretagne Handball est tombé ce dimanche sur plus fort que lui en finale de la Ligue des Champions. Face à Vipers, les Rebelles ont couru pendant 60 minutes derrière leurs adversaires emmenées par le duo Reistad – Lunde (34-28). Sans doute émoussées par leur fantastique victoire la veille face à Gyor, elles n’ont rien pu faire face au jeu chatoyant et extrêmement efficace des Norvégiennes. Malgré cette dernière marche trop haute, le BBH signe une saison en tous points remarquables avec deux titres nationaux et le statut de vice-champion d’Europe. Une performance incroyable.

Il y avait un contraste ce dimanche à la Papp Laszlo Arena entre les Hongroises de Gyor, sorties tout sourire de leur petite finale après leur succès face au CSKA Moscou, et des Brestoises la mine triste, la larme au coin de l’œil et le regard dans le vide. Pourtant, il ne faut pas s’y tromper, c’est bien le BBH qui ce soir est vice-champion d’Europe et a offert pour la première fois à la France une médaille d’argent dans la plus belle des compétitions. Perdre une finale, c’est déjà arrivé à toutes ces grandes championnes durant leur carrière, elles ont toujours réussi à s’en relever et le feront à coup sûr encore une fois. Mais trébucher sur la dernière marche lors de l’ultime épisode de la saison, quitter le club ou dire au revoir à ses coéquipières ne rendent pas l’instant des plus joyeux. Et pourtant… Titrées deux fois en France quelques jours auparavant et auteures d’un retentissant exploit en demi-finale, les Rebelles peuvent sortir de cette saison la tête haute.

À 60 minutes d’un triplé historique, les Brestoises ont dû poser les deux genoux à terre face à un adversaire sûr de sa force et qui a décroché là son premier titre continental. « C’était très dur de gagner aujourd’hui contre Vipers, reconnaissait ainsi Laurent Bezeau. On avait utilisé beaucoup d’énergie pour battre Gyor et on a eu du mal à en trouver pour gagner. Je suis vraiment très fier de mes joueuses qui ont tout donné durant la saison ». Le Brest Bretagne Handball pourra regretter d’être tombé sur une formation comme Vipers à un moment où elle était aussi forte, sûre de son fait et bâtie autour de vrais talents (Reistad) ou d’expérience (Loke, Lunde…). « C’était un match de haut niveau face à Brest qui avait été impressionnant en Ligue des Champions et en France, reconnaissait l’entraîneur norvégien Ole Gustav Gjekstad. On a eu pas mal de problèmes cette saison, avec beaucoup de voyages (à cause du Covid) alors être ici avec la victoire, c’est fantastique »

Avec un jeu très propre, une pleine détermination et une grosse vitesse d’exécution, Vipers a d’abord envoyé un sévère avertissement aux Rebelles (4-9, 10e) puis remis un coup après le retour du BBH (11-11, 17e ; 12-17, 26e) avant de clore les débats au retour des vestiaires (16-23, 37e). À la base de ces accélérations meurtrières, la mythique Katrine Lunde dans les cages (41 ans) et l’étoile montante Henny Reistad (22 ans), élue MVP d’un Final 4 qu’elle a survolé. Des arrêts décisifs d’un côté, des fulgurances de l’autre, les deux Norvégiennes ont donné le ton et fait dépasser leur tête d’un collectif bien huilé. Manquant sans doute de cannes et ayant abandonné beaucoup d’influx la veille pour terrasser Gyor, les Brestoises n’ont jamais eu leur chance. « Oui, on a manqué d’énergie mais on aurait dû la trouver, regrettait Ana Gros, meilleure marqueuse de la compétition et qui rejoindra le CSKA Moscou cet été. On n’a pas été assez agressives, on les a laissées tirer facilement sur nous. Ce n’était pas vraiment notre jour. On a essayé jusqu’au bout mais aujourd’hui ce n’était pas suffisant. On n’a pas joué à notre meilleur niveau mais tu dois savoir le faire quand tu es en finale. J’aurais voulu terminer mon histoire avec la France et Brest sur un titre en Ligue des Champions mais je suis fière de ce parcours qu’on a effectué ».

En effet, avec une Coupe de France et un titre en Ligue Butagaz Énergie, le BBH a réalisé la meilleure saison de sa jeune histoire et aura aussi beaucoup appris avec ce chemin tracé en Ligue des Champions. Vice-championnes d’Europe, ce n’est pas rien et c’est à une formation accélérée qu’on eu droit les Rebelles dans la plus belle des compétitions. Comme chaque fin de saison, les adieux auront bien lieu dans quelques heures, après un retour en France pour célébrer la fin d’un superbe exercice, mais les Bella Gulldén, Ana Gros, Amandine Tissier, Laurène Catani ou encore Nami Fofana ont bien gravé leur nom sur ce formidable parcours. Au même titre qu’un Laurent Bezeau au bout de son aventure avec le BBH qu’il aura mené à beaucoup de titres. Une saison fantastique, n’est-ce pas le meilleur moyen de terminer un cycle ?

BREST – VIPERS : 28-34 (14-18)
BREST : Darleux (g.), Toft (g.), Mauny, Toublanc (2), Tissier, Gros (8), Kobylinska (1), Gulldén (5), Lassource (1), Niakaté (1), Catani, Pop-Lazic (2), Foppa (3), Jaukovic (3), Loseth, Coatanéa (2). Entraîneur : L Bezeau.
VIPERS : Lunde (g.), Eriksson (g.), Pedersen, Arntzen (4), Aune, Mork (2), Jonassen (2), Sulland, Andenaes, Dahl (3), Tomac (1), Yttereng, Reistad (12), Andersen, Knedlikova (6), Loke (4). Entraîneur : O.G. Gjekstad.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)