BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

28.01.20 | Allan Heine : « Si les gens ont peur de nous, c’est parfait »

C’est un vrai choc qui s’annonce ce mercredi à l’Arena pour le leader brestois qui accueille Nantes, troisième. Le NAHB réalise une très belle saison sous la direction de son coach danois Allan Heine et pourrait créer quelques surprises d’ici la fin du championnat. C’est d’ailleurs dans la salle nantaise que le BBH avait perdu son premier point, au mois d’octobre, en concédant un match nul. Depuis, les Ligériennes ont confirmé qu’il allait falloir compter sur elles. On fait le point avec le coach de cette équipe.

« Mis à part le faux pas à Paris il y a quelques jours, Nantes semble tenir une bonne forme en ce moment…
- C’est difficile de dire si on est en bonne forme ou pas. C’est le cas physiquement mais la manière dont on joue au handball peut être encore meilleure parce qu’en ce moment, on n’est pas à notre top. On doit retrouver cela pour cette semaine avec des matches contre Brest et Besançon.

- Avez-vous conscience d’être un peu l’équipe qui fait peur à tout le monde en ce moment ?
- Si les gens ont peur de nous, c’est parfait mais j’ai un immense respect pour toutes les équipes de la Ligue. Il y a beaucoup de forts concurrents avec de très bonnes joueuses. La question est : comment tirer le meilleur de chacune de mes filles ? C’est en tout cas ce qu’on essaye de faire à chaque match et si tout va bien, on va devenir meilleurs au fur et à mesure.


- Ce sera probablement compliqué pour Nantes de décrocher l’une des deux premières places à la fin de la saison régulière mais la formule de play-offs doit sûrement vous rendre optimiste…
- Oui, c’est vrai. Il semble qu’il y ait quatre équipes qui sont Besançon, Fleury, Paris et nous qui vont terminer probablement de la 3e à la 6e place. Ces quatre clubs vont tenter d’atteindre les demi-finales et c’est assez ouvert. On a une bonne équipe mais Metz et Brest sont bien au-dessus des autres sur la longueur du championnat. Aujourd’hui en tout cas, mon seul objectif, c’est le match contre Brest et je pense que sur ce coup, on a une chance de créer une belle surprise. On va mettre toute notre énergie pour décrocher la victoire.

- Parlons un peu de vous maintenant, vous allez quitter Nantes à la fin de la saison. Cela vous rend triste ?
- Bien sûr oui parce que j’apprécie vraiment d’être coach en France dans l’une des meilleures équipes du championnat. J’aime les gens ici, l’ambiance, l’atmosphère et le pays mais ce n’est pas toujours facile d’être éloigné de sa femme et de ses trois enfants. Donc j’ai besoin de retourner au Danemark et d’essayer de trouver un autre job là-bas.


- Est-ce que cette expérience vous aura apporté ce que vous espériez en arrivant ?
- Oui, vraiment. Je pense que maintenant j’ai beaucoup plus d’expérience en tant que coach de haut niveau. Je suis vraiment content d’avoir franchi ce cap et saisi la chance de venir à Nantes exercer mon métier.

- Une nouvelle aventure à l’étranger pourrait vous tenter à nouveau à l’avenir ?
- Peut-être que plus tard dans ma carrière je reviendrai, oui. Pour le moment, je dois retourner dans mon pays mais dans cinq ou dix ans, ça pourrait se faire, on ne sait jamais.

- Revenons un peu au handball… Vous avez été la première équipe à prendre un point à Brest, c’était au mois d’octobre. Quels souvenirs gardez-vous de cette rencontre ?
- Je me rappelle qu’on avait pris beaucoup d’initiatives en défense et qu’on avait réussi à perturber l’attaque brestoise. Tactiquement, on avait eu une longueur d’avance ce jour-là. On aurait pu gagner mais Brest aussi. J’espère qu’on pourra conserver le contrôle tactique à Brest, nous essaierons en tout cas. Mais si tu veux battre le BBH, tu dois jouer à ton meilleur niveau, c’est certain.

- Qu’est-ce que cette formation du BBH vous inspire ?
- C’est une équipe de classe mondiale. Brest est d’ailleurs mon favori pour remporter le titre cette saison. C’est une groupe qui a déjà fait de très belles choses et on voit qu’un équilibre a été trouvé, avec en plus une très forte gardienne. J’ai un immense respect pour le travail qu’a effectué Laurent Bezeau cette saison.

- Peut-on résumer le match contre Brest à : « si vous voulez avoir une chance de rattraper cette équipe, vous devez la battre ? » 
- Oui bien sûr. Mais on ne doit pas seulement remporter cette rencontre, on devra aussi le faire avec les suivantes (sourire). Si je pouvais gagner un seul match durant la semaine, je choisirais d’ailleurs celui à Besançon. Mais on joue Brest d’abord donc on fera tout notre possible pour y vaincre. Le BBH va peut-être encore perdre quelques points d’ici la fin mais cette équipe est si forte et a tellement de possibilités de rotations… Je ne pense pas vraiment pouvoir récupérer la deuxième place. Metz et Brest sont à un niveau supérieur à nous mais ce serait sympa si on pouvait rivaliser un peu ».


(crédit photos : Surf'Up Prod)