BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

24.01.17 | Maud-Eva Copy : « Ne rien relâcher, rester mobilisées »

À peine revenu de Hongrie, le Brest Bretagne Handball repart pour un nouveau défi. Direction Orléans pour y affronter Fleury dans le cadre de la 10e journée de LFH (mercredi, 20 heures). Les Brestoises ont pour le moment bien négocié le terrible mois de janvier (4 victoires et un nul) mais ne doivent pas relâcher la pression car les échéances sont toutes importantes. Face à Fleury, il faudra se remettre en mode championnat afin de bien boucler la phase aller et maintenir une dynamique positive. Pour Maud-Eva Copy, auteure du but de l’égalisation dimanche à Fehervar, à 12 secondes du buzzer, la priorité est que les filles restent mobilisées.

« Maud-Eva, on revient juste un instant sur ton but décisif pour arracher l’égalisation dimanche à Fehervar…
- On avait pris un temps mort et Laurent nous avait demandé de surtout bien défendre pour ne pas prendre un écart de -2. Steph (Ntsama Akoa) a ensuite super bien joué le coup et nous a permis de récupérer la balle. Marion m’a transmis le ballon et je suis partie en contre-attaque. Je me suis dit qu’il fallait que j’attende pour tirer afin de voir ce que la gardienne allait faire et agir en conséquence.

- As-tu conscience que ce but pourrait peser lourd en vue d’une qualification ?
- On a pu faire match nul mais ça ne servira à rien si on n’assure pas la victoire dimanche prochain à la maison. Ce n’est en tout cas pas une défaite et vu le scénario, c’est presque une victoire pour nous !

- Es-tu surprise de voir le BBH rivaliser ou dominer les équipes européennes que vous avez rencontrées ?
- La coupe EHF, c’était nouveau pour nous et on ne savait pas trop à quoi s’attendre ni le niveau qu’on avait par rapport aux autres. Au fur et à mesure, on a des réponses et on se construit. À Fehervar, même s’il y a beaucoup de choses à travailler encore, on est contentes de n’avoir rien lâché. Parvenir à égaliser nous a fait beaucoup de bien. C’était quand même mal parti pour ça.

- Et dès mercredi, un nouveau match se profile à Fleury…
- C’est vrai que ça enchaîne. Ce qui est dur, ce sont surtout les déplacements. On a passé la journée de lundi dans les transports et entre les deux rencontres, on a juste pu faire une petite récup’ et une séance. Il ne faut donc rien relâcher et rester mobilisées. Pour Fleury, on a la chance de faire le voyage en avion privé. C’est top et ça nous a notamment permis de revenir chez nous entre les deux matches et de ne prendre qu’un jour pour le déplacement. C’est tout bénéfice pour la récupération en vue du match de dimanche qui arrive.

- Face à Fleury, comment penses-tu que ça va se passer ?
- Je pense que ça dépendra beaucoup de nous, c’est-à-dire qu’il faut qu’on reste sur ce qu’on est capables de faire et fixer notre jeu pour pouvoir nous appuyer dessus.

- Est-ce compliqué de changer de compétition tous les trois jours ?
- Pas trop dans la mesure où on a juste l’objectif de la gagne sur chaque rencontre donc on peut vraiment prendre les matches les uns après les autres, ça ne pose pas de problèmes. On veut simplement mettre tous les moyens en œuvre pour faire déjouer l’adversaire et remporter la rencontre, en gérant bien sûr également la fatigue ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)