BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

23.09.16 | Gaëlle Le Hir : « Encore loin de ce qu’on veut faire »

Battues à domicile pour le premier match de LFH après 19 mois d’invincibilité, les Brestoises ont voulu prendre le bon côté de cette défaite qui les incite forcément à la poursuite du travail. Gaëlle Le Hir en est convaincue : ce groupe a encore une belle marge de progression s’il se donne les moyens de l’atteindre. Après la superbe saison dernière, elle est en tout cas complètement passée à autre chose et prévient que ce championnat de LFH ne ressemblera en rien à celle de Division 2.

« Gaëlle, comment le groupe a ressenti cette première défaite contre Nice ?
- Ce n’était pas une catastrophe, c’était davantage frustrant parce qu’on n’est pas passées loin. Ça ne fait jamais plaisir de perdre quand on a gagné toute une saison avant mais on n’a pas dit non plus qu’on voulait finir le championnat invaincues. C’est dommage que ce soit arrivé devant notre public mais c’est aussi peut-être bon pour se remettre au travail et se rendre compte qu’on est encore loin de ce qu’on veut faire. Chez nos supporters, je n’ai pas ressenti trop de déception, ils nous ont en tout cas encouragées jusqu’au bout.

- Quelle est votre marge de progression ?
- Je pense qu’on en a beaucoup. Individuellement, on n’est pas encore au top, les filles qui reviennent des Jeux Olympiques n’ont pas non plus pu récupérer complètement et la conséquence de tout ça, c’est que collectivement, on n’est pas au niveau de ce qu’on peut faire. On doit être à 60% de nos possibilités, on dispose donc d’une belle marge et le format du championnat nous permet de l’avoir.

- Le plus dur n’est-il pas finalement de repartir à zéro après une saison si parfaite ?
- Non parce qu’on est complètement passées à autre chose. On sait que, contrairement à l’année dernière, où c’était assez facile avec juste quelques échéances très importantes, on peut cette fois passer de la joie à la déception chaque week-end. On est préparées à ça.

- Personnellement, tu as été embêtée par une blessure pendant la préparation…
- … comme tous les ans ! L’année dernière, je me suis fait la cheville au même moment donc je pense que je vais tout simplement arrêter les préparations et commencer deux semaines avant le championnat (rires). Maintenant, c’est rentré dans l’ordre, j’ai pu récupérer et physiquement je me sens bien.

- À ton avis, sur quel point fort va pouvoir s’appuyer l’équipe cette saison ?
- Je pense que ça peut être notre défense, notre faculté à faire bloc. Mais là encore, il nous manque quelques affinités. Je suis en tout cas convaincue que la défense et la montée de balle peuvent être de gros atouts pour nous.

- Parlons Coupe d’Europe. Le Brest Bretagne Handball a passé le premier écueil en éliminant les Portugaises de Madère. Comment voulez-vous aborder la suite de cette compétition ?
- En prenant les matches les uns après les autres, tout simplement. On a passé Madère qui était une belle petite équipe. Maintenant, les Russes de Volgograd constitueront certainement une marche bien plus haute pour nous. Ça va nous permettre de voir où on en est et si on peut aller encore plus loin, on le fera avec plaisir.

- Dijon arrive à l’Arena pour la 3e journée de LFH. Comment juges-tu cette équipe ?
- C’est toujours presque une surprise parce que les Dijonnaises sont annoncées tous les ans en bas du classement et on voit que c’est une formation qui se bat. Il n’y a pas forcément de grosses individualités dans l’effectif mais les filles se donnent toujours à fond. C’est une équipe surprenante qui a déjà battu Chambray et fait match nul contre Besançon cette saison. Il nous faudra de la force collective si on veut gagner ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)