BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

20.11.21 | Sortie de route

Plombé par sa deuxième période, le Brest Bretagne Handball a laissé échapper le match à Podgorica et subi sa quatrième défaite de la saison en Ligue des Champions (30-28). Alors qu’elles avaient plutôt bien maîtrisé les trois quarts de la partie, les Rebelles ont totalement bloqué dans la dernière ligne droite et peuvent ainsi nourrir des regrets. Avant la trêve internationale, elles terminent avec un bilan équilibré de quatre victoires et quatre défaites. Rendez-vous en janvier !

La contre-attaque de Kali Niakaté qui donnait trois longueurs d’avance au BBH à l’entame du dernier quart d’heure ne pouvait pas laisser deviner la suite beaucoup plus triste. La première période assez bien contrôlée des Brestoises non plus. Il aura donc manqué quinze minutes aux Rebelles ce samedi dans les Balkans pour boucler 2021 par une victoire et basculer vers la suite avec un bilan positif. L’impression d’avoir raté le coche était prédominante dans les rangs bretons à l’issue de la partie et les questions sans doute nombreuses. Buducnost, qui avait déjà beaucoup fait suer la Brest Arena le week-end dernier a donc remis ça, avec une issue plus heureuse cette fois. « Je voulais qu’on finisse bien cette première partie de saison et on l’a fait de la pire des manières parce que maintenant beaucoup de filles vont partir en sélection, ruminait Helene Fauske, à l’aise offensivement à Podgorica. La deuxième période a été très dure, on ne marquait pas et on n’était pas assez tranchantes en défense. Comme on ne gagnait pas un duel, ce n’était pas possible d’avoir la victoire. La fatigue n’est surtout pas une excuse, on savait ce qu’elles allaient faire et on n’a pas réussi à les stopper ».

Les Monténégrines, sans grande surprise, se sont ainsi appuyées sur la diabolique Pletikosic (12 buts), intenable sur le front de l’attaque après le repos et intraitable sur les nombreux jets de 7 mètres obtenus par ses coéquipières. Une recette connue qui a pourtant complètement déréglé un ensemble brestois soudainement impuissant en défense et muet de l’autre côté du terrain. « Pletikosic a fait ce qu’on savait d’elle et elle a été déterminante, confirmait Pablo Morel. On avait conscience que c’était leur arme principale en attaque avec soit des débordements, soit une bonne relation avec la pivot. À côté de ça, Buducnost a réussi après la mi-temps à installer son rythme, à nous faire douter, à défendre très fort et à prendre le temps en attaque ». Il a souvent en effet été question de tempo durant la rencontre et les intentions monténégrines n’étaient pas vraiment secrètes. Alors que le BBH avait su faire la différence une semaine auparavant quand il avait pu accélérer, le mot d’ordre côté Buducnost était bien évidemment de limiter le plus possible les attaques rapides brestoises. « Elles ont gagné ce combat du rythme et de l’agressivité et c’est très frustrant parce qu’au fur et à mesure, on a senti le match nous échapper sans pouvoir réagir plus que cela, lâchait Pablo Morel. C’est un revers très difficile à avaler parce que j’ai l’impression que la première période était plutôt bien maîtrisée et que sans quelques tirs loupés, on aurait pu être encore mieux à la pause (13-16, 30e). On n’aurait peut-être pas tué la rencontre mais on aurait eu un matelas plus confortable ».

Une avance qui ne sera finalement jamais montée au-delà des quatre unités et que les Monténégrines avaient déjà rattrapée à vingt minutes du terme grâce à une grosse force de caractère. Bojana Popovic, la coach de Buducnost ne s’y trompait d’ailleurs pas au moment de saluer ses jeunes troupes : « Je ne sais pas quoi dire, je suis si heureuse. Les filles ont donné tout ce qu’elles pouvaient et y ont cru jusqu’au bout. Elles grandissent, elles apprennent tellement de choses. Les dix dernières minutes vont leur enseigner énormément sur la manière de gagner ce genre de match difficile ». Il y aura aussi pas mal d’éléments à retirer de cette défaite pour Pablo Morel et ses filles pour qu’une mésaventure comme celle-là ne leur arrive pas à nouveau dans les prochains mois. « À partir du moment où on aura la capacité à se remettre en question et à tirer les bonnes leçons, on grandira forcément, expliquait-il. On doit essayer de comprendre pourquoi on s’est délités comme cela au fil des minutes ».

Ce travail ne pourra pas se faire en équipe, du moins pour le moment, car c’est l’heure du grand départ en sélection pour de nombreuses Rebelles qui ne retrouveront l’Arena qu’à la fin décembre. « On aura peu de temps pour le faire après la trêve également et c’est une période forcément difficile parce qu’on aurait aimé pouvoir débriefer cela ensemble », ajoutait Pablo Morel qui à l’heure de faire un premier bilan se montrait à chaud mitigé : « C’est compliqué de dire qu’on est satisfaits juste après cette défaite. Avec un peu de recul, on se rendra compte qu’on a trébuché sur des rencontres importantes comme Dortmund et Buducnost. D’un autre côté, on se souviendra aussi des belles performances contre Esbjerg ou Bucarest ». On retiendra plus volontiers la deuxième partie de sa phrase avant de se projeter vers un mois de janvier qui permettra également davantage aux Rebelles d’évoluer à l’Arena. Et ça, ça n’a pas de prix.


BUDUCNOST PODGORICA – BREST BRETAGNE HANDBALL :  30-28 (13-16)
BUDUCNOST PODGORICA : A. Babovic (g.), J . Kadovic (g.), N. Corovic, I. Mitrovic (1), J. Vukcevic (2), M. Pletikosic (12), B. Zrnic, A. Popovic, G. Marsenic, T. Brnovic (2), N. Bulatovic (4), M. Andjusic, N. Kadovic, I. Pavicevic (7), I. Kepic (1), N. Vukcevic (1). Entr. : B. Popovic.
BREST BRETAGNE HANDBALL : C. Darleux (g.), A. Quiniou (g.), S. Toft (g.), C. Mauny, A. Toublanc (3), H. Fauske (9), R. Kromoska, M. Kobylinska (4), C. Lassource (5), K. Niakaté (3), S. Pop-Lazic, F. Foppa (2), T. Loseth (1), P. Coatanéa, E. Jarrige (1), A.M. Gavric. Entr. : P. Morel.