BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

20.11.19 | Sandra Toft : « Bien sûr je reste ! »

Les deux parties avaient voulu se donner quelques mois pour voir si l’alchimie se faisait. Arrivée en juillet au Brest Bretagne Handball avec un contrat d’un an en poche, Sandra Toft a aujourd’hui prolongé son aventure de deux saisons avec les Rebelles. Précieuse durant une première partie de championnat et de Ligue des Champions très prometteuse, la gardienne danoise (30 ans) a mis tout le monde d’accord à Brest. De son côté, elle a été séduite par un club « très professionnel » et une « atmosphère réellement exceptionnelle » à l’Arena. Autant de bonnes raisons de voir encore plus loin ensemble.

« Sandra, tes impressions après cette prolongation de contrat avec le BBH ?
- Je suis très contente. Je n’ai jamais vraiment douté que ça puisse se faire. Je me fie toujours à mon cœur et à ce que je ressens. Tout cela me disait que je devais rester.

- Quand tu as signé il y a un an, tu te doutais que ce serait juste un début ?
- Ça par contre, honnêtement, je l’ignorais. Je ne savais pas comment ça allait évoluer ni comment je m’adapterais à un club français. Je voulais aussi voir comment serait l’équipe. Mais tout se passe bien donc bien sûr je reste !

- Ton aventure se passe-t-elle mieux que tu ne l’espérais ?
- Je dirais déjà que rien n’est moins bon que ce que j’imaginais. On joue mieux que ce que j’espérais, on gagne beaucoup de matches, on est premiers en championnat et en Ligue des Champions. Et puis la langue française n’est pas aussi terrible à apprendre que je le craignais. Bien sûr c’est difficile mais je comprends de mieux en mieux et les filles et le staff parlent mieux anglais que je ne le pensais.

- La vie française, tu l’appréhendais ?
- Je n’étais pas inquiète sur ce point parce que je suis plutôt douée pour m’adapter à de nouveaux environnements et la France est un pays sympa.

- Estimes-tu qu’au BBH tout est fait pour que le club s’améliore tous les jours ?
- Oui, c’est un très bon projet. C’est très professionnel et donc il y a tout pour aller encore plus haut et devenir une structure encore plus importante. Je voulais faire partie de ça.

- L’avis des Danois a-t-il changé concernant le handball français ?
- Les Danois sont de plus en plus intéressés par le championnat et les clubs français, c’est certain. Ils voient que de plus en plus de joueuses du pays y vont et que ça se passe bien pour elles. Ils en parlent davantage, avant ce n’était pas trop le cas.

- Et les supporters brestois que tu as découverts, tu en penses quoi ?
- J’avais entendu que l’Arena et les fans étaient incroyables mais c’était dur de l’imaginer. En tout cas, c’est vrai, l’atmosphère est réellement exceptionnelle. Avoir autant de monde pour chaque match à domicile, ce n’est pas quelque chose de normal pour moi. Et ils ne sont pas là que pour regarder la rencontre, ils font du bruit, ils supportent, ils célèbrent avec les joueuses beaucoup plus que ce à quoi j’étais habituée ».


Laurent Bezeau (entraîneur) :
« C’est forcément une bonne nouvelle dans le sens ou on cherche à stabiliser un effectif qui peut nous emmener tous les ans un peu plus loin. Il se dégage de cette équipe une dynamique de groupe vraiment intéressante à laquelle contribuent toutes les joueuses. Force est de constater que depuis le début de l’année tous les gens au club sont très contents des performances de Sandra, de son état d’esprit, de sa contribution. Ça nous paraissait donc judicieux de prolonger au-delà d’un an. Sandra a un style bien à elle et est capable d’apporter des choses dans les aspects tactiques, elle connaît vraiment très bien les adversaires. Des relations se sont aussi mises en place avec ses partenaires. Et si je m’appuie sur ce que j’ai vu depuis le début de la saison, elle a montré qu’elle pouvait être là dans les moments importants des matches ».

Jean-Luc Le Gall (coordinateur sportif) :
« Le fait d’avoir d’abord signé un contrat d’un an avec Sandra, c’était surtout pour que chacun puisse se découvrir. Au-delà des performances sportives, on a beaucoup mis l’accent sur l’équilibre global de l’équipe et on a pu vérifier que son intégration avait été rapide et de grande qualité. C’était la première fois qu’elle quittait la Scandinavie et ça amenait forcément des interrogations mais l’adaptation de Sandra a été une vraie réussite. On était donc très satisfaits de pouvoir lui proposer deux années de plus avec nous ».