BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

20.10.21 | Grand espace, maxi menace

Le Brest Bretagne Handball n’a pas eu la partie facile à Toulon mais a su attendre son heure pour piquer et neutraliser définitivement sa proie dans la dernière ligne droite (29-24) en s’appuyant sur un jeu rapide efficient. Grâce à ce quatrième succès d’affilée en Ligue Butagaz Énergie, les Rebelles talonnent toujours le trio de tête des équipes invaincues (Metz, Paris et Bourg-de-Péage) et peuvent se tourner maintenant vers la Hongrie où elles affronteront Ferencvaros samedi en Ligue des Champions.

En une dizaine de jours, le BBH va avaler des kilomètres et des kilomètres. Hasard du calendrier et programmation inversée en raison de la tenue de l’Open de tennis à la Brest Arena, ce ne sont pas moins de quatre voyages consécutifs que les Rebelles vont devoir digérer au cœur pourtant d’une période où l’infirmerie est bien pleine. Toulon, Budapest, Plan-de-Cuques et Bucarest sont autant d’écueils que la troupe de Pablo Morel va devoir franchir sans prendre trop de retard sur le tableau de marche. Le premier opus dan le Var s’est à ce titre parfaitement déroulée pour des Bretonnes qui ont malgré tout dû s’employer pour faire plier les Toulonnaises. « C’était un match compliqué au cœur d’un gros enchaînement et il faut prendre en compte le grand nombre de déplacements, rappelait à l’issue de la partie Pablo Morel. On sait qu’on est dans une série longue et complexe ».

Le coach brestois, qui doit composer actuellement avec les absences de Pauline Coatanéa, Tonje Loseth, Djina Jaukovic et Aïssatou Kouyaté, a une nouvelle fois fait appel à toutes les forces vives de son groupe (pas une joueuse de champ à moins de 16 minutes) et même lancé pour la première fois Ana Maria Gavric, joker médical de Djina Jaukovic et arrivée il y a une semaine à Brest. C’est certainement en partie grâce à ce turnover actif que la différence a pu se faire à la fin de chaque mi-temps. « Oui, j’ai l’impression qu’on a à chaque fois lâché un peu sur la fin, reconnaissait le coach toulonnais Stéphane Plantin. Le rouleur compresseur brestois a pu se mettre en place et nos rotations étaient aussi moins performantes. Je suis assez satisfait de notre prestation sur le jeu placé mais les phases rapides de Brest nous ont débordés. On n’était pas présents sur la transition ».

Et c’est donc avec ce jeu rapide dont il raffole que le BBH a mis une première gifle aux Varoises juste avant la pause (1-6 en 4 minutes, 14-17, 30e) puis rebelote dans le dernier quart d’heure, quand les Toulonnaises commençaient à piocher dans les réserves et enchaînaient les pertes de balle (20-19, 40e ; 22-26, 56e). « Ce qui est significatif, c’est que dès qu’on peut courir et mettre du jeu sur grand espace, on devient vraiment une équipe difficile à manœuvrer, appuyait Pablo Morel. Il va falloir savoir refaire cela à chaque match, même à l’extérieur, et tous les trois jours ». Les Rebelles ne tomberont peut-être pas non plus à chaque fois sur une prestation aussi costaude de la gardienne adverse comme ce fut le cas ce mercredi avec Amandine Balzinc. Impressionnante, la portière du TMVH a longtemps retardé l’échéance (15 arrêts) mais les 29 buts inscrits par les Brestoises montrent aussi le potentiel offensif que peut afficher cette équipe même quand elle n’est pas dans son meilleur soir. Et le BBH peut aussi compter sur de grandes dames dans ses cages. Face à Toulon, c’est Cléo Darleux qui s’est mise en évidence en stoppant en deux minutes, à l’entrée du money time, deux jets de 7 mètres de Marine Dupuis, une vraie spécialiste du genre.
Satisfait, le coach brestois retenait principalement la meilleure tenue de sa défense après le repos, comme une sorte de rappel que tout passera par là cette saison. « On prend 15 buts en première période et seulement 9 en seconde, c’est ça la grosse différence, détaillait-il. On le sait très bien que quand on est cohérents et durs dans ce secteur, on se rend les matches plus faciles parce qu’en attaque on est toujours en construction, à la recherche de repères et avec beaucoup de rotations ».

De retour jeudi en fin de matinée à Brest, les Rebelles ne vont pas avoir beaucoup de temps pour souffler car dès vendredi elles reprendront l’avion, direction Budapest pour un nouveau chapitre de Ligue des Champions. « Maintenant qu’on a fait le job ici et pris les points qui étaient essentiels, on va se projeter sur FTC, concluait Pablo Morel. C’est l’un des favoris de la poule, toujours invaincu et la salle sera chaude. On a hâte d’y être ! »


TOULON – BREST : 24-29 (15-17)
TOULON : Servant (g.), Tonds (g.), Balzinc (g.), M. Berger Wierzba (1), Malovic (6), N’Diaye (4), Dupuis (6), Salmon, Lopez Santamarina, Julien, Abdourahim (1), Caramello (2), Mandret (2), Bellakhdar (2). Entraîneur : S. Plantin.
BREST : Quiniou (g.), Darleux (g.), Mauny (4), Toublanc (5), Fauske (2), Kromoska (1), Kobylinska (2), Lassource (5), Lagattu (1), Niakaté (2), Pop-Lazic (4), Foppa (1), Jarrige (2), Gavric. Entraîneur : P. Morel.


(crédit photos : Marc Santoni)