BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

20.09.20 | Un match de gloutonnes !

À Dortmund, le Brest Bretagne Handball a su se simplifier la vie en entrant parfaitement dans une partie qui fut par la suite maîtrisée dans les grandes largeurs (41-29). Éclatantes offensivement, impitoyables dans les moments faibles de l’adversaire, les Rebelles n’ont pas eu le temps de trembler avant de remporter leur deuxième succès en autant de matches cette saison en Ligue des Champions. La prochaine semaine sera à nouveau copieuse avec un déplacement à Nice mercredi et la réception dimanche de Gyor, triple tenant du titre.

C’est peut-être avec ce genre de match qu’on peut décemment penser que le Brest Bretagne Handball a franchi un nouveau cap cette saison. L’adversaire du jour, Dortmund, a beau être un novice dans la compétition, la sérénité avec laquelle les Rebelles ont marché sur la rencontre peut sans doute leur donner du crédit pour la suite de cette Ligue des Champions. Face à des filles du Borussia qui ont fait du jeu rapide leur religion, une opposition mal entamée ou un passage a vide aurait pu très vite les conduire à un scénario galère dans lequel il aurait été possible de se prendre les pieds.

Ce dimanche, dans une Helmut Körnig Halle, cerclée d’une piste d’athlétisme et pas vraiment habituée à accueillir du handball, il n’y a donc pas eu photo et tout le mérite en revient à l’approche sérieuse qui a été celle des Brestoises. « On a su se rendre le match facile, corroborait Laurent Bezeau On a très bien négocié la première mi-temps, on a eu des balles de jeu rapide et en attaque placée, on a su trouver beaucoup de fluidité face à une défense de Dortmund pas forcément à l’aise ».
C’étaient en effet les portes ouvertes devant la zone de la gardienne Roch qui rapidement ne sut plus où donner de la tête. Entre les un contre un de Kali Niakaté, les missiles d’Ana Gros, les prouesses de Pauletta Foppa au pivot ou l’opportunisme de Coralie Lassource à l’aile, il y avait à boire et à manger. Et surtout un écart qui enflait à vue d’œil (4-7, 9e ; 6-11, 14e ; 10-17, 23e ; 13-23, 30e).

« La différence était très grande entre les deux équipes, constatait volontiers Andre Fuhr, le coach du Borussia. On a joué une très mauvaise première période. On est en Ligue des Champions pour apprendre et là ça a été le cas ».
Seule ombre au tableau finalement à la pause pour des Rebelles qui avaient déjà 10 pions d’avance, la sortie prématurée de Cléo Darleux. La gardienne du BBH venait de subir la même mésaventure qu’une semaine auparavant face à Valcea : un ballon pleine tête sur un jet de 7 mètres. Mal en point pendant de longues minutes et prise en charge par le service médical, elle allait finalement rejoindre ses coéquipières sur le banc pour la fin de match. Tête dure, Cléo !

Grâce au substantiel avantage au score, la deuxième période pouvait laisser place à davantage de gestion, comme dans la même semaine face à Chambray. Un temps piqué par les Allemandes qui revenaient à 8 longueurs (16-24, 35e), les Brestoises allaient rapidement se remettre dans le sens de la marche en enfilant à nouveau les buts comme des perles grâce notamment au jeu rapide de Pauline Coatanéa (18-31, 43e). L’écart grimpait même à +15 (22-37) à l’entrée des dix dernières minutes avant quelques approximations adoucissant la note pour les jaune et noir. « C’est sûr que c’est bien de mettre 29 buts à une équipe comme Brest mais on a perdu ce match en défense, on n’a pas été assez agressives », résumait l’une des huit Néerlandaises de Dortmund, Inger Smits.

Avec un joli 41-29 à l’arrivée, les Rebelles avaient fait le job pour prendre la tête du groupe à égalité avec les Danoises d’Odense. Si le chemin est long, et la prochaine bosse immense avec la réception de Gyor dimanche à l’Arena, ce début sans rature dans la compétition ne peut que réjouir Coach Bezeau : « Il y a forcément beaucoup de satisfaction parce qu’en débutant cette Ligue des Champions, on ne savait pas trop où on en était. Notre préparation n’a pas été celle qu’on voulait alors on continue de bosser sur nos premiers matches officiels avec la volonté d’être de mieux en mieux à chaque fois ». Alors vite, la suite !

DORTMUND – BREST : 29-41 (13-23)
DORTMUND : Roch (g.), Ten Holte (g.), Grijseels (3), Danielsson (2), Van Zijl (2), Smits (4), Abdulla (3), Amega (5), Stockschläder (2), Gutierrez (1), Freriks (1), Dulfer (2), Vollebregt (2), Rode (2), Bleckmann. Entraîneur : A. Fuhr.
BREST : Darleux (g.), Toft (g.), Quiniou (g.), Mauny (2), Toublanc (2), Tissier, Gros (7), Kobylinska (4), Gulldén (2), Lassource (6), Niakaté (3), Pop-Lazic (2), Foppa (5), Jaukovic (4), Loseth (2), Coatanéa (2). Entraîneur : L. Bezeau.


(crédit photos : Borussia Dortmund)