BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

20.09.16 | Vincent Philippart : « La défaite du BBH face à Nice nous dessert »

Promu en LFH en compagnie de Brest et Chambray, Celles-sur-Belle fera ses débuts à domicile face à Brest. Les Celloises ont enregistré une défaite à Besançon la semaine dernière mais le coach Vincent Philippart a aimé le comportement de ses troupes. Il redoute en revanche la réaction d’orgueil des Brestoises…


« Vincent, comment votre équipe a-t-elle appréhendé son premier rendez-vous en LFH la semaine dernière à Besançon ?
- Ça a été plutôt bien vécu par les filles. On s’était organisés pour vraiment être en maîtrise de notre projet et c’est ce qu’on a réussi à faire pendant 57 minutes. On a explosé sur les 3 dernières. On est plutôt contents de ce qu’on a montré une grande partie du match mais on a quand même le sentiment qu’on aurait pu faire plier Besançon.

- Y avait-il des craintes ?
- Il y a toujours une incertitude. On a plutôt fait une bonne préparation mais on sait qu’entre les matches amicaux et ceux de championnat, il y a toujours un décalage affectif et une intensité différente. On n’avait par conséquent aucune garantie d’être à la hauteur de tout ça. On a montré qu’on était capables de l’être sur un match mais on a bien conscience que le faire sur une saison, c’est encore autre chose. Il faut qu’on se prouve à nous-mêmes qu’on est en mesure de rééditer ça. À la fin de l’année, si on a perdu tous nos matches en étant valeureux, ça ne fera pas de nous une équipe digne de la LFH.


- Comment avez-vous bâti l’équipe cette saison ?
- On ne voulait pas tout chambouler. On avait l’intention de s’appuyer sur une ossature qui avait déjà été recrutée pour, à terme, jouer en LFH. Je pense à Céline Senamaud, Nuria Gracia, Davina Inglis, Sladjana Topic, Christelle Manga ou Lesly Briemant… Ensuite, on a essayé d’amener un peu plus d’expérience et des qualités complémentaires aux filles déjà présentes. On voulait enrichir sans avoir besoin de tout reprendre à zéro. Par rapport aux moyens qu’on avait, toutes les filles ciblées ont accepté le challenge de Celles. On est contents de notre recrutement parce qu’on s’était aussi basés sur des valeurs humaines en raison des moments difficiles qu’on traversera forcément et elles nous donnent satisfaction. Le dernier point à préciser est qu’on a signé des joueuses pour deux ans pour que leur avenir soit totalement rattaché à l’avenir du club, même en cas de relégation. Si on descendait par malheur en D2, on aurait une équipe très compétitive pour rejouer tout de suite les premiers rôles.

- Mercredi, c’est donc le grand jour pour vous à domicile…
- Oui, ça tombe en semaine mais ça a répondu favorablement au niveau de la billetterie. Je pense que Brest aura l’honneur de jouer dans une salle de Celles comble. Les 1 300 places sont d’ores et déjà quasiment vendues. C’est déjà une victoire par rapport à ça.

- Vous allez être en recherche de certitudes supplémentaires ?
- Oui, mais on sait aussi que l’adversaire proposé sur ce match n’est pas le premier venu. On a conscience qu’on a une très forte probabilité de le perdre donc on se centre davantage sur la maîtrise et les moyens qu’on va mettre en œuvre que sur le résultat brut. On veut d’abord mettre en avant les convictions et les qualités qui sont les nôtres. Brest est peut-être encore en rodage mais je pense que l’accident survenu face à Nice nous dessert. Ce genre d’équipe peut se faire surprendre une fois mais la probabilité que ça se reproduise sur le match suivant est très faible ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)