BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

20.01.21 | Une minute trente qui change tout

Le Brest Bretagne Handball est resté invaincu en Ligue Butagaz Énergie en s’imposant face à Besançon (30-25). Ce match, qui aurait dû se jouer bien avant dans la saison, a d’abord été accroché mais le départ canon des Rebelles en deuxième période leur a permis de se détacher et de maintenir avec une bonne gestion les Bisontines à distance. Belle opération donc pour le BBH qui remporte la première de ses rencontres reportées et peut d’ores et déjà se tourner vers Gyor pour un choc programmé samedi en Ligue des Champions.

La série continue donc pour les Rebelles en championnat de France. Avec une neuvième victoire en autant de matches, elles ont de belle manière poursuivi leur parcours sans faute en LBE. « Le principal était effectivement de rester invaincus, abondait Laurent Bezeau. Chaque match compte pour aller au bout et tenter de décrocher le Graal ». Puisqu’il est difficile de se fier au classement dans une compétition morcelée et déjà remodelée en raison de la crise sanitaire, Besançon se pointait en tout cas dans le Finistère avec une belle dynamique et de la confiance en bandoulière. Si la chute avait été brutale à Nantes après les fêtes, la suite avait été bien plus consistante face à Bourg-de-Péage et Paris pour les filles de Raphaëlle Tervel. « L’équipe avait démarré l’année 2021 de manière catastrophique mais depuis, elle est comme je veux, avec de l’agressivité, appuyait la technicienne de l’ESBF. Ce soir, elles ont été à fond dans le projet, dans la stratégie ».

C’est de toute façon récurrent contre cette formation, les audaces tactiques sont souvent légion et les oppositions avec Besançon ont toujours été compliquées pour le BBH. « D’entrée elles ont joué à 7 contre 6, ce n’est jamais simple, expliquait Laurent Bezeau. Leur défense est toujours performante et on a aussi été en échec devant leur gardienne ». Ce fut en effet l’un des casse-têtes proposés aux Rebelles ce mercredi soir. Sakura Hauge a sorti un grand match et longtemps fait douter les artilleuses bretonnes. Mais comme en face le duo Sandra Toft – Cléo Darleux a aussi fait des merveilles, tout cela se compensait un peu quelque part.
C’était d’ailleurs le thème d’une première période indécise durant laquelle les prises de pouvoir ont beaucoup varié. Tantôt Brest (8-6, 14e) tantôt Besançon (9-11, 22e) ont pu se partager le leadership. Avec un avantage pour le BBH au retour aux vestiaires grâce à quelques très belles minutes d’Ana Gros et Sladjana Pop-Lazic (15-13, 30e).

« Ce qui a été intéressant de la part des joueuses, c’était leur volonté de bien démarrer le match, appréciait Laurent Bezeau. Ça n’avait pas été le cas sur les dernières rencontres et on a vu une vraie différence ». Mais le tournant de la partie aura sans doute lui duré environ 90 secondes, juste après le repos. Un 3-0 net infligé par le BBH qui mettait Besançon dans les cordes pour la première fois de la soirée (18-13, 32e). Malgré plusieurs retours et une abnégation sans faille, les Bisontines n’allaient plus se rapprocher à moins de 3 unités (19-16, 38e ; 23-20, 49e). « C’est dommage parce qu’il y avait match, soufflait Raphaëlle Tervel. Et on était venues ici pour qu’il y ait match jusqu’au bout ! On était là pour gager et rien d’autre. On n’a pas tenu le début de deuxième mais en même temps on n’était jamais loin, tout était permis. J’ai vu en tout cas plein de belles choses, on va garder ça ».

L’ESBF a eu le tort de faire face à un Brest Bretagne Handball affichant cette saison souvent beaucoup de sérénité quand les choses ne sont pas si simples. Sans jamais s’affoler, Coralie Lassource et ses coéquipières ont maintenu un écart intéressant, sans jamais trop faiblir physiquement non plus malgré la répétition des confrontations. « Pour le moment ça tient oui, confirmait Laurent Bezeau. On verra maintenant dans quel état seront les filles présentes ce week-end à Gyor. La journée qui aurait dû être celle de récupération demain se fera dans les transports entre 8 heures et minuit donc elles pourront surtout se reposer vendredi, veille de match,… là où on est censés aussi s’entraîner ».

De la gestion à prévoir donc pour le staff brestois qui a encore pu constater face à Besançon qu’une blessure est vite arrivée. Dans le dernier quart d’heure, la demi-centre danoise de l’ESBF, Line Uno, s’était écroulée, sans doute gravement touchée au genou. « Et ça m’énerve, lâchait Raphaëlle Tervel. Ce soir on a tout perdu. Quand je vois que l’idée est de faire plus de matches quand on est dans une période comme celle-là où la priorité devrait être la santé des joueuses… On va essayer quand même de rester optimistes en attendant le résultat des examens. Il nous manquait en tout cas de l’expérience pour faire tomber une équipe comme Brest. On est vite un peu limitées au niveau du banc et face à des joueuses comme ça, les erreurs se payent cash ».

Samedi face à Gyor, c’est Laurent Bezeau qui devra prévenir ses joueuses que les baisses de régime seront certainement vite sanctionnées face à un tel ogre. Mais sur les trois dernières confrontations, les Brestoises ont montré qu’elles pouvaient regarder les Hongroises dans les yeux alors cette rencontre sera une occasion de plus de démontrer qu’elles ont vraiment franchi un cap.

BREST – BESANÇON : 30-25 (15-13)
BREST : Toft (g., 1), Darleux (g.), Catani, Coatanéa (3), Foppa (4), Gros (4), Gulldén (1), Jaukovic (5), Lassource (2), Loseth (1), Mauny (2), Pop-Lazic (4), Tissier (1), Toublanc (2). Entr. : L. Bezeau.
BESANÇON : Hauge (g.), Frank (g.), Valentini (2), Cuenot, Cusset (1), Faure (2), Gonzalez (2), Granier (3), Uno (3), Kouyaté (5), Mairot, Robert (6), Roy (1), Tshimanga. Entr. : R. Tervel.


(crédit photos : O.Stephan / BBH)