BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

19.10.19 | Carton plein !

Même s’il a dû aller chercher dans ses ressources, le Brest Bretagne Handball a remporté son troisième match consécutif de Ligue des Champions cette saison en dominant dans le dernier quart d’heure la formation de Bietigheim (35-32). Tantôt faciles en première période, tantôt brouillonnes, les Rebelles ont su se relever dans le deuxième acte au meilleur moment pour aller chercher un succès très précieux. Le Main Round n’est plus très loin pour le BBH qui reste en tête du groupe C.

Ces filles-là sont magiques. Freinées mercredi lors d’un déplacement pas simple à Nantes, elles reposeront finalement le pied dimanche sur le sol finistérien avec une victoire acquise trois jours plus tard seulement dans la salle du champion allemand, Bietigheim. « Oui, c’était une rencontre assez particulière pour nous, confirmait Laurent Bezeau. On avait eu un coup de moins bien en semaine et on était quand même venus ici avec beaucoup d’ambition et d’enthousiasme. Cependant, on ne savait pas dans quel état physique on était ».

Pauline Coatanéa, avait aussi avant cette opposition la sensation que ce ne serait pas forcément très simple pour la troupe des Rebelles de l’autre côté du Rhin. « « On avait conscience que Bietigheim jouait un peu sa vie sur ce match pour espérer une qualification, confirmait donc l’ailière droite du BBH. Ça a finalement été notre match le plus difficile cette saison en Ligue des Champions. On a perdu beaucoup de ballons avant la pause mais on n’a jamais lâché et on ne les a jamais laissées prendre l’avantage trop longtemps. On a été en mesure ensuite d’inverser la tendance dans le dernier quart d’heure ».

Cette dernière ligne droite, qui avait déjà souri aux Brestoises à Podgorica, a en effet largement pris des accents français en ce samedi après-midi. Alors que les deux formations se tenaient à l’entame de ce money time, l’accélération brestoise par Ana Gros, Pauline Coatanéa et Sladjana Pop-Lazic s’est montrée létale. « Brest a été la meilleure équipe sur la fin, abondait le coach danois de Bietigheim, Martin Albertsen. Pour être honnête, durant les vingt dernières minutes, c’était très difficile de défendre tout le côté droit de l’attaque brestoise. Elles pouvaient faire ce qu’elles voulaient ».

Mais avant d’en arriver là, le BBH aurait tout bonnement pu couler juste après la pause qui avait été atteinte avec un léger avantage pour les Allemandes (18-17). Alors que le Brest Bretagne Handball avait mené tambour battant le début de la rencontre (9-13, 17e), il s’était ensuite pris les pieds dans le tapis et concédé trop de buts faciles donnés à l’adversaire. « On a maîtrisé le début, rembobinait Laurent Bezeau. On avait trois ou quatre buts d’avance mais à chaque fois on laissait Bietigheim revenir en perdant des balles ou en voulant jouer trop vite. On leur a permis d’y croire. Donc à la mi-temps, c’était compliqué, on avait l’impression qu’on était plus forts mais on était derrière. À la reprise, l’adversaire a mis un coup d’accélérateur et on s’est retrouvés à -3 ».
 
Ce plus gros écart en faveur des locales (22-19, 37e) ne laissait rien augurer de bon tant les choses semblaient échapper aux Bretonnes. « Mais on a rien lâché et c’était très intéressant, poursuivait Laurent Bezeau. On a su garder notre unité. Il y a aussi eu des performances individuelles, des buts extraordinaires et une Sandra Toft performante ». La Danoise a connu dans cette rencontre quelques périodes de grâce comme lors de ce 6-1 infligé en 8 minutes par Brest à son hôte (24-23, 42e ; 25-28, 50e). « Il y a certaines choses qui ont bien fonctionné, notamment les glissements du pivot, expliquait Pauline Coatanéa. On a joué quasiment avec un seul enclenchement toute la seconde période. On a appuyé là où ça faisait mal ».
Et ça a été douloureux pour Bietigheim qui s’était certainement vu décrocher son premier succès en ce samedi mais qui est resté fanny, au bord donc de l’élimination de la compétition. « Brest a montré une défense très physique et c’est une équipe qui plane, elle a toujours cru qu’elle pouvait gagner ce match », lâchait Martin Albertsen.

Alors une équipe qui plane, peut-être, mais quelles sont maintenant ses limites ? « On a une marge de progression importante, concluait Laurent Bezeau. Il faut comprendre ce qu’on ne gère pas bien pour progresser dans ce domaine. On peut être beaucoup plus forts dans plusieurs domaines mais ce qu’on est, c’est déjà super, surtout au niveau de l’état d’esprit ».
Actuellement en tête de son groupe, le BBH est presque mathématiquement au Main Round mais ne veut pas y faire de la figuration cette saison. « L’année dernière, on avait vu l’importance des points pris au premier tour car on était déjà presque éliminées en commençant le Main Round, prévenait pour finir Pauline Coatanéa. Là, on a déjà quatre points minimum et si on a gagné les trois premiers matches, on a forcément envie de faire pareil pour les trois suivants ».
En voilà une bonne idée !

BIETIGHEIM – BREST : 32-35 (18-17)
BIETIGHEIM : Eckerle (g.), Salamakha (g.), Visser (2), Lauenroth (1), Aardahl (5), Berger, Loerper, Van der Heijden (6), Kudlacz-Gloc (3), Naidzinavicius (6), Gautschi (2), Patorra, Woller, Malestein (4), Braun (3). Entraîneur : M. Albertsen.l
BREST : Toft (g., 1), Fontaine-Carretero (g.), Quiniou (g.), Mauny (1), Toublanc, Tissier (2), Le Hir, Gros (6), Kobylinska (5), Lagathu (2), Minevskaja, Niakaté (4), Pop-Lazic (7), Foppa (3), Coatanéa (4), Mangué. Entraîneur : L. Bezeau.