BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

18.09.21 | Avec les barbelés !

Le Brest Bretagne Handball a décroché ce samedi sa première victoire de la saison en Ligue des Champions (26-23) grâce notamment à une remarquable prestation défensive et une Sandra Toft étincelante. Les Rebelles n’ont jamais permis aux Danoises de Team Esbjerg de prendre l’avantage durant une partie maîtrisée dans sa globalité. Suite au revers en Russie la semaine dernière, voilà donc les vice-championnes d’Europe relancées dans leur groupe.

Esbjerg n’a donc toujours pas trouvé la clé face au Brest Bretagne Handball. Le club de l’ouest danois, qui avait déjà été écarté avec beaucoup d’aplomb par le BBH la saison passée en 1/8e de finale, est une nouvelle fois resté sans solution face à des Finistériennes brillantes collectivement. Le score final à +3 laissait même quelques regrets dans le camp brestois où on n’a jamais vraiment tremblé malgré une dernière ligne droite plus poussive. « Le premier sentiment était particulier, confirmait d’ailleurs Pablo Morel. La fin du match était tendue, on a perdu quelques ballons et forcément on était frustrés. On aurait aimé faire encore mieux. Mais rapidement, ça a basculé sur la fierté. On le répète, c’est un nouveau cycle, des équilibres sont à retrouver et ça demande de la patience et du travail. On a l’impression qu’on trouve notre chemin pour avancer. On est en tout cas contents de faire deux victoires cette semaine à domicile et dans une ambiance incroyable ».

Ce succès avait évidemment également un goût particulier suite à la terrible nouvelle reçue la veille : la blessure longue durée de Djina Jaukovic (rupture du ligament croisé antérieur du genou). En civil derrière le banc, la Monténégrine a reçu une superbe ovation avant la partie et a donné de la voix toute la rencontre pour encourager ses coéquipières. Avouons-le, ce petit plus qu’ont su par moments aller chercher les Rebelles, venait probablement de là. « Sa blessure était une très mauvaise nouvelle sur les plans humain et sportif, même si ce deuxième aspect passe après, avouait Pablo Morel. On est très tristes de perdre une fille comme elle qui sait être extraordinaire dans la vie de groupe et le vestiaire ».

Et outre cette motivation naturelle, il y avait une blonde sur le parquet qui n’avait absolument pas envie de rater sa rencontre pour plusieurs autres raisons. Battre son ancien club ou son actuel sélectionneur au pays, voilà autant de carburant qu’a pu mettre Sandra Toft dans son moteur pour rugir durant 60 minutes. « Je suis ravie de cette victoire, surtout après la blessure de Djina, lâchait-elle en conférence de presse. On a montré à tout le monde qu’on était capables de gagner malgré tout contre une grosse équipe comme Esbjerg. Mes deux premiers matches de la saison n’avaient pas été bons, maintenant ça va mieux et j’avais forcément une grosse motivation aujourd’hui ». Déjà extrêmement efficace mercredi face à Mérignac, la numéro 89 du BBH a remis ça, jumelant parfaitement ses performances avec celles de sa défense.

« Oui, elle a su donner de la confiance à sa défense et inversement, expliquait Pablo Morel. C’est notre volonté depuis le début de mettre de l’impact dans ce secteur. On a une capacité à le faire de manière très forte, mobile et agressive. J’ai des joueuses qui prennent plaisir à dominer athlétiquement l’attaque adverse. Ce soir, ça a fonctionné contre des filles de grande qualité. J’espère qu’on pourra réitérer cette perf’ défensive régulièrement ».
Ces belles séquences dont parle le coach brestois ont notamment permis aux Rebelles de bâtir en deux fois un succès mérité. La première lame est en effet intervenue après un quart d’heure très équilibré (7-7, 14e). Dix minutes de mutisme danois plus tard et le premier trou était fait (11-7, 24e). Au retour des vestiaires, à peine le temps pour les Scandinaves de se remettre dans le sens de la marche que le deuxième « effet Kiss Cool » les refroidissait définitivement (14-13, 36e ; 21-14, 48e).

« On a fait trop d’erreurs aujourd’hui, résumait le coach Jesper Jensen. Bravo à Brest qui a été meilleur que nous. On ne perd que de trois buts mais il y en avait six ou sept quelques minutes auparavant. Sandra a fait du très bon travail et on a manqué des moments importants qu’on ne peut pas se permettre de manquer si on veut prendre des points ici ». Quand il affiche ce niveau défensif, le Brest Bretagne Handball peut en tout cas s'autoriser quelques erreurs en attaque inhérentes au début de saison. « Il y a encore à progresser dans ce secteur, concluait Pablo Morel. On perd des ballons mais on sait que ça prend du temps de mettre tout ça en place. On essaye de compenser avec notre défense et nos buts sur grand espace. Aujourd’hui, c’était le bon équilibre ».
Reste maintenant à ce collectif brestois, diminué par deux absences longue durée sur la base arrière (Aïssatou Kouyaté et Djina Jaukovic) à confirmer ces très bonnes dispositions lors d’une semaine à deux matches à l’extérieur. Celles-sur-Belle mercredi et Dortmund samedi seront à ce titre de très bons révélateurs.


BREST – ESBJERG : 26-23 (13-9)
BREST : Quiniou (g.), Darleux (g.), Toft (g.), Mauny (3), Toublanc (4), Fauske (2), Kromoska, Kobylinska (3), Lassource (4), Lagattu, Niakaté (4), Pop-Lazic (1), Foppa (2), Loseth (3), Coatanéa, Jarrige. Entraîneur : P. Morel.
ESBJERG : Poulsen (g.), Eckerle (g.), Kamp, Moller (1), Frafjord (4), Breistol (2), Türkoglu (2), Tranborg (4), Myers, Rosberg, Solberg (4), Reistad (6), Jensen. Entraîneur : J. Jensen.


(crédit photos : O.Stephan / BBH)