BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

17.12.19 | Constance Mauny : « Je me plais beaucoup à Brest »

Après les prolongations de Sandra Toft et Ana Gros le mois dernier, le Brest Bretagne Handball est heureux d’annoncer celle de Constance Mauny. La jeune ailière gauche qui fête aujourd’hui ses 21 ans a signé un nouveau bail de deux saisons la liant au BBH jusqu’en 2022. Arrivée dans le Finistère à l’été 2018, elle estime autant avoir grandi que disposer encore d’une belle marge de progression. Elle va en tout cas s’inscrire dans une équipe très stable la saison prochaine qui cherchera à confirmer les belles choses aperçues depuis quelques mois. Félicitations Constance et bon anniversaire !

« Constance, quel est ton sentiment après la signature de cette prolongation ?
- J’en suis très contente bien sûr. Le BBH est un club qui va me permettre de continuer à progresser, je sais que j’ai encore une grosse marge. Ici, avec la structure qu’il y a et le staff, ça facilitera les choses. Cette signature ça va aussi dans le sens de l’équipe qui sera presque la même la saison prochaine. On sent que la mayonnaise prend et ça donne envie de rester.

- C’était ta priorité de prolonger ou tu avais des envies d’ailleurs ?
- Forcément, j’avais envie de continuer mais je n’avais pas non plus fermé les portes pour les autres clubs. Il faut toujours avoir un plan B parce qu’on n’est jamais sûr de rien. Je voulais donc voir assez tôt les possibilités qui pouvaient exister mais la priorité était tout de même de signer une prolongation.

- Tu es arrivée à Brest à l’été 2018. La Constance Mauny d’aujourd’hui est-elle la même ?
- Non, j’ai évolué. Au niveau handball déjà, j’ai progressé sur la défense. En attaque, ça manque encore de stabilité mais ça viendra. Je prends en tout cas de l’expérience avec la Ligue des Champions, j’engrange des choses en jouant des matches de haut niveau. Et pour ce qui est à côté du handball, quand j’ai quitté le cocon familial c’était un peu compliqué au début. J’ai dû me refaire un cercle d’amis ici mais maintenant c’est bien, je me plais beaucoup à Brest. Je sais que ma famille me suit toujours et c’est ça qui m’aide aussi à être heureuse loin d’elle. De toute façon, pour grandir, il faut savoir partir.

- Parlons un peu de l’équipe qui vient de réaliser une superbe première partie de saison. Peut-elle encore faire mieux ?
- Oui, je trouve qu’on évolue bien. L’année dernière n’était pas la plus facile mais là on est presque reparties de zéro et ça fonctionne plutôt bien. Le but en deuxième partie de saison est de pouvoir refaire la même chose. On sent qu’on avance à chaque match et qu’on progresse ensemble.

- Maintenant que tu connais le club depuis un an et demi, comment tu le qualifierais ?
- C’est un gros club qui reste « petit » en même temps, on sait qu’il y a encore une marge de progression. Le BBH va dans le bon sens pour atteindre le top niveau européen. Il y a beaucoup de personnes au club, des fois c’est même compliqué de connaître tout le monde (rires). Mais il y a une bonne ambiance donc on voit des gens heureux d’être là.

- Tu formes le bilan à l’aile gauche avec Coralie Lassource. Comment ça se passe ?
- C’est complètement différent de l’année dernière avec Momo (Copy). On apporte chacune nos qualités dans l’équipe, elles sont différentes. Après, c’est à Laurent de savoir comment nous utiliser et ça fonctionne plutôt bien je pense.

- Quelques semaines après tes débuts à Brest, tu as connu l’équipe de France. C’est forcément un objectif d’y retourner ?
- Oui, forcément. J’avais été sélectionnée pour la Golden League il y a un peu plus d’un an. J’avais été appelée en renfort parce que Siraba Dembélé ne pouvait pas venir. Avant ce rassemblement, je commençais déjà à avoir un petit coup de mou et je pense que je n’étais pas prête du tout, je ne m’attendais pas à ce que ça arrive aussi tôt. J’ai donc raté ces trois matches mais maintenant je sais sur quoi je dois travailler. L’objectif lointain pour moi c’est Paris 2024 mais plus tôt j’y serai, mieux ce sera bien sûr ! »


Laurent Bezeau (entraîneur) : « Elle peut progresser dans tous les secteurs »

« Ça fait partie des leitmotivs cette année, on essaye de stabiliser et de garder les filles avec qui ont a envie de travailler et qui ont un bon état d’esprit. Avec eux, l’avenir sera plus grand. Constance a du talent et une marge de progression importante. Elle n’a que 21 ans et on a envie de s’inscrire dans la durée avec elle. Elle peut progresser dans tous les secteurs. Elle peut être extraordinaire aux tirs mais aussi rater tout ce qu’elle veut, elle doit donc stabiliser ses performances. Défensivement, elle doit être capable d’être plus juste et plus dure mais comme elle est intelligente, elle y arrivera ».

Jean-Luc Le Gall (coordinateur sportif) : « Elle est dans l’esprit du club »

« On est vraiment très contents parce que cette prolongation nous permet un peu plus de stabiliser l’équipe sans avoir recours à un changement de joueuse. On est aussi très satisfaits parce que Constance, depuis le départ, est dans l’esprit du club sur le plan des valeurs notamment. Elle a également su nous montrer de la lucidité quant à ses manques dans l’approche de la haute compétition et surtout a affiché une belle évolution dans ce domaine ces derniers temps ».