BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

17.04.20 | Laurent Bezeau : « Avoir un peu de pudeur »

Laurent Bezeau a pris note aujourd’hui de l’arrêt de la saison de Ligue Butagaz Énergie. Si le compétiteur qu’il est affiche bien sûr de la déception de ne pas pouvoir terminer un exercice remarquablement entamé, il n’en oublie pas non plus les raisons. Pour l’entraîneur brestois, il est tout à fait logique que la crise sanitaire ait pris le dessus sur tout le reste. Il a maintenant, comme ses confrères, le regard tourné vers la saison prochaine qui verra la LBE passer de 12 à 14 clubs.


« Laurent, ton avis sur l’annonce de la fin de la saison…
- Au vu de la crise sanitaire, des évolutions de la pandémie et des décisions gouvernementales, il s’avérait très compliqué voire invraisemblable, vis-à-vis de la santé des joueuses et de l’incapacité qu’on aurait à regrouper un public, de pouvoir rejouer. On a des filles qui sont confinées maintenant depuis plus d’un mois et des supporters qui ne pourraient pas rentrer dans les salles alors qu’on produit d’abord un spectacle. Cette décision va donc dans la logique des choses.

- De manière égoïste, on peut trouver dommage que ça s’arrête alors que le BBH faisait une très belle saison…
- C’est très frustrant, oui, mais ce n’est pas grand chose en comparaison de ce que beaucoup de personnes doivent affronter aujourd’hui. Quand on voit le nombre de décès, il faut avoir un peu de pudeur et de décence. Alors, oui, on nourrit un peu de frustration parce qu’on a vécu une superbe saison et qu’on ne la finit pas mais c’est comme ça, à situation extraordinaire décision extraordinaire. Au regard de ce que vivent de nombreuses familles, notre déception est finalement bien légère.

- Brest et Metz finissent donc premiers ex æquo…
- On avait deux équipes avec le même nombre de points. On pouvait toujours tenter de les départager mais peu importe la décision choisie, ça aurait été injuste pour l’un ou pour l’autre. Les deux clubs ne se sont pas rencontrés en aller-retour, ils n’ont pas non plus affronté les mêmes équipes. Les stratégies des uns et des autres pouvaient être différentes également donc le plus juste et le plus équitable était de se dire que Brest et Metz n’ont pas été capables de se départager. C’est un bon compromis.

- Un mot sur la nouvelle formule qui nous attend la saison prochaine avec un championnat à 14 et une finale entre le premier et le deuxième ?
- Il faut voir ça de manière globale, dans l’intérêt du handball féminin. Les clubs traversent une crise économique majeure et il fallait réussir à sécuriser certains projets et les identifier dans le temps pour que les gens puissent réagir et reconstruire les ressources. Passer à 14 clubs, ça permet de faire monter deux équipes de D2 et de maintenir Mérignac. Ça permet aussi de quadriller encore mieux le territoire. Tout cela paraissait être le moins injuste possible eu égard à la situation extraordinaire. La finale entre le premier et le deuxième permettra de départager pour un titre les deux meilleures équipes et de faire un événement qui peut être extraordinaire ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)