BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

16.11.20 | Le plein s'il vous plaît !

Au bout d’une rencontre à domicile disputée à l’extérieur, le Brest Bretagne Handball s’est imposé pour la deuxième fois en trois jours face à Podravka (32-25). Malgré la fatigue d’un très long voyage qui avait auparavant fait une étape à Toulon, les Rebelles ont maîtrisé une partie qu’elles avaient tuée au bout de cinq minutes en seconde période. Ce carton plein en Croatie replace le BBH dans le groupe B de Ligue des Champions avant un match qui pourrait s’avérer clé dimanche contre Odense à l’Arena.

Si vous aviez voulu désarçonner le plus logique des esprits, il n’y avait qu’à l’inviter à cette rencontre entre Podravka et le BBH. Joué à huis clos, un lundi soir devant une salle vide et avec une équipe visiteuse qui était la locale sur le tableau d’affichage, ce match avait beaucoup de peine à ressembler à une opposition classique de Ligue des Champions. Il a pourtant eu lieu et c’est la conclusion heureuse que retiendra le camp brestois, ravi d’avoir validé un long séjour en Croatie avec quatre points précieux dans la musette. Initialement programmée le samedi 7 novembre à la Brest Arena, cette rencontre n’avait pu se jouer, faute de combattantes dans un camp croate touché par la Covid.

Face à une formation courageuse et accrocheuse, les Rebelles auront eu le mérité de trouver deux fois en trois jours la solution pour s’imposer. Et si le suspense dura cinquante bonnes minutes lors du match retour disputé 48 heures auparavant (vous suivez toujours ?), il ne survit pas cette fois à l’entame de seconde période. « On a été solides en défense en première mi-temps, ce n’était pourtant pas évident de rester concentrées après un si long déplacement, analysait Cléo Darleux, brillante avant la pause avec 50% d’arrêts. On s’était dit qu’on devait être irréprochables dans ce secteur aujourd’hui. Et surtout on a fait une super entame après la mi-temps ».

Alors qu’elles étaient parvenues à maintenir leurs adversaires à distance raisonnable à la moitié des débats (15-12, 30e), les Brestoises collaient en effet un violent 5-0 à Podravka en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire (20-12, 35e). « Ça les a tués, lâchait Laurent Bezeau. Ça s’est joué d’abord sur notre capacité à défendre autour de la pivot. À partir du moment où on restait alignés, elles ne pouvaient pas trouver de solutions et on a ensuite réussi à se projeter vers l’avant en montrant de l’aisance ».

Globalement, les Rebelles ont su mieux gérer les temps forts et les temps faibles qui se sont présentés durant cette partie. À l’inverse d’une équipe croate plus jeune et qui pouvait moins compter sur ses rotations pour maintenir de l’intensité et de la lucidité. « On s’est battus autant qu’on pouvait mais on a mal négocié les infériorités et les supériorités numériques, débriefait Zlatko Saracevic, le coach de Podravka. On a fait beaucoup de fautes mais je suis très fier de mon équipe parce qu’on avait quand même été une dizaine de jours à l’isolement sans pouvoir s’entraîner et je savais qu’on n’avait pas la force pour jouer deux fois en trois jours contre une très grande équipe de Brest ».

Outre la performance de Cléo Darleux, impériale quand il fallait résister en première période, le BBH a aussi pu compte sur une Kali Niakaté insaisissable en un contre un et extrêmement active sur le front de l’attaque et sur l’opportunisme d’Alicia Toublanc. Les atouts bretons étaient suffisamment importants pour contrer un collectif qui carbure énormément autour du talent de Milosavljevic, auteure de 11 buts après ses 12 samedi dernier. « Je pense tout simplement qu’on était meilleurs, poursuivait Laurent Bezeau. On a eu de bonnes intentions malgré la fatigue et la longueur du séjour. On prend trois victoires en trois matches (avec celle de Toulon), on ne peut pas faire mieux et ça nous relance sérieusement en Ligue des Champions. Maintenant, le rendez-vous le plus important va être contre Odense dimanche chez nous. Ça sera un moment-clé. On a fait nul à la maison contre Gyor, perdu contre le CSKA Moscou et il faudrait qu’on puisse gagner à la maison. Si on est conquérants et qu’on remporte ce match, ça peut nous ouvrir des perspectives très intéressantes ».

Celles de Podravka, par la voix de son coach, sont déjà trouvées pour la saison prochaine. « J’espère qu’on pourra se rendre à Brest bientôt, concluait avec le sourire Zlatko Saracevic. Ça aurait été un plaisir pour nous d’y aller il y a quelques jours, ça nous aurait permis de retrouver l’ambiance de la France et de boire un peu de bon vin ».
Le raisin survivra probablement à la pandémie alors ce n’est que partie remise…


BREST – PODRAVKA KOPRIVNICA : 32-25 (15-12)
BREST : Darleux (g.), Toft (g.), Quiniou (g.), Mauny, Toublanc (6), Gros (5), Gulldén (4), Lassource (3), Lagattu, Niakaté (6), Catani, Pop-Lazic (1), Foppa (2), Jaukovic (2), Coatanéa (3), Jarrige. Entraîneur : L. Bezeau.
PODRAVKA KOPRIVNICA : Dumanska (g.), Ecimovic (g.), Zadravec (1), Turk (2), Beganovic (1), Popovic, Milosevic (1), Dzono (2), Milosavljevic (11), Mugosa (4), Franusic, Buljan, Skaric, Bancilon (1), Tsakalou (2), Carlos. Entraîneur : Z. Saracevic.