BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

16.04.22 | Des Rebelles sans pitié

Le Brest Bretagne Handball, impérial après la pause, a su dominer Nantes (32-24) dans son Arena une nouvelle fois pleine à craquer pour enregistrer un treizième succès d’affilée en Ligue Butagaz Énergie. Les Rebelles ont aussi confirmé qu’elles étaient bien les bêtes noires des Neptunes en bouclant un dix-septième match sans revers face à cette équipe depuis 2016. La finale du championnat se rapproche encore un peu plus…

 

Elles ne sont pas là pour faire du sentiment. Les Rebelles ont une nouvelle fois pu prouver que leur cohésion collective était bien au niveau de leur ambition. Face à une formation du haut de tableau et aux solides aspirations, le BBH a su être cette force tranquille qui le caractérise depuis les premiers jours de 2022. Accroché pendant la première période, il a ensuite été capable de monter en charge pour distancer puis tenir en respect l’escouade de Helle Thomsen. « Ce soir, l’équipe de Brest a montré comment elle était forte. Si on regarde joueuse par joueuse et tout ce qui a été réalisé depuis le début de la saison, c’est très costaud, avouait la coach danoise, malgré tout « contente d’avoir vu un bon match de handball. Gros respect à Brest et à cette ambiance dans la salle ». Si la technicienne des Neptunes n’affichait pas trop d’amertume, c’est parce qu’elle avait surtout vu une meilleure performance de son adversaire et pas spécialement une prestation ratée de ses troupes. « À la pause, on s’est dit que si Brest devait gagner, c’était en allant chercher la victoire et en étant plus fort que nous, poursuivait-elle. Après avoir perdu à Nice la semaine dernière, et en sachant qu’on allait affronter une formation qui n’est pas dans la même catégorie, on avait décidé de ne pas rester tranquillement en 0-6 en défense pour encaisser dix buts d’écart à la fin. On voulait prendre notre chance, essayer des choses ».

Promesse tenue, les Neptunes ont à plusieurs reprises tenté d’installer du jeu à 7 mais cela s’est rarement montré très convaincant, les Brestoises se régalant de tirs longue distance dans le but vide. En alternant les systèmes, il y avait peut-être par moments de quoi perdre la tête mais les Rebelles ont toujours su rester concentrées pour ne pas se faire déborder. « On aime s’appuyer sur une bonne défense et c’était encore le cas ce soir, pouvait se satisfaire Pablo Morel. Il faut le souligner car Kali Niakaté était absente et on sait combien elle est importante dans ce secteur. Ça prouve que les autres ont bien intégré le projet. On a ainsi vu une belle charnière avec Tonje Loseth et Pauletta Foppa puis avec Eva Jarrige. On sait aussi qu’on a de très bonnes gardiennes et que si on défend correctement, elles feront des arrêts pour qu’on ait ensuite du jeu rapide ». La recette de base du Brest Bretagne Handball a donc une nouvelle fois fonctionné et si parfois en première période les attaques placées balbutiaient légèrement, la prise du grand espace a souvent permis de faire des différences en peu de temps. Ce fut le cas juste avant le repos puis juste après, les Rebelles alignant un 6-0 en 5 minutes (10-11, 28e ; 16-11, 33e). « J’avais dit aux filles que si on commençait à faire des erreurs, elles allaient nous punir, enchaînait Helle Thomsen. C’est là que les Brestoises ont montré qu’elles étaient très fortes ». Et donc sans pitié. Car après avoir su forcer le cours du match en deux temps trois mouvements, elles ont appuyé là où ça faisait mal et laissé l’adversité du jour sur place derrière notamment des voraces Monika Kobylinska et Coralie Lassource (18-16, 38e ; 26-19, 51e).

« On voulait montrer qu’on pouvait être stables à très haut niveau, appuyait Pablo Morel. En première partie de saison, on avait été capables de grands éclats mais aussi de contre-performances juste après. L’objet depuis quelques mois était donc d’imposer un niveau d’exigence élevé et constant et c’est ce que les filles mettent en place depuis début janvier. On veut être maîtres de notre destin ». Et les Rebelles allient donc les actes à la parole. Car si la série de dix-sept matches sans défaite contre Nantes depuis six ans leur semblera anecdotique, celle qui les assied aujourd’hui sur un enchaînement de treize succès consécutifs en Ligue Butagaz Énergie ne les met plus très loin d’une finale à la fin mai. À quatre journées de l’issue de la saison régulière, l’avance sur Paris est intéressante bien qu’encore insuffisante pour se reposer sur ses lauriers. Les Brestoises n’en auront de toute façon pas l’occasion car une bonne partie d’entre elles rejoindront dès ce week-end leur sélection nationale avant de revenir en Bretagne pour préparer le quart de finale de Ligue des Champions contre Gyor. De l’enjeu partout, on vous aura prévenus !

BREST BRETAGNE HANDBALL – NEPTUNES DE NANTES : 32-24 (13-11)
BREST BRETAGNE HANDBALL : Darleux (g.), Toft (g.), Mauny (1), Toublanc (1), Fauske (6), Kromoska, Kobylinska (7), Lassource (6), Pop-Lazic, Foppa (3), Loseth (1), Carlson (3), Coatanéa (4), Jarrige. Entr. : P. Morel.
NEPTUNES DE NANTES : André (g.), Placzek (g.), Hagman (5), Loquay, Stromberg (4), Ondono (4), Moretto (2), Finstad (5), Kragballe (1), Ardouin, Woller (1), Kpodar, Mitrovic (1), Dapina (1). Entr. : H. Thomsen.


(crédit photos : O. Stephan / BBH)