BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

15.11.19 | Laurent Bezeau : « On sait ce qu’on est capables de faire »

À la veille d’affronter Valcea pour le dernier round de la phase de groupes de Ligue des Champions, Laurent Bezeau a fait le point sur les motivations et les capacités de son équipe. Si la première partie de la saison est déjà très positive avec une première place en Ligue Butagaz Énergie et un parcours sans faute en Europe, une victoire en Roumanie permettrait déjà de voir plus loin sur la scène continentale où les quarts de finale sont un vrai objectif. Méfiant avant de jouer une formation de Valcea revancharde et poussée par un chaud public, le coach brestois sait aussi que son groupe est capable de très belles choses sur le terrain.

« Laurent, comment se présente ce match contre Valcea ?
- Le contexte est particulier. Le Main Round a commencé pour nous à partir de Buducnost la semaine dernière. C’est aujourd’hui déjà une course aux quarts de finale. Une victoire à Valcea nous permettrait d’entamer le Main Round dans des conditions optimales mais une défaite ici nous laisserait quand même les cartes en main. L’atmosphère du match sera, à mon avis, très difficile car Valcea va jouer sa qualif’ pour le Main Round, ce sera excessivement complexe. Les Roumaines n’avaient pas montré leur vrai visage chez nous, ce n’était pas vraiment elles. Les analyses des matches suivants nous ont montré qu’elles affichaient un engagement plus important en un contre un et dans l’agressivité défensive. Et n’oublions pas que cette équipe sera portée par un public très bruyant.

- Ce sera en tout cas la fin de la première partie de la saison…
- Oui ce sera la dernière rencontre d’une première moitié qui a été longue et fastidieuse. Et on sera juste avant le Mondial. Dans les deux équipes, des filles partiront juste après rejoindre leur sélection. Nous, on est dans une situation où on a envie de surfer sur la même vague et de partir en trêve avec la banane.

- Le BBH peut-il afficher une certaine confiance avant cette rencontre ?
- Oui car on a enregistré cinq succès en cinq matches de Ligue des Champions, avec à chaque fois des résultats qui ne souffraient d’aucune contestations et des écarts qui auraient pu être plus importants. Le contexte sera tout de même différent ici. On sait qu’on est qualifiés mais on doit être dans une vigilance et une appréhension indispensables à toute performance face à une équipe qui va jouer sa peau en cas d’un exploit de Bietigheim à Buducnost. On est confiants, sereins et on sait ce qu’on est capables de faire mais il ne faut pas négliger notre adversaire. Le pire des pièges serait de penser que ce sera la même chose qu’au match aller.

- Comment vis-tu le fait de voir partir la moitié de ton équipe pour un mois et demi ?
- Je le vis bien parce que c’est comme ça. On a la chance d’avoir de très bonnes joueuses et donc nécessairement internationales. À nous de nous adapter, on est constamment là-dedans. Pour les filles qui vont rester à Brest, il faudra qu’il y ait une phase de récupération, de régénération puis une préparation pour être en pleine possession de leurs moyens fin décembre. L’objectif va être d’entamer le mois de janvier sans être dépendants complètement des internationales parce qu’on ne sait pas dans quel état elles vont revenir ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)