BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

14.09.17 | Christophe Cassan : « L’année dernière a été éprouvante »

Maintenu en mai à l’issue des play-downs, Fleury espère connaître une saison plus sereine. En ajoutant de l’expérience à un groupe plutôt jeune, l’entraîneur Christophe Cassan espère avoir bâti un socle suffisant pour faire progresser ses joueuses et installer son équipe dans le premier tiers du classement d’ici deux ans.

« Comment s’est passée l’été de Fleury ?
- La saison actuelle, on l’a préparée l’an passé donc on a pu profiter des vacances. L’année dernière a été difficile et éprouvante pour tout le monde. Il fallait anticiper l’avenir et se maintenir. La préparation de l’équipe ayant été faite en amont, on a pu réfléchir tranquillement à la façon dont on allait s’organiser.

- Comment a été bâti votre groupe ?
- On avait besoin d’avoir une ossature de joueuses avec un peu plus d’expérience parce qu’on a un projet de formation prioritaire mais, pour exister au plus haut niveau, il faut encadrer les jeunes avec des filles expérimentées et on l’a fait en signant Laura Kamdop et Adriana Craciun.

- Quelles sont les forces de ce groupe ?
- Sans doute sa qualité de travail et sa volonté à bosser également. Depuis le 15 juillet, les joueuses sont à l’écoute et se montrent volontaires. C’est le point fort de mon groupe. On souhaite bâtir une équipe qui, d’ici deux ans, pourra rivaliser pour figurer dans les quatre premières du championnat. On fonctionne par étapes. Aujourd’hui, on a trouvé l’équilibre et les complémentarités. Maintenant, il faut travailler de manière plus importante la défense et le grand espace qui doivent être des points forts pour nous. L’an prochain, on aura presque la même ossature de joueuses et il nous faudra juste y ajouter quelques filles. Le groupe est bien équilibré et a une volonté réelle d’accéder aux objectifs qui sont l’accès aux play-offs le plus rapidement possible.

- Justement, dans quelle zone du classement vous donnez-vous le droit d’exister cette saison ?
- Entre 6 et 10. On a voulu une préparation estivale dure pour évaluer le niveau à atteindre. On a affronté Metzingen, Brest, Issy Paris… On veut absolument pouvoir planifier le chemin qu’il reste à parcourir pour pouvoir rivaliser avec ces formations d’ici deux ans.

- Que vous inspire cette LFH à 12 ?
- J’espère qu’on va rester à 12 justement jusqu’à la fin. Au niveau organisationnel et structurel, c’est un combat au quotidien et j’imagine que les autres clubs font le même travail que nous. Deux équipes se détachent clairement, Metz et Brest, ensuite il y a un lot de poursuivants qui peuvent s’appuyer sur une certaine stabilité comme Besançon. Et puis, pour le reste, c’est assez ouvert.

- Contre Brest, vous allez terminer une belle trilogie après Issy Paris et Metz…
- C’est à double tranchant. Si on fait un bon match contre un gros, on ressort gonflé à bloc et si, comme contre Metz, on ne tient que 30 minutes, c’est bien différent. L’objectif contre Brest sera d’essayer de tenir le maximum de temps. On sait que ce sera dur mais on luttera avec nos forces et nos faiblesses. On est conscient que contre ce genre d’équipes, ce sont des confrontations compliquées donc, pour nous, le moindre point sur cette série est très important. On a fait une bonne prestation contre Issy Paris, une rencontre moyenne contre Metz et il nous faut donc relever la tête cette semaine pour ressortier avec des certitudes, pas forcément en terme de résultats mais plutôt dans le contenu ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)