BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

14.05.22 | Encore un effort...

Le Brest Bretagne Handball a bien relevé la tête après son revers mercredi contre Metz. Les Rebelles ont mené de la première à la dernière minute face à Nice et terminé sur un bel écart (21-37). Grâce à ce succès, elles se rapprochent un peu plus de la deuxième place qualificative pour la finale de Ligue Butagaz Énergie. Elles la valideront en réalisant au moins un nul lors des deux dernières rencontres, face à Paris ou Besançon.

« Quand on est dans une saison aussi palpitante, très forte en émotions, notre capacité à rebondir est toujours mise à l’épreuve. Ce match contre Nice était un bon moyen d’évaluer le groupe, de ressentir qu’on était encore présents et qu’on n’avait rien lâché malgré la défaite contre Metz ». Pablo Morel ne masquait pas sa satisfaction d’avoir vu sa formation non seulement décrocher les trois points précieux de la victoire sur la Côte d’Azur mais également se relever d’une belle manière après la gifle reçue trois jours auparavant. D’une pierre deux coups en quelque sorte pour ce collectif qui a su se remobiliser pour combler encore un peu plus le chemin qui le sépare de la finale espérée. Les compteurs ayant été remis à zéro cette semaine avec ces deux rencontres en retard disputées, les Rebelles disposent donc de trois points d’avance sur Paris à deux échéances du terme. Autant dire qu’elles y sont presque. Hasard du calendrier, la prochaine confrontation sera contre les joueuses de Yacine Messaoudi, poursuivantes immédiates au classement. Autant appeler ça tout de suite un match crucial. « C’est une demi-finale, clairement, puisqu’en cas de victoire on accédera à la finale, appuyait Pablo Morel. Si on peut le faire dès mercredi, on le fera mais s’il faut aller chercher la qualif’ à Besançon lors de la dernière journée, on sera prêts à se battre jusqu’au bout. Et puis ce match contre Paris sera celui de la célébration des 10 ans du BBH. On a la chance et l’honneur de pouvoir représenter le club pour cette occasion, il faudra être à la hauteur ».

En affichant le même sérieux qu’à la Halle Charles-Ehrmann de Nice, les Brestoises se mettraient en tout cas dans les meilleures dispositions pour atteindre leur but. Face aux Aiglonnes, elles n’ont en effet pas attendu une minute pour afficher le niveau d’intensité nécessaire pour mettre rapidement leurs adversaires au supplice (2-8, 10e). « Avec la fatigue, la déception de l’élimination contre Gyor et le mauvais match contre Metz, je pensais qu’en agressant Brest ce serait efficace mais il a manqué certains détails, relevait le coach niçois Marjan Kolev. Pour cela, j’ai voulu commencer avec une défense 1-5 mais les raisons principales de notre mauvais départ ont été les pertes de balles, les ratés en attaque et le jeu rapide du BBH sur les huit premières minutes ». Avec une Cléo Darleux qui fermait la boutique et enchaînait les passes de quarterback pour ses ailières, le Brest Bretagne Handball prenait rapidement ses aises et il ne devait qu’à plusieurs infériorités numériques et un peu moins de précision dans la finition de ne pas totalement décoller son adversaire. Mais après quinze minutes plus difficiles, il remettait la gomme avant le repos (10-17, 30e) et allait par la suite sans cesse augmenter son pécule. « Il fallait se concentrer sur nous-mêmes, mettre du rythme et retrouver ce plaisir de bien défendre ensemble, d’avoir la possibilité de contre-attaquer, poursuivait Pablo Morel. Après notre bon lancement de match, on a pu concerner l’ensemble du groupe parce que c’est la politique du club depuis le début de la saison et qu’on aura de toute façon besoin de tout le monde ».


Après la pâle copie offensive rendue face à Metz, les Rebelles ont à nouveau pu se lâcher pour raccrocher des standards qui leur ressemblent davantage. Sur attaque placée, sur grand espace, elles ont souvent trouvé la mire et pu se faire plaisir. « On est toujours sur un fil pour ce qui est du mental, rappelait Pablo Morel. C’est toujours important de pouvoir reprendre de la confiance là-dessus. Face aux gardiennes ces derniers temps, on avait été un peu fragiles. Là, on s’était dit qu’il fallait se relâcher, prendre des initiatives et on a finalement vu des filles libérées et en réussite ». C’est donc avec le maximum de bénéfices que le BBH a repris samedi soir le chemin du Finistère. Il dispose maintenant de quelques jours pour préparer au mieux la réception de Paris dans une Brest Arena qui affichera encore complet pour soutenir ses protégées et fêter les dix ans du club. On en salive déjà.

OGC NICE HANDBALL – BREST BRETAGNE HANDBALL : 21-37 (10-17)
OGC NICE HANDBALL : Colic (g.), Micevska (g.), Botello, Chambertin (3), Fall (4), Kerinec, Lachaud (2), Le Bechennec (2), Prouvensier (1), Semedo (4), Skolkova (2), Sy (3). Entraîneur : M. Kolev.
BREST BRETAGNE HANDBALL : Darleux (g., 1), Toft (g.), Coatanéa (1), Fauske (1), Foppa (4), Jarrige (3), Carlson (2), Kobylinska (4), Kromoska, Loseth (2), Lassource (4), Mauny (8), Pop-Lazic (1), Toublanc (6). Entraîneur : P. Morel.


(crédit photos : O. Stephan / BBH)