BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

13.11.21 | Ces Rebelles sont des guerrières !

De haute lutte, le Brest Bretagne Handball a décroché sa quatrième victoire de la saison en Ligue des Champions face à Buducnost (25-21). Les Rebelles ont dû être patientes et maintenir le niveau d’intensité au plus haut jusqu’au bout pour terrasser définitivement des Monténégrines accrocheuses. Elles enchaînent ainsi dans la compétition avant de se déplacer dans les Balkans le week-end prochain pour la revanche et le dernier match avant la trêve internationale.

Quand on voit une Arena comme celle-là, on se demande comment faisaient les filles pendant les huis clos. Comme c’était déjà le cas il y a une semaine face à Dijon, l’écrin brestois a tout donné. Une manière sûrement de se mettre au diapason d’une troupe de Rebelles dont la jauge de carburant baisse de match en match mais qui a une nouvelle fois fait preuve d’une remarquable abnégation pour se sortir du piège tendu par les Monténégrines. Un coup d’œil au classement avant la rencontre ne suffisait ainsi pas à prédire une rencontre tranquille pour le BBH face à une jeune formation de Buducnost toujours fanny mais en progrès constants depuis le début de la saison. La guerre de tranchées a bien eu lieu et il a fallu les arrêts de Sandra Toft et les accélérations sur grand espace pour se défaire définitivement de l’adversaire du jour. « On savait que ce serait comme ça parce que Buducnost est une équipe qui joue énormément avec enthousiasme et agressivité, appuyait Pablo Morel. Ce fighting spirit, c’est leur force et on avait conscience qu’on affronterait ce genre d’intensité et qu’on allait devoir puiser dans nos ressources. Mais on savait aussi qu’on en était capables, qu’on avait du caractère et qu’on pourrait faire preuve de résilience pour aller chercher les dernières forces ».

Un temps décrochées en début de partie (6-3, 11e), les Monténégrines n’ont ensuite jamais baissé pavillon, seulement rattrapées par la fatigue dans les dernières minutes. Les Brestoises auraient pu se faire peur, paniquer un peu en voyant que le chewing gum restait encore sous la chaussure (17-17, 39e) mais quelques minutes de folie marquées par des éclairs d’Helene Fauske et une belle entrée de Romane Kromoska allaient mettre le feu à une Arena qui n’attendait que ça. Sous la pression d’une défense au taquet et d’une Sandra Toft scintillante, Buducnost allait dévisser quelques instants, suffisamment pour ne plus revoir ensuite le BBH (23-18, 49e). « Mes filles sont jeunes et ont perdu la tête par moments durant le match, analysait la coach Bojana Popovic en conférence de presse. On a fait des erreurs mais je les ai vues se battre jusqu’au bout. On aurait sûrement pu mieux faire mais merci à elles car elles ont tout donné. Il faut maintenant travailler pour préparer la rencontre de la semaine prochaine même si ce qui occupe surtout mon esprit actuellement, c’est la blessure de ma joueuse ». Valeriia Maslova, puisque c’est d’elle dont il s’agit, était pourtant partie comme un avion, inscrivant trois des quatre premiers buts de son équipe mais une mauvaise chute allait lui occasionner une luxation du coude synonyme de fin de partie.

Sans sa meilleure arme offensive, Buducnost ne s’est pas écroulé et a donc poussé Brest dans ses derniers retranchements. Et quand certaines questions d’après-match pouvaient laisser transpirer une pointe de surprise quant à la difficulté de battre aussi difficilement la dernière équipe au classement, Pablo Morel remettait l’église au centre du village : « Ce sont quand même des internationales en face… Elles n’ont perdu que de quatre buts contre FTC, de six contre Rostov, ça devient une équipe difficile à manœuvrer. Il ne faut pas la prendre pour ce qu’elle n’est pas. Buducnost est un club historique, avec du savoir-faire et une coach (Bojana Popovic, 6 fois vainqueure de la Ligue des Champions en tant que joueuse) qui connaît extrêmement bien ce niveau. Et nous on est à notre place, avec une équipe diminuée, fatiguée, la marge se réduit donc. Il faut qu’on soit vraiment heureux et fiers de ce qu’on est capables de faire aujourd’hui ».

Un sentiment pleinement partagé par la scoring machine du jour, Alicia Toublanc. La néo-internationale s’est régalé avec un très joli 7/8 aux jets de 7 mètres et un total bien rondelet de dix unités. « Je me sens bien sur le terrain et c’est vrai que comme je tire les penalties, ça se voit davantage au niveau des buts, confessait-elle. Je suis très contente mais aussi un peu déçue parce que j’aurais pu en mettre un onzième (rires). Quand il y a beaucoup de penalties comme ça, ce n’est pas toujours facile, il faut réussir à entrer dans la tête de la gardienne. Ça a en tout cas été un gros combat. On a un groupe restreint, il y a eu des blessures, du Covid et on est donc obligées de se battre du début à la fin, on ne peut pas se permettre de ne pas être à fond ».

Cadeau du ciel, les Rebelles ont maintenant une semaine pour souffler et préparer la revanche qui se jouera à Podgorica le week-end prochain. « C’est seulement la deuxième fois que ça nous arrive depuis le début de la saison, souriait Pablo Morel. On va pouvoir se régénérer mais ça peut aussi être un piège parce qu’on est habitués à un certain rythme. Il faudra donc bien s’entraîner pour être au mieux pour le match retour qui peut nous faire basculer complètement sur quelque chose de positif. Malgré le contexte actuel, on est encore dans les clous et on garde des ambitions fortes ».

BREST – BUDUCNOST PODGORICA : 25-21 (12-12)
BREST : Darleux (g.), Quiniou (g.), Toft (g.), Mauny (1), Toublanc (10), Fauske (4), Kromoska (2), Lassource (1), Lagattu, Niakaté (2), Pop-Lazic, Foppa (2), Loseth (1), Coatanéa (2), Jarrige, Gavric. Entr. : P. Morel.
BUDUCNOST PODGORICA : Babovic (g., 1), J. Kadovic (g.), Marsenic (g.), Corovic, Mitrovic, Pletikosic (4), Zrnic, A. Popovic, Brnovic (2), Bulatovic (3), Maslova (3), N. Kadovic, Pavicevic (2), Kepic (5), Vukcevic (1). Entr. : B. Popovic.


(crédit photos : O. Stephan / BBH)