BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

13.10.18 | Ça vaut cher…mais ça coûte (aussi) cher

Au bout d’un match d’une grande intensité, le Brest Bretagne Handball et Rostov se sont séparés sur un score de parité, 29-29, le deuxième de la semaine pour le BBH. Dans une partie qu’elles auraient honnêtement pu gagner mais à la fin de laquelle elles étaient plus proches d’une défaite, ce premier point pris en Ligue des Champions laisse forcément des sentiments mitigés, d’autant que deux filles, Cléo Darleux et Bella Gulldén, ont dû quitter le terrain prématurément. Avec le cœur, les Brestoises sont en tout cas allées chercher ce point qui leur permet d’avancer avant une double confrontation avec Sävehof.

« Je ne sais pas si ce match nul est fondateur mais c’est un dépucelage en Ligue des Champions au bout d’une semaine où les filles n’étaient pas au mieux. Elles étaient très fatiguées mais dans la difficulté, elles ont su relever la tête ». Au jeu du verre à moitié vide ou à moitié plein, Laurent Bezeau avait vite choisi son camp lors de la conférence de presse à l’issue de la rencontre. Malgré tout, dans la tête du technicien du BBH, il y avait certainement dans un coin le regret de ne pas avoir su surfer jusqu’au bout sur ce bel écart que ses ouailles avaient réussi à creuser au cœur de la deuxième période (26-21, 48e).

Au plus haut dans les pronostics à ce moment-là du match, les Brestoises venaient en revanche de perdre Bella Gulldén, touchée à la voûte plantaire. Lien de cause à effet ou pas, les Rebelles allaient prendre de plein fouet juste après un terrible 6-0 qui permettait à Rostov de repasser devant (26-27, 56e). Sen, qui a pesé toute la partie, et Vyakhireva, sortie de sa boîte à l’instant opportun, étaient passées par là et semblaient même conduire les leurs à un nouveau succès face aux Brestoises. Une contre-attaque brestoise manquée à 27-27 confirmait d’ailleurs les craintes d’une fin de match défavorable. Mais comme durant tous les débats ce samedi, c’est avec la hargne et un courage remarquables que les Bretonnes sont allées chercher un nul dans les dernières secondes, au forceps, par Pauline Coatanéa.

« Je suis vraiment heureuse de la combativité et de la solidarité qu’on a montrées, débriefait Allison Pineau, la capitaine du BBH. On aurait pu perdre ce match, il y a eu des moments de flottement, mais on n’a pas lâché et on y a cru jusqu’à la fin. On est allées au bout de nous-mêmes, ce n’était pas facile. On voulait une victoire, ça n’en est pas une, mais ça nous permet d’avancer. Ça faisait longtemps qu’on nous rabâchait notre zéro pointé en Ligue des Champions donc j’espère que ça va vraiment lancer notre campagne ».

Trois jours après un autre partage des points, plus frustrant celui-là, face à Besançon, le Brest Bretagne Handball a pu faire apprécier son état d’esprit, ses valeurs morales et Laurent Bezeau a aussi pu ouvrir son banc pour apporter d’autres solutions, notamment par Jovana Stoiljkovic et Marta Mangué. Il le fallait certainement tant l’enchaînement des rencontres commençait à peser dans les jambes. « Je veux vraiment féliciter les joueuses pour ce match, appuyait Laurent Bezeau. Ce n’est pas une victoires, certes, mais il y a encore quelques jours, on était dans une situation compliquée avec aussi beaucoup de fatigue accumulée. Pour avoir ce résultat, il a fallu avoir du cœur ».

En première mi-temps tout d’abord pour ne pas laisser filer une formation russe qui avait pris l’affaire par le bon bout et profitait de chaque opportunité pour enfoncer le clou (8-11, 19e). Les prémices de la révolte allaient commencer à se faire remarquer avant le repos et au courage, c’est avec un seul but de retard que les filles regagnaient les vestiaires (15-16, 30e). « Pendant la première période, on avait fait du très bon travail, avec une bonne défense, et on avait su faire un bel écart, reconnaissait l’expérimenté coach Ambros Martin. Ensuite, on se doutait que ça allait pousser fort et c’est ce qui s’est passé mais bon, on menait quand même encore d’un but dans la dernière minute. Je suis donc juste déçu par le résultat, pas par l’état d’esprit de mon équipe ».

En prévoyant un orage au-dessus du crâne de ses protégées, Martin avait vu parfaitement juste car les Brestoises démarraient pied au plancher le deuxième acte. Pop-Lazic, Gros, Mangué, Mauny, tout le monde y mettait du sien et faisait exploser l’Arena jusqu’à ce fameux 26-21 de la 48e minute…
Alors il aura peut-être manqué un peu d’expérience à ce groupe pour contenir le retour de Rostov mais soyez-en convaincus, toutes les filles auront beaucoup appris de ce nouveau match au plus haut niveau. « La culture, ça ne tombe pas du ciel, martelait pour conclure Laurent Bezeau. On doit vivre les choses et ce sont aussi les joueuses qui peuvent nous apporter de l’expérience. On ne peut pas rattraper le temps alors on travaille beaucoup. . On construit et on avance ». C’est bien là le principal.

BREST – ROSTOV : 29-29 (15-16)
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Mauny (2), Toublanc, Tissier, Gros (8), Pineau (2), Copy, Gulldén (3), Prouvensier, Pop-Lazic (5), Stoijkovic (2), Foppa, Coatanéa (2), Limal (1), Mangué (4). Entraîneur : L. Bezeau.
ROSTOV : Mekhdieva (g.), Pessoa (g.), Sedoykina (g.), Slivinskaya, Managarova (3), Petrova, Sen (10), Abbingh, Vyakhireva (9), Sudakova, Maslova (2), Makeeva (3), Kalinichenko, Duleva, Kuznetsova (2), Borshchenko. Entraîneur : A. Martin.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)