BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

12.05.21 | Les Rebelles virent en tête

Avec maîtrise, le Brest Bretagne Handball s’est imposé à Nantes et raflé la mise dans ces play-offs de Ligue Butagaz Énergie. Les Rebelles aborderont donc la finale face à Metz avec l’avantage du terrain, une première pour le club. Cette pole, si elle n’offre rien de particulier, a au moins le mérite de récompenser la très belle saison des Brestoises et la régularité affichée depuis le mois de septembre. Mais avant d’en découdre avec leurs meilleures ennemies, elles s’offriront ce week-end une parenthèse avec la finale de la Coupe de France face à… Nantes.

La joie était réelle mais retenue. Après 60 minutes à Mangin-Beaulieu, les Rebelles avaient ce qu’elles voulaient, la victoire, mais aussi en tête que cela ne leur garantissait rien pour la suite. Leurs assurances sont ailleurs, dans la manière dont elles ont une nouvelle fois su gérer temps faibles et temps forts sans jamais tomber dans la panique, même quand les Nantaises ont fait apparaître la menace au cœur de la deuxième période (18-21, 41e). Cette première place inédite, qui leur offre l’avantage du terrain pour la finale de la semaine prochaine face à Metz, ne les comble certainement pas mais valide un exercice 2020/2021 très solide. « C’est une grande satisfaction évidemment et il ne pouvait pas en être autrement, lâchait le coach brestois Laurent Bezeau après les débats. Ça récompense une très belle saison de la part de mes joueuses qui sont formidables ».

Lancées dans les trois semaines les plus importantes de leur année, les Brestoises tenteront dans quelques jours de chiper le titre national dans la vitrine messine et pourront donc pour la première fois bénéficier du match retour à la maison. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, il ne sera plus question de huis clos et malgré un parterre réduit, l’Arena pourra vibrer devant ses chéries et les pousser comme à une époque qui paraît si lointaine. Pour bénéficier de ce privilège, les Rebelles ont su depuis septembre se montrer sereines, parfois géniales, et toujours solides. Elles auraient pu tout « perdre » à cause d’un coup de moins bien fin février (défaites à Paris et Besançon) mais ont parfaitement su ensuite redresser la barre et surtout aller chercher le succès-clé à Metz en mars. Jusqu’au bout, les Lorraines auront maintenu la pression sur le BBH mais le goal average particulier était bien en faveur de Brest.

Le dernier écueil à franchir ce mercredi était de taille puisque Nantes venait de remporter la Ligue Européenne et surfait sur une dynamique et un enthousiasme forts à l’heure d’affronter les Finistériennes. Mais sans doute émoussées, et privées de De Paula et Hagman laissées au repos, les ouailles de Guillaume Saurina n’ont jamais vraiment pu inquiéter les Brestoises. « Il y avait de la fatigue physique et mentale, reconnaissait le coach du NAHB. Cela a donné un manque de concentration et d’intensité. Certaines choses peuvent être excusables, d’autres un peu moins mais comment leur en vouloir ? Je reste immensément fier de cette équipe. Pour l’emporter ce soir, il aurait fallu mettre autant d’intensité que le week-end dernier et c’était impossible. On voit en tout cas les pistes d’amélioration ». Dans le viseur de Guillaume Saurina, une échéance arrivant très rapidement : la finale de la Coupe de France samedi.

Alors ce match, qui revêtait certainement plus d’importance pour le BBH, était un petit peu en effet une répétition générale avant la distribution du premier titre national de la saison. Nantes qui avait laissé deux éléments au repos, et Brest qui évoluait sans Monika Kobylinska et Kali Niakaté, n’ont peut-être pas tout montré à l’adversité ni mis toute la gomme à Mangin-Beaulieu. « Il ne faut surtout pas se sentir assurés de quoi que ce soit après ce match, avertissait d’ailleurs Laurent Bezeau. Connaissant les Nantaises et ce qu’elles sont capables de faire, ça va être très difficile samedi. Ce sera une finale et ça ne ressemblera donc à aucun autre match. Les deux équipes devraient aussi être au complet ». Un gros combat en vue donc à Créteil ? Très probablement puisqu’entre le BBH qui cherchera à décrocher son premier titre de la saison et un NAHB qui voudra réaliser le doublé en une semaine, il n’y aura qu’un vainqueur. « Ce sera un match différent, répétait deux fois avec un petit sourire Guillaume Saurina pour conclure. Il faudra espérer que la rencontre de ce soir n’était qu’un avertissement. On a vu qu’on était capables de leur poser des problèmes sur certaines choses mais on devra être capables de le faire sur tout un match ».
Les nuits risquent d’être courtes d’ici samedi…

NANTES – BREST : 23-32 (11-16)
NANTES : Placzek (g.), Fontaine-Carretero (g.), Ahanda (7), Ayglon-Saurina (1), Bellec, Finstad Bergum (4), Dancette (4), Escribano, Kieffer, Kpodar (4), Loquay, Maubon (1), Mitrovic (1), Sylla (1). Entraîneur : G. Saurina.
BREST : Toft (g.), Darleux (g.), Catani (1), Coatanéa (2), Foppa (3), Gros (8), Gulldén (4), Jaukovic (5), Loseth, Lassource (3), Mauny (2), Pop-Lazic, Tissier (2), Toublanc (2). Entraîneur : L. Bezeau.


(crédit photos : Philippe Riou)