BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

12.01.22 | Le succès qu'il fallait

Le Brest Bretagne Handball a décroché une victoire extrêmement importante dans la salle du Paris 92 ce mercredi et réalisé une très belle opération au classement. Pour venir à bout des coriaces Parisiennes (28-32), les Rebelles ont dû faire preuve de courage et d’abnégation, tout en dictant le rythme de la partie. Les voilà en tout cas totalement relancées dans la course aux deux premières places du classement synonymes de finale à l'issue de la saison.

Il y avait forcément beaucoup à craindre d’une rencontre comme celle-là. Avec la pression du résultat – Paris était devant au classement – et un contexte marqué par de nombreux cas de Covid, le Brest Bretagne Handball s’avançait avec méfiance vers le Palais des Sports d’Issy-les-Moulineaux. Au même endroit un an auparavant, les Rebelles avaient vécu une bien sale soirée et le menu du jour en tout cas était connu : une rude bataille pendant 60 minutes. Face à la deuxième défense du championnat, l’armée brestoise était en plus bien diminuée en raison notamment des cas de Covid détectés depuis la semaine dernière : Aïssatou Kouyaté, Sandra Toft, Tonje Loseth et Alicia Toublanc manquait à l’appel. Alors le succès venu couronner la soirée avait de quoi rendre Pablo Morel heureux : « C’était important de gagner ici pour plusieurs raisons. Au niveau comptable déjà et puis aussi parce que Paris a historiquement toujours posé des problèmes à Brest dans un registre de combat. Il nous fallait être capables de faire face à ce défi-là. Comme beaucoup, on est dans une période où on est un peu dos au mur avec les blessures, le Covid alors on voulait se prouver et montrer aux personnes qui nous supportent qu’on est une vraie équipe et que face à l’adversité, on est capables de faire preuve de belles valeurs de solidarité et d’abnégation ».

La rencontre s’est sans doute jouée au cœur du premier acte, quand les Rebelles ont su profiter d’un coup de moins bien de Paris pour s’envoler au tableau d’affichage et créer un premier gros écart. Profitant des offrandes parisiennes du moment, s’appuyant sur une défense performante et une Cléo Darleux inspirée, le BBH infligeait un 6-0 en 8 minutes à ses hôtes pour prendre le large (9-10, 17e ; 9-16, 25e). « J’ai deux regrets sur ce match, lâchait Yacine Messaoudi, le coach francilien. Je trouve qu’on a pris trop de buts sur grand espace et puis il y a cet enchaînement en première période quand on rate trois shoots, qu’on perd deux ballons et que ça créé l’écart qu’on retrouve à la fin du match. C’était un moment charnière ».

Entre cette envolée bretonne et la fin des 60 minutes, les Rebelles auront dû malgré tout survivre à quelques instants cafouillés avant les citrons, comme face à Chambray une semaine auparavant (10-17, 26e ; 13-17, 30e), et à une pression quasi-constante des Lionnes de la capitale après le repos. Revenues plusieurs fois à -2, elles n’ont pour autant jamais réussi à faire la bascule. « Il ne fallait pas qu’on tombe dans un mano a mano avec cette équipe parce qu’elle aurait alors dicté son rythme, expliquait Pablo Morel. On devait réussir à faire des éclats et ensuite savoir faire preuve de courage et de confiance. Les filles ont été exemplaires dans ces deux registres ».

Brest n’aura donc été mené qu’une seule fois dans cette rencontre (2-1, 4e) et aura parfaitement réussi à imposer son tempo pour ne pas avoir à courir au score et se retrouver les pieds dans la mélasse. « Paris s’appuie sur une grosse défense et prend énormément de temps en attaque pour emmener l’adversaire dans un combat lent et difficile, développait également Pablo Morel. Notre ambition était d’être aussi capables de défendre longtemps et de refuser ce rythme-là, d’aller sur du jeu rapide. On a mis 32 buts à Paris, c’est un très bon point ». Si les prestations individuelles de Pauletta Foppa ou Kali Niakaté ont forcément sauté aux yeux, la solidarité et l’épaisseur de la performance collective poussent forcément à apprécier encore davantage l’œuvre globale de Rebelles déterminées ce mercredi dans la capitale. Le bilan de la soirée va en tout cas dans le sens des objectifs brestois et le premier à le reconnaître était Pablo Morel : « C’est une bonne opération au classement. L’ambition de ce mois de janvier est d’être à nouveau maîtres de notre destin, pour ne plus dépendre de personne ». Il y a encore de la route mais le chemin est le bon.

PARIS 92 – BREST BRETAGNE HANDBALL : 28-32 (13-17)
PARIS 92 : Gabriel (g.), Serdarevic (g.), Ayong, Chauveau, Cissokho (4), Flippes (4), Fofana (2), Joao, Lapointe, D. Lassource (4), Niombla (3), Offendal (9), Sajka (2). Entraîneur : Y. Messaoudi.
BREST BRETAGNE HANDBALL : Darleux (g.), Quiniou (g.), Coatanéa (3), Fauske (6), Foppa (8), Jarrige, Kobylinska (2), Kromoska (1), C. Lassource (2), Mauny (3), Niakaté (6), Pop-Lazic (1), Raulo. Entraîneur : P. Morel.