BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

11.05.22 | Dans la nasse

Au bout d’un match parfois étrange et d’une deuxième période très pauvre en buts, le Brest Bretagne Handball s’est incliné assez lourdement face à son rival messin (12-24). Les Rebelles ont vu leurs adversaires s’envoler après le premier quart d’heure et n’ont plus jamais été en mesure de recoller au score, trouvant seulement deux fois le chemin des filets après le repos. Il leur reste donc maintenant trois rencontres pour valider une accession à la finale et la première étape, c’est pour samedi avec un déplacement à Nice qui vaudra forcément cher dans cette dernière ligne droite.

À six minutes du terme, certains ont dû se pincer dans les tribunes et se demander s’ils ne rêvaient pas. Le score de la deuxième période, après 24 minutes de jeu, était alors de…3-2 pour Metz (12-20, 54e). Entre deux formations habituées à flirter avec les 35 unités par match, la sécheresse offensive globale avait de quoi surprendre. Il y aura bien sûr deux manières de juger cela, à savoir une grosse performance défensive du BBH face à la meilleure attaque du championnat ou bien d’énormes difficultés à trouver la mire de l’autre côté du terrain. Quoi qu’il en soit, tout s’était malheureusement déjà joué dans le premier acte que les Lorraines avaient atteint avec un épais matelas de sept buts. Revenir au score tenait alors d’un véritable exploit même si les Rebelles ont su mettre devant leur gardienne les ingrédients nécessaires. Avant de gâcher un nombre incalculable de munitions au moment de conclure. « On était condamnés à revenir et le poids du ballon était donc plus lourd, expliquait Pablo Morel. Ça nous a mis une pression supplémentaire. En deuxième, on a montré de belles choses défensivement mais l’impact de l’écart à la pause était trop lourd et ne nous a pas permis de marquer des buts qui paraissaient plus ouverts ». À 6 mètres, sur les ailes, aux jets de 7 mètres, les Rebelles ont galéré comme rarement, trouvant face à elles une solide défense et des portières à leur aise. « Les équipes n’ont pas beaucoup couru en deuxième, le repli était plutôt bon et elles se sont affrontées surtout sur attaques placées, rembobinait Emmanuel Mayonnade, pas non plus habitué à voir sa formation scorer 7 buts en 30 minutes. J’ai aimé notre stabilité comptable lors du premier quart d’heure de reprise ».

Metz Handball avait pour ainsi dire fait le job auparavant et puni sans pitié les moindres errement brestois après le premier quart d’heure (9-10, 18e ; 10-17, 30e). « On a pris énormément de buts, regrettait Pablo Morel. Dix-sept, c’est beaucoup trop en une mi-temps pour rivaliser avec une équipe comme Metz. On a manqué d’agressivité, de solidarité, et c’était un peu ce qui nous était arrivé il y a quelques jours à Gyor également. On avait du mal à concrétiser nos occasions et derrière on prenait du jeu rapide. Quand on n’arrive pas à appliquer ce qu’on a mis en place, on devient fragiles psychologiquement ». Comme sur les jets de 7 mètres donc que le BBH a énormément vendangés, en laissant cinq sur la route après avoir utilisé quatre tireuses différentes. « Par moments, nos gardiennes ont pris le dessus, reconnaissait Emmanuel Mayonnade. On avait quelques craintes sur notre état de forme au sortir d’une période sans jouer et je trouve qu’on a plutôt bien maîtrisé ce manque de compétition. L’entame m’a beaucoup plus, la consistance qu’on a su mettre. Ce n’est pas là qu’on a fait la différence mais je trouve que l’engagement et le répondant physique étaient au rendez-vous ». Globalement, les Messines ont donc mis la barre trop haut pour des Brestoises sans doute aussi émoussées par l’accumulation de matches de très haut niveau comme le fut la double confrontation avec Gyor. « Je ne pense pas que ce soit un blocage par rapport à nos adversaires, abondait Pablo Morel. C’est davantage de la fatigue mentale, un peu de doute aussi. Ce n’est pas forcément lié à l’adversité du jour, c’est plutôt nous qui avons trébuché ». Metz a donc infligé au BBH son premier revers en Ligue Butagaz Énergie en 2022, le dernier remontant à six mois et un déplacement…en Lorraine. Les coéquipières de Grace Zaadi ont disposé deux fois en saison régulière de leurs meilleures ennemies. Avec une explication ? « On a bien été bousculés face à cette équipe l’année dernière, peut-être qu’on ne veut pas revivre cela, avançait Emmanuel Mayonnade. Il est possible qu’on se serve de qu’il s’est passé ».

Si les Rebelles n’ont pas encore l’assurance de disputer le titre à la fin du mois, le coach messin voit « Brest passer en finale ». Il faudra pour cela enregistrer encore une victoire et un nul ou tout simplement un succès sur Paris mercredi prochain à l’Arena. « Ce sprint est important pour tout le monde, on a envie de bien faire et ce soir, l’enjeu a pris le dessus sur le jeu, concluait Pablo Morel. Alors on va d’abord se concentrer sur nous, tirer des leçons pour vite rebondir. Il n’y a pas d’accident dans le sport de haut niveau, c’est la conséquence de plusieurs choses. Mais pour autant, rien n’est encore joué, on a toutes les cartes en main. La formule permet ce genre de scénario. On doit jouer avec les règles et les règles nous imposent d’être bons le 26 et le 29 mai si on se qualifie ». Et comme son homologue brestois, Emmanuel Mayonnade, qui vient d’enregistrer avec son équipe un 24e succès consécutif en LBE, sait que tout sera remis à plat dans deux semaines au moment d’aborder la finale : « On n’a rien gagné du tout, indépendamment de notre bonne saison. Tout se jouera à la fin. On sera peut-être encore plus cons que l’année dernière même si j’espère que la vérité se situera pour nous entre zéro et trois trophées ». Il n’y en aura qu’un que les Brestoises, tenantes du titre, ne voudront pas lâcher. Le dénouement est proche.


BREST BRETAGNE HANDBALL – METZ HANDBALL : 12-24 (10-17)
BREST BRETAGNE HANDBALL : Darleux (g.), Toft (g.), Mauny, Toublanc (2), Fauske (2), Kromoska, Kobylinska (2), Lassource (1), Niakaté (1), Pop-Lazic, Foppa, Loseth (1), Carlson, Coatanéa (3). Entraîneur : P. Morel.

METZ HANDBALL : Kapitanovic (g.), Halter (g.), De Paula (1), Valentini (1), Zaadi (4), Micijevic (4), N’Gouan (1), Nocandy (3), Bont, O. Kanor (2), Burgaard (3), L. Kanor (2), Bouktit (1), Cardoso (2). Entraîneur : E. Mayonnade.


(crédit photos : O. Stephan / BBH)