BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

03.03.21 | Un joli petit pécule

Le Brest Bretagne Handball a fait un bon pas vers les quarts de finale de Ligue des Champions en allant s’imposer avec la manière à Esbjerg (33-27) lors du match aller. En contrôle pendant presque 60 minutes, les Rebelles ont bâti leur victoire et surtout leur écart sur la patience et un gros coup de sang au cœur de la deuxième période. Si seulement la moitié du chemin est accomplie avant de rallier le top 8 européen, le BBH a tout de même mis toutes les chances de son côté pour y parvenir, un an après avoir déjà atteint ce stade de la compétition sans avoir pu le jouer.

C’était finalement un peu le match des inconnues pour le Brest Bretagne Handball en déplacement au Danemark ce week-end. Team Esbjerg ne s’était ainsi jamais présenté face aux Rebelles depuis quatre ans et leurs débuts dans la compétition phare. Mais au-delà de la « découverte » du champion danois 2019, il y avait aussi le contexte de la compétition. Ce qui aurait à la base dû être une opposition de barrages, finalement devenue un 8e de finale, représentait tout simplement la première confrontation en aller-retour pour le BBH en Ligue des Champions. Ce baptême du feu aurait dû intervenir la saison passée mais la Covid avait eu raison de la phase finale de la Ligue des Champions. Il fallait donc appréhender quelque chose de nouveau et la gestion d’une opposition en deux temps sur 120 minutes. « Le match aller sert à se donner le maximum de chances de se qualifier au retour, rappelait Laurent Bezeau après les débats. À +6 aujourd’hui, on a fait une bonne partie du chemin mais le plus important sera dans une semaine. Il faudra avoir envie de gagner encore et d’être même meilleurs ».

Aussi bons serait déjà finalement le gage d’un passage en quart de finale. Car les Rebelles ont ce dimanche été au-dessus de leurs adversaires, leur laissant seulement une petite dizaine de minutes pour y croire au retour des vestiaires. Rien de bien méchant tant la copie rendue par les Bretonnes avait de l’allure. « Brest a joué à un très bon niveau, ça a été dur pour nous, soupirait le coach d’Esbjerg et sélectionneur national Jesper Jensen. Aujourd’hui, on a vu qui était numéro 3 dans sa poule et qui était numéro 6. On aura une petite chance la semaine prochaine mais ce sera compliqué si Brest affiche les mêmes qualités ». Le dépit du technicien danois venait probablement du fait que son équipe n’avait jamais eu la main sur la partie et toujours subi les bonnes intentions brestoises des deux côtés du terrain. « L’équipe a vraiment bien respecté les consignes qui étaient fixées, se félicitait une Ana Gros hyper précieuse avec 10 réalisations. Je suis vraiment contente, notre jeu en attaque et en défense a été bon. On a montré de la patience et chacune a donné quelque chose. On était tranquilles, on savait ce qu’on devait faire ».

Même si quelques craintes avaient pu apparaître d’abord à la pause avec le retour d’Esbjerg qui faisait suite au plus gros écart du match pour les Brestoises (+4, 13-17, 28e) puis à la reprise avec un passage plus difficile ponctué du premier avantage des locales dans la rencontre (18-17, 33e), les choses sont vite rentrées dans l’ordre. Avec une défense montant encore d’un cran son intensité sous l’impulsion de Pauletta Foppa et Djina Jaukovic, des phases offensives menées avec brio par Bella Gulldén et souvent concrétisées par une Alicia Toublanc opportuniste, l’écart allait monter à une vitesse folle. « À un moment donné, on a été capables de trouver une défense qui a permis d’étouffer Esbjerg, expliquait Laurent Bezeau. On leur a infligé un 10-2 et ça les a complètement assommés ».

Avec un superbe 30-23 au tableau d’affichage à la 50e, les Rebelles allaient juste devoir gérer cet écart en se mettant bien en tête qu’il ne restait pas 10 mais 70 minutes à disputer. Mission presque accomplie au final avec 6 buts d’avance et une forte impression laissée. « On avait analysé tout ce que proposait Esbjerg en attaque et en défense mais le plus dur était de tout mettre en œuvre sur le terrain, rembobinait Laurent Bezeau. On n’a pas été surpris par leur défense et je trouve qu’on a fait preuve de beaucoup de sérénité pour l’attaquer. De l’autre côté, on avait pris des options et quand on a été en mesure de les mettre en place, elles ont fonctionné. J’aurais aimé qu’on puisse amener le score final à +8 mais gagner de cette manière à Esbjerg est déjà une très belle performance ».

Jesper Jensen ne disait d’ailleurs pas autre chose à l’heure d’analyser la prestation des deux équipes : « Je ne pense pas qu’on ait fait tant que ça d’erreurs mais Brest a tout simplement mieux joué. C’est une grande équipe qui sait monter son niveau quand cela est nécessaire. Aujourd’hui, au lieu d’être triste de ce qu’on a fait, je suis surtout impressionné par notre adversaire ». Ces louanges ne doivent en tout cas pas endormir les Brestoises qui devront remettre les compteurs à zéro dans leur tête malgré ce joli +6 dans la poche.

ESBJERG – BREST : 27-33 (16-17)
ESBJERG : Poulsen (g.), Granlund (g.), Nielsen, Frafjord, Breistol (4), Tranborg (6), L. Jorgensen, Jacobsen (4), Halicevic, Solberg (2), Pena (9), Jensen, Frey (2), Ingstad. Entraîneur : J. Jensen.
BREST : Toft (g.), Darleux (g.), Quiniou (g.), Mauny (1), Toublanc (4), Tissier, Gros (10), Gulldén (6), Lassource (3), Niakaté (2), Catani, Pop-Lazic (1) Foppa (2), Jaukovic (1), Loseth, Coatanéa (3). Entraîneur : L. Bezeau.