BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

06.04.22 | Un festin de reines

Le Brest Bretagne Handball s’est fait plaisir ce mercredi dans son Arena et a régalé l’assistance grâce une large victoire sur Toulon (37-21). Les Rebelles ont pu profiter d’une féroce défense et deux grosses performances des gardiennes pour se gaver de jeu rapide. Ce succès très collectif, le onzième d’affilée en Ligue Butagaz Énergie, conforte le BBH à la deuxième place du classement avant de se déplacer samedi à Chambray.

Les palpitants des supporters mis à rude épreuve trois jours auparavant lors de la rencontre face à Odense ont pu souffler un peu ce mercredi lors d’une rencontre à sens unique entre les deux plus célèbres rades françaises. Les cordes vocales ne risquent en revanche pas d’aller mieux après soixante minutes de boucan à l’unisson de la prestation offerte par les Brestoises. Du rythme, de l’intensité, du spectacle et des sourires, il y avait tous les ingrédients d’une belle soirée à l’Arena. L’ambiance offerte par les fans des Rebelles est au diapason de leur dynamique ultra positive, elles qui sont toujours invaincues en LBE depuis le mois de janvier et tiennent fermement en main leur deuxième place, synonyme de finale fin mai. « Depuis trois mois, on est dans une phase très positive et on enchaine les bons résultats, abondait Pablo Morel en conférence de presse. Malgré tout, il faut toujours valider cela par un truc fort et la qualification en quart de finale de Ligue des Champions, c’est quelque chose de très concret. Ça a apporté de la confiance. Contre Toulon, on espérait enfin pouvoir recourir, remettre du jeu rapide car on avait été privés de ça face à Odense. Ce soir, on a affronté une équipe plus classique et on avait la volonté d’en profiter pour imposer notre défense, faire des arrêts et se projeter. En plus, on a pu maintenir un rythme élevé pendant une heure ».

Les Varoises, privées de quelques éléments, ont ainsi bu la tasse après le premier quart d’heure et vu le BBH s’éloigner toujours un peu plus à mesure que le chrono s’égrenait. La première accélération a réglé le sort du match (8-6, 15e ; 16-7, 25e), la deuxième a donné au score des proportions énormes (19-11, 35e ; 26-13, 43e). « Le score final est violent mais il n’y a pas eu d’abandon, tenait à souligne Stéphane Plantin, le coach toulonnais. Je ne veux pas appeler cela une débâcle parce que les filles ont lutté avec leurs armes, elles n’ont pas lâché. Avec cet écart important, ça fait mal au crâne quand on est des compétiteurs mais on était trop diminués contre une équipe comme Brest en pleine euphorie. J’ai voulu jouer à 7 mais je n’avais qu’une gardienne, c’était compliqué, les choix stratégiques étaient réduits. Et puis on a perdu énormément de balles, on a été punis ensuite ». Si les 37 buts inscrits par les Brestoises sautent aux yeux, la performance défensive collective a ainsi clairement eu son mot à dire et perturbé les attaques varoises. Et que dire de la copie du binôme Sandra Toft – Cléo Darleux… Les deux internationales ont tout simplement cumulé 50% d’arrêts, la Française prenant parfaitement le relais de la Danoise pour offrir un festival de relances meurtrières. « C’est vrai, on a pris peu de buts, poursuivait Pablo Morel. On a pourtant fait beaucoup de compositions différentes, en utilisant l’ensemble du groupe. Ça a permis à chacune des gardiennes de faire beaucoup d’arrêts. On sent que l’identité collective est actée et que tout le monde se l’est appropriée ».

Difficile dans ces conditions de dégager une ou deux individualités après une prestation d’ensemble aussi aboutie. Les Rebelles savent gagner en groupe et cette attirance pour le travail collectif peut leur ouvrir de belles perspectives alors que les matches vont commencer à peser de plus en plus lourd d’ici la fin mai. « Déjà, c’était une nécessité pour nous de faire tourner ce soir car on est sur une semaine à trois matches, expliquait le coach brestois. Il y avait vraiment eu un gros combat contre Odense et donc c’était impératif d’utiliser l’ensemble du groupe contre Toulon. Tout le monde a répondu présent. Et depuis le début de l’année, on sait qu’on doit procéder comme cela parce qu’il y a énormément de rencontres, d’enjeux, d’objectifs. Ça ne nous a peut-être pas toujours réussi, on a perdu des points en début de saison, mais actuellement je pense qu’on est en train de récolter les fruits de cette démarche de faire jouer tout le monde. Le BBH, ce n’est pas que des individualités, on a aussi la volonté d’avoir un projet collectif fort ». Avec réussite puisqu’outre leur qualification pour le Top 8 de la Ligue des Champions, les Rebelles n’ont pas connu la défaite en France en 2022. Onze matches, onze victoires et beaucoup d’assurance dégagée. Il faudra encore quelques succès pour s’assurer une place en finale mais la direction est bonne. Prochaine étape, à Chambray samedi, une salle difficile et un nouveau test pour ce groupe plein de ressources.

BREST BRETAGNE HANDBALL – TOULON METROPOLE VAR HANDBALL : 37-21 (18-10)
BREST BRETAGNE HANDBALL : Darleux (g.), Toft (g., 1), Mauny (6), Toublanc (4), Fauske (4), Kromoska, Kobylinska (3), Lassource (2), Niakaté (3), Foppa (5), Loseth (3), Carlson (3), Coatanéa (1), Jarrige (2). Entraîneur : P. Morel.
TOULON METROPOLE VAR HANDBALL : Tonds (g.), M. Berger Wierzba, Malovic (7), Isic, N’Diaye (2), Dupuis (3), Salmon (1), Lopez Santamarina (1), Julien (2), Abdourahim (2), Caramello (1), Mandret (2). Entraîneur : S. Plantin.


(crédit photos : O. Stephan / BBH)