BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

04.09.20 | Un succès pour terminer

Pour son dernier match de préparation, le Brest Bretagne Handball s'est imposé 27-24 face à Paris 92. Cette rencontre, qui se déroulait dans la salle Charles-Géniaux à Rennes, a permis à Laurent Bezeau d'effectuer les derniers réglages avant les débuts officiels mercredi à Mérignac.

BREST - PARIS 92 : 27-24 (14-13)
BREST :
Darleux (g.), Toft (g.), Mauny (1), Toublanc (1), Gros (6), Kobylinska (5), Gulldén (1), C. Lassource (1), Lagattu (1), Catani, Pop-Lazic (5), Foppa (1), Jaukovic, Loseth (5), Fofana, Jarrige. Entraîneur : L. Bezeau.
PARIS 92 : Serdarevic (g.), Gabriel (g.), Ryu (3), Mazens (3), Flippes (6), Fofana, D. Lassource (1), Offendal (4), Mala (2), Resende (3), Ouattara (1), Janiszewska, Cissokho, Chauveau (1), Ayong. Entraîneur : Y. Messaoudi.


La réaction de Laurent Bezeau sur le match :
« Comme chaque saison, pour le dernier match de préparation à quelques jours du début du championnat, on a le sentiment qu’il y a un peu de retenue sur le plan physique par peur de la blessure. On a joué une très belle équipe de Paris, qui joue bien au handball, dynamique, qui défend très fort. On n’a pas été très efficaces en attaque parce qu’on a du mal à jouer sans ballon et à courir. On est tombés sur des gardiennes qui ont fait beaucoup d’arrêts aussi. Malgré tout, on arrive a marquer 27 buts sans avoir joué beaucoup de jeu rapide. Notre jeu rapide en cette fin de préparation s’est un peu envolé, j’espère qu’on retrouvera quelques vertus dans ce domaine. En défense, on a alterné le bon et le moins bon mais ce qui a été intéressant, ça a été la volonté des filles de défendre ensemble.
Ce soir, ce n’était pas l’objectif de faire tourner tout le monde, c’était d’avoir un match référence et de le gagner. On a eu des séquences intéressantes mais ce n’était pas complètement un match référence ».

La réaction de Laurent Bezeau sur la préparation :
« Il est temps que ça commence ! La prépa est très longue et tout le monde veut démarrer la compétition. Avec le Covid, on na pas réussi a faire autant de matches qu’on aurait souhaité parce qu’on n’a fait que des mi-temps au Caraty. C’est un bilan très satisfaisant même si on a eu une hétérogénéité dans la durée de préparation des joueuses. Entre celles qui ont démarré plus tard a cause du Covid, celles qui ont eu des pépins physiques, celles qui sont arrivées plus tard, ça a été compliqué de faire un travail collectif mais on a su s’appuyer sur un patrimoine de l’an dernier avec trois nouvelles joueuses a intégrer ».


(crédit photos : Philippe Riou)