BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

03.03.21 | Une copie très propre

Le Brest Bretagne Handball a parfaitement relevé la tête après sa déconvenue à Besançon. Sereines et en maîtrise, les Rebelles ont disposé de Nice (29-21) et retrouvé une bonne dose de confiance après le faux pas bisontin. Un résultat positif qui va leur permettre d’aborder de la meilleure des façons leur match de Ligue des Champions dimanche prochain au Danemark.

« Le BBH ne perd jamais deux fois de suite en championnat ». Marjan kolev, le coach niçois avait annoncé la couleur avant la rencontre et prévenu que son équipe n’aurait pas la tâche facile dans une Brest Arena que les Rebelles retrouvaient en Ligue Butagaz Énergie après plus d’un mois de matches à l’extérieur. Le technicien azuréen avait donc vu juste et la solide prestation des Brestoises n’a laissé aucune chance aux Aiglonnes de venir troubler cet avertissement. Le BBH a pris les rênes dès les premières minutes et ne les a jamais lâchées durant toute la partie, clôturant même le suspense dès le retour des vestiaires grâce à une nouvelle accélération (16-12, 30e ; 20-13, 39e). « Cette victoire était essentielle, avouait Laurent Bezeau. Il fallait qu’on se relance dans ces play-offs puisqu’on avait perdu le premier match. Il fallait une production très satisfaisante et ça a été le cas ».

Bien en place défensivement, souvent très inspiré de l’autre côté du terrain, le Brest Bretagne Handball s’est remis à l’endroit en contrôlant les débats et en déroulant de bonnes intentions à peine ternies par quelques pertes de balle. « Pour espérer mieux, il nous aurait fallu plus de réussite en attaque et quelques arrêts supplémentaires, poursuivait Marjan Kolev. Mais il ne faut pas se mentir, le Brest de ce soir n’était pas le même que contre Besançon. J’ai vu des joueuses beaucoup plus déterminées qui ont livré un match de très haut niveau. C’était dur pour nous de trouver des solutions et quand ça a été le cas, les gardiennes brestoises étaient présentes ». La bonne tenue de Sandra Toft en première période puis de Cléo Darleux après le repos a en effet validé la cohérence défensive d’un ensemble breton très bien en place et compliqué encore davantage la mission de l’OGCN.

Si les Niçoises ont pu éventuellement croire à un retour juste avant la mi-temps (13-11, 28e), un coup de booster de Coralie Lassource et ses coéquipières les a vite remises à distance respectable (16-12, 30e). Et le sort du match allait donc se jouer définitivement entre ces quelques minutes et une reprise de jeu réussie après les citrons. « Il faut vraiment saluer la responsabilisation de chacune des joueuses pour se mettre en projet et leur démarche pour produire une grande performance, appuyait Laurent Bezeau. Elles ont su prendre en main certaines choses, c’est très bien, il faut maintenant les accompagner là-dedans. Après Besançon, il n’y a pas eu de crise, juste une prise de conscience ».

Ce Nice diminué ne pouvait donc pas grand-chose face à ce BBH ayant su se hisser à nouveau près de ses meilleurs standards. « Mes filles ont respecté ce qu’on avait travaillé et ont confirmé leur capacité à suivre le projet de jeu, se félicitait Marjan Kolev. Il nous manquait quatre cadres et je félicite les joueuses qui ont été extraordinaires dans l’engagement et la volonté de défendre le maillot. Elles ont eu de l’énergie pour se battre jusqu’au bout face à Brest qui est l’une des meilleures équipes d’Europe. On ne doit pas oublier contre qui on a joué ».

Laurent Bezeau, très satisfait de la prestation de ses ouailles, pouvait lui souffler et placer les priorités pour la suite : « Cela faisait plus d’un mois qu’on n’avait pas joué ici, c’était important de gagner. Ce qu’on avait fait à Besançon n’était pas satisfaisant mais il n’a été dit nulle part qu’on allait remporter tous les matches de la saison. Le plus important était de réagir, de se remettre en marche. À nous de le confirmer maintenant à chaque rencontre ». Et ce n’est pas une promenade de santé qui attend les Rebelles dans les jours à venir, laissant de côté la Ligue Butagaz Énergie pour une double confrontation avec Esbjerg en Ligue des Champions. Avec un huitième de finale dimanche au Danemark et un match retour à Brest une semaine plus tard, le niveau va encore monter. L’heure de vérité en quelque sorte.

BREST – NICE : 29-21 (16-12)
BREST : Toft (g.), Darleux (g.), Mauny (1), Toublanc (2), Tissier (1), Gros (7), Gulldén (2), Lassource (3), Niakaté (4), Pop-Lazic (3), Foppa (5), Jaukovic (1), Loseth, Coatanéa. Entraîneur : L. Bezeau.
NICE : Micevska (g.), Kevorkian (g.), Sy (1), Janjic, Chambertin (3), Palmero, Prouvensier (1), Bouchard (1), Mahouvé, Moretto (4), Fall (3), Skolkova (1), Abdelmalek (7). Entraîneur : M. Kolev.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)