BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

02.10.21 | Sans frayeur

Le Brest Bretagne Handball n’a pas eu l’occasion de se faire peur lors d’une rencontre maîtrisée face à Fleury (33-27). Les Rebelles ont mis un petit quart d’heure à décoller leurs adversaires et ont ensuite géré et augmenté leur avantage petit à petit. Elles ont aussi su compenser les nombreuses absences en faisant preuve de beaucoup d’envie et de discipline. Les voilà donc replacées dans le peloton tête de Ligue Butagaz Énergie grâce à ce troisième succès d’affilée avant la trêve internationale.

Depuis le début de saison, la poisse colle aux semelles du BBH. De nombreuses Rebelles sont déjà tombées au combat et la semaine qui vient de se terminer a conduit deux joueuses de plus vers l’infirmerie. Tonje Loseth (cheville) et Amandine Lagattu (œil) ont ainsi rejoint Pauline Coatanéa (médical) et les absentes longue durée, Djina Jaukovic (genou) et Aïssatou Kouyaté (genou). Une hécatombe qui forçait donc à la prudence au moment d’accueillir Fleury juste avant quinze jours de trêve internationale. Avec seulement douze professionnelles sur la feuille de match, Pablo Morel a beaucoup pianoté sur son banc, changé les habitudes et vu son groupe répondre présent pour s’imposer sans contestation face aux Panthères. Un succès qui permet aux Brestoises, après une entame ratée il y a un mois, de continuer à remonter au classement en faisant abstraction des vents contraires.

« Je suis satisfait car ça a été sérieux, soulignait Pablo Morel. Tout le monde a pu apporter sa pierre et donner le meilleur. Ça a été une belle prestation qui nous ressemble. En ce moment, on aligne des équipes hétérogènes, beaucoup de jeunesse et malgré quelques approximations, il y a de l’envie, de la discipline et de la solidarité. Je suis plutôt fier ». Sur le parquet, la jeunesse a en effet pu s’exprimer ce samedi avec du temps de jeu notamment pour Romane Kromoska, tout juste 19 ans (30 minutes) ou encore Ludivine Mey, 17 ans et pensionnaire du Pôle Espoirs (16 minutes). De belles promesses donc au cœur d’un collectif qui continue a prendre ses marques.

Le Brest Bretagne Handball a attendu un quart d’heure avant de prendre son envol face à des Fleuryssoises toujours à la recherche de leur premier succès en Ligue Butagaz Énergie. Alors que Vind, la gardienne des Panthères, avait longtemps retardé l’échéance, les buts sur grand espace ont notamment permis aux Brestoises de creuser un écart significatif (13-8, 23e). « Brest a contrôlé son match tranquillement et s’est appuyé sur ce qu’il sait faire de mieux depuis le début, c’est-à-dire la défense, les arrêts et le jeu rapide, avançait le coach de Fleury, Christophe Cassan. C’est ce qui nous a mis en difficulté et il n’y a pas photo sur l’écart, l’addition aurait même pu être plus lourde ».

Sans dix dernières minutes moins bien maîtrisées, les Rebelles auraient en effet sans doute pu faire payer une note encore plus salée à des joueuses de Fleury moins déterminées sur le repli après le repos. Mais l’essentiel n’était pas là et les circonstances ont en tout cas permis au coach brestois de tenter beaucoup de choses et rien ne tout cela ne sera inutile à l’avenir. « Il faut trouver des compositions différentes, confirmait-il après le débats. On a replacé davantage Helene Fauske à gauche, on a pu donner du temps de jeu à Romane Kromoska, Coralie Lassource a aussi évolué arrière, Sladjana Pop-Lazic en deuxième pivot et un peu demi-centre… C’était un bon exercice, ça nous a obligés à savoir où étaient nos forces du moment pour être pertinents le plus possible ».

Avant la trêve internationale et avec beaucoup d’absentes, ce match pouvait donc être un piège pour le BBH. Il n’en a rien été et retrouver l’Arena après un mois éprouvant et un enchaînement de sept rencontres a forcément représenté un gros plus pour la troupe brestoise. « Il y a clairement un truc spécial ici, avouait en conclusion Pablo Morel. C’était encore une belle ambiance ce soir. Quand on joue à l’Arena avec ce public, on sait le soutien et l’engouement populaire qu’il y aura. On est du coup responsables d’un certain engagement, ça nous force à donner le meilleur de nous-mêmes. C’est un plus pour les filles, pour le staff, et certainement un poids pour les adversaires ». Les prochaines à en juger seront les Croates de Podravka, présentes dans deux semaines pour la suite de la Ligue des Champions. D’ici là, on se refait la voix !


BREST – FLEURY : 33-27 (17-11)
BREST : QUINIOU (g.), Darleux (g.), Toft (g.), Mauny (1), Toublanc (7), Fauske (5), Kromoska (2), Kobylinska (1), Lassource (3), Niakaté (2), Pop-Lazic (2), Foppa (6), Mey (1), Jarrige (3). Entraîneur : P. Morel.
FLEURY : Toubissa (g.), Vind (g.), Gassama (2), Sankharé (4), Camara (1), Kamdop, Chambonnier (4), Le Blévec (6), Perez Buforn (3), Rizo Gomez (2), Mumbongo (2), Uscinowicz (3), Tre. Entraîneur : C. Cassan.


(crédit photos : O. Stephan/BBH)