BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

02.02.21 | Du travail de pros !

Le Brest Bretagne Handball n’a pas fait dans la dentelle ce mardi à Fleury. Les Rebelles n’ont laissé aucune chance aux Panthères et se sont imposées avec la manière (41-23). Après une prestation en demi-teinte à Bourg-de-Péage une semaine auparavant, les Brestoises ont donc remis les pendules à l’heure et signé par la même occasion leur 11e victoire en autant de matches de Ligue Butagaz Énergie. Une soirée très positive pour lancer le mois de février et préparer la réception de Dortmund samedi.

Les grandes championnes ne retombent jamais deux fois dans le même piège. Malmenées il y a quelques jours à Bourg-de-Péage, chahutées pour avoir manqué d’intensité en première période, les Rebelles ont vite redressé la barre à l’occasion d’un match qui pouvait aussi avoir des allures de piège. Fleury a beau ne pas vivre la meilleure période de sa saison, le sérieux s’imposait pour cette rencontre qui aurait dû se disputer à la fin octobre. Et les Brestoises ont coché toutes les cases d’une partie aboutie à l’issue de laquelle le sentiment du travail accompli prédominait. « Le mois de janvier a été compliqué et on entame février avec pas mal de difficultés dans le calendrier, des matches à l’extérieur qui se multiplient, rappelait Laurent Bezeau. La prestation de ce soir récompense donc de belles intentions. On a vu que tout le monde avait le sourire à la fin de la rencontre ». Et il y avait de quoi.

Pour ainsi dire, les Fleuryssoises ont réellement existé un quart d’heure dans la partie, laissant ensuite le BBH prendre ses aises et déployer son rouleau compresseur. « Oui, ça a été équilibré 15 minutes mais petit à petit Brest a mis les choses en route, acquiesçait Christophe Cassan, le coach des Panthères. On voulait essayer de les surprendre avec une défense étagée qui n’a pas trop fonctionné. On a pris l’eau aussi en 0-6. Les Brestoises n’ont pas mis plus de dix buts en contre-attaque et notre gardienne a fait 12 ou 13 arrêts, pourtant on en prend au final 41, c’est dire leur force de frappe qui est bien au-dessus de la nôtre ».

Bien en place des deux côtés du terrain, les Rebelles avaient déjà fait le plus dur à la pause (12-20, 30e), affichant un très bon niveau défensif et un jeu bien rôdé devant la cage de Moreschi. Tout le monde a pu profiter d’une belle soirée, Constance Mauny la première, auteure d’un impeccable 7/7 et du 40e but. « J’ai aussi beaucoup aimé le leadership des joueuses expérimentées, poursuivait Laurent Bezeau. Bella a vraiment montré l’exemple en défense, elle a été porteuse de plein de dynamisme et en attaque, à partir du moment où elle conduit le jeu comme ça, les autres enchaînent ». L’appétit commun affiché par la Team BBH a aussi fait plaisir à voir et rappelait les sorties gourmandes d’avant la trêve. « C’est vrai que ce qui a été intéressant, c’est qu’à aucun moment on ne s’est occupés du score, pointait aussi le coach brestois. Il y avait la volonté de faire les choses bien. On a observé des performances individuelles intéressantes et encore plus au niveau collectif. On a vraiment vu une équipe ».

Malgré un retour des vestiaires un peu mou, les choses se sont vite enchaînées ensuite avec un écart sans cesse plus grand (14-24, 27e ; 18-33, 49e ; 21-40, 57e). Malgré les nombreuses absences (Kali Niakaté, Amandine Tissier, Coralie Lassource et Monika Kobylinska sont blessées), les Rebelles étaient bien intouchables. « Le score reflète la différence, concluait Christophe Cassan. Il aurait fallu qu’on soit bien meilleurs pour rester dans le match plus longtemps. Les Brestoises ont été très sérieuses du début à la fin. Elles ont su se remobiliser après Bourg-de-Péage pour nous affronter parce que je pense qu’elles craignaient un peu ce match. C’est une équipe formatée pour gagner des titres, nous ce sont les playdowns ».

Avant de regarder la suite, c’est-à-dire les play-offs, le BBH devra encore cependant rester intraitable sur les deux dernières confrontations de la « phase aller ». Paris la semaine prochaine puis Plan-de-Cuques. Il sera alors temps de vérifier si le bilan parfait après Fleury (11/11) l’est toujours. La copie du soir laisse en tout cas la porte ouverte autant à l’optimisme qu’à l’ambition.


FLEURY – BREST : 23-41 (12-20)
FLEURY : Moreschi (g.), Toubissa (g.), Bégon (3), Camara (1), Ondono (1), Wajoka (1), Peillon, Rizo Gomez (4), Bouktit (1), Vidak (2), Dapina, Lacrabère (7), Uscinowicz, Guialo (3). Entraîneur : C. Cassan.
BREST : Darleux (g.), Toft (g.), Mauny (7), Toublanc (4), Gros (4), Gulldén (7), Lagattu (2), Catani, Pop-Lazic (4), Foppa (5), Jaukovic (3), Loseth (1), Coatanéa (2), Jarrige (2). Entraîneur : L. Bezeau.


(crédit photos : Nicolas Devaux)