BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

30.12.17 | Lancement réussi !

C’était un match-piège qui attendait les Brestoises pour ce lancement de la phase retour du championnat. Dans le derby face à Nantes, elles n’ont pas déçu et ont glané un précieux succès (29-22) qui leur permet de consolider leur deuxième place au classement, profitant des revers de Nice et Issy-Paris. Entre le retour des internationales et une Arena pleine à craquer, la fête a été totale pour boucler cette année 2017.

Une reprise en fin d’année civile, il y avait de quoi en perdre son latin. Après un mois et demi sans compétition domestique, après 15 jours de Mondial pour les internationales, il était aussi compliqué d’estimer les états de forme et la situation psychologique des actrices du jeu. Et pourtant, ce derby de l’Ouest a accouché d’une rencontre de très bonne qualité, une opposition de haut de tableau d’excellente tenue que les Brestoises ont su maîtriser avec beaucoup de poigne, faisant la course en tête du début à la fin. « Oui, il y avait de bonnes raisons d’avoir la tête ailleurs et d’avoir peur de plein de choses, confirmait Laurent Bezeau. Il y a pourtant eu de très bonnes choses pour un match de reprise mais avec un tel public, c’est aussi difficile de faire autrement ! »

Évidemment, si l’on excepte les cinq championnes du monde fêtées avant le coup d’envoi, la star de cette soirée pré-réveillon était bien l’Arena, bondée jusqu’aux cintres et bruyante comme elle sait le faire. Ce n’est plus une surprise mais c’est tout de même à chaque fois une énorme satisfaction. L’autre point positif de la soirée, c’est donc bien évidemment ce succès brestois qui ne souffre d’aucune contestation tant la maîtrise locale aura été nette, autorisant les Nantaises à revenir une fois à un but (10-9, 21e) mais les reléguant la plupart du temps entre quatre et sept unités.

« Félicitations à Brest qui a très bien géré son avance, il n’y a rien à dire, lâchait sportivement le coach nantais Jan Basny. Pour espérer un peu mieux, il aurait fallu qu’on ait moins de pertes de balle à des moments importants, des tirs aussi, ça nous aurait permis de mettre davantage de pression sur Brest. À chaque fois qu’on a eu l’occasion de revenir, on a pris deux minutes ou des buts un peu chanceux ». Après un round d’observation d’une dizaine de minutes (3-2, 9e), le BBH allait prendre son envol, porté par le bras de Jovana Stoiljkovic, efficace face à son ancienne formation (7-2, 14e ; 9-5, 17e). Un décollage qui allait donc être perturbé par un retour du NLA (10-9, 21e) mais aussi rapidement corrigé juste avant la pause (15-11, 30e).

Et c’est une invitée surprise qui allait mettre ensuite le deuxième coup d’accélérateur au retour des vestiaires. Lindsay Burlet, d’ordinaire plus discrète offensivement, profitait du départ de Melinda Geiger et de la blessure de Marta Mangué pour gratter du temps de jeu et faire parler son bras. Bilan des courses : les trois premiers buts de la deuxième période pour sa pomme ! (18-13, 35e). « Lindsay, c’est une guerrière, une combattante avec de grosses qualités physiques, commentait le coach brestois. Elle veut prouver mais elle doit aussi prendre son temps et construire les choses une à une ». À n’en pas douter, on reverra l’arrière droite à son avantage lors des prochaines joutes.

Et que dire de l’apport d’Allison Pineau… Revenue à vitesse grand V de son opération de la cheville, elle disputait là, après un Mondial très abouti, sa première rencontre de championnat cette saison avec le BBH. Tranquille et efficace, elle a posé sa main sur le match quand l’évolution du score le demandait (8 buts). « Oui elle est sereine et rassure tout le monde, poursuivait Laurent Bezeau. C’est forcément un plus pour nous de l’avoir maintenant ». Donc même privé de Marta Mangué et Cléo Darleux (blessée le matin du match), ce BBH a donc su imposer sa loi et a démarré de la meilleure des manières son marathon en finissant superbement l’année civile (vous suivez toujours ?).

La prochaine étape sera encore de montagne avec un déplacement périlleux chez le troisième du classement, l’OGC Nice. « Le calendrier est ainsi fait, il faut enchaîner Nantes et Nice, concluait l’entraîneur brestois. Mais déjà, si on m’avait dit qu’on gagnerait de sept buts aujourd’hui, j’aurais signé tout de suite car on ne savait vraiment pas dans quel état psychologique allaient être les filles. J’ai fait en sorte de faire attention à la forme de chacune et aux rotations. Mais attention, j’ai fait tourner pour trouver des solutions, pas pour le plaisir de changer les joueuses ». Une manière de faire qui risque encore de se reproduire lors des huit rencontres en un mois qui attendent les combattantes brestoises. En attendant, bonne et heureuse année à tous !

BREST – NANTES : 29-22 (15-11)
BREST : Idéhn (g.), Quiniou (g.), Burlet (4), Coatanéa (1), Copy (2), Herbrecht, Limal, N’Gouan (2), Pineau (8), Pop-Lazic (2), Prouvensier, Sand (1), Stoiljkovic (6), Tissier (3). Entraîneur : L. Bezeau.
NANTES : Pierson (g.), Lo (g.), Basic (1), Chavez (2), Clavel, Dancette (1), Ekoh (4), Escribano (3), Hansen (1), Holta (1), Klein (1), Lignières (4), Niakaté (4), Soulard. Entraîneur : J. Basny.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)