BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

30.01.19 | Marta Mangué : « Cette équipe grandit tous les ans »

Au milieu des signatures de nouvelles joueuses, le BBH conserve également certains de ses éléments qui étaient en fin de contrat. Après Pauline Coatanéa et Sladjana Pop-Lazic au début du mois, c’est aujourd’hui au tour de Marta Mangué (35 ans) de parapher une prolongation. Première joueuse internationale au gros pedigree à rejoindre le club, c’était en 2015, elle va ainsi entamer dans quelques mois sa cinquième saison dans le Finistère puisqu’elle a signé un nouveau contrat d’une année chez les Rebelles. Pas peu fière d’avoir participé au début de l’aventure du BBH, elle se régale aujourd’hui de voir les progrès quotidiens effectués par le club.

« Marta, tu viens de prolonger pour une saison au BBH. Ce sera ta cinquième. On peut en conclure que tu te sens bien ici ?
- Oui ! Normalement pour un contrat, en général, 3 ou 4 ans c’est déjà pas mal mais comme je me sens super bien à Brest, j’ai voulu rester. Cette équipe grandit tous les ans, a de l’ambition et tout le monde bosse pour améliorer tous les domaines, notamment les conditions de travail. Le BBH ne veut pas s’arrêter et se contenter du minimum. Donc je veux rester pour voir encore les progrès la saison prochaine, ça me plaît beaucoup.

- Depuis ton arrivée en 2015, le club a donc changé ?
- Oh oui, beaucoup ! C’est devenu très professionnel et beaucoup de joueuses internationales ont rejoint Brest. Quand je suis arrivée, ce n’était pas le cas. Au niveau de l’organisation et des voyages, c’est aussi beaucoup mieux. Et je crois que le BBH peut encore faire mieux avec un peu d’expérience supplémentaire.

- Alors le club a changé, mais toi ?
- Je pense que tous les ans on évolue parce qu’on doit s’adapter aux nouvelles joueuses. Il peut y avoir les mêmes enclenchements mais pas avec les mêmes filles. Tu peux apprendre tous les ans, en tout cas moi j’ai envie de ça. Et maintenant, je commence à moins jouer pour moi. Par exemple, avec Constance (Mauny) ou Pauletta (Foppa), j’essaye de travailler davantage alors qu’auparavant, j’avais un comportement plus individualiste. Aujourd’hui, je veux que les jeunes profitent de mon expérience pour grandir et progresser. À deux, on sera toujours plus dangereuses. Je pense que me mets déjà dans l’esprit d’une coach (rires).

- Quels objectifs veux-tu pour l’équipe cette saison ?
- Je crois qu’on peut faire de belles choses. On a perdu contre Metz mais le championnat n’est pas encore fini. Ça nous a touché au moral mais il faut relever la tête et continuer à travailler. On doit savoir rebondir et être encore plus fortes. Il y a aussi la Coupe et la Ligue des Champions alors je suis sûr qu’on peut gagner quelque chose.

- Donc pour résumer, tu avais toutes les raisons pour rester au BBH encore un peu ?
- Oui, parce que le club grandit et je veux vraiment voir ça. Quand j’étais arrivée, c’était parce qu’il y avait un bon projet et aujourd’hui je n’ai aucun regret d’être venue. Tout le monde me disait que j’étais folle de venir dans un club de D2 mais maintenant on voit que je ne me suis pas trompée. Dans quelques années, je pourrai dire que j’ai vu les débuts de ce club, avec des moments inoubliables comme quand on a gagné la Coupe de France en 2016. C’était top ! Ça va rester très très longtemps dans ma mémoire ».