BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

30.01.18 | Ana Gros passe à l'ouest !

C’est avec une immense fierté que le Brest Bretagne Handball officialise aujourd’hui la signature pour les deux prochaines saisons de l’arrière droite de Metz, Ana Gros. Star du championnat français et référencée sur le continent, elle va apporter au BBH son talent bien sûr mais également déjà une belle expérience à seulement 27 ans. Sollicitée par de nombreux clubs, elle a opté pour le projet brestois qui se veut ambitieux, un peu plus chaque année. C’est la deuxième recrue de l’effectif 2018/2019 après la signature de Pauletta Foppa et les prolongations de contrat de Cléopatre Darleux et Allison Pineau.

Est-il encore besoin de la présenter ? Depuis quatre ans qu’elle martyrise les défenses de LFH, Ana Gros s’est fait un nom qui va aujourd’hui bien au-delà des frontières françaises. À un poste d’arrière droite gauchère où les énormes talents ne sont pas légion, elle s’est depuis quelques années placée parmi les meilleures spécialistes en Europe. C’est dire le joli message envoyé par le BBH à la concurrence en parvenant à enrôler cette joueuse au palmarès épais comme un annuaire. Championne dans tous les clubs où elle est passée (en Slovénie, en Hongrie, en Allemagne, en France), elle a également collectionné des coupes nationales à ne plus savoir qu’en faire. Et qui dit palmarès dit forcément expérience. C’est donc une belle dose de vécu qui viendra s’ajouter au groupe de Laurent Bezeau.
En France depuis quatre ans tout juste et élue meilleure arrière droite des trois dernières éditions, Ana connaît le championnat et la fonction par cœur. Mais en ayant disputé la Ligue des Champions avec Krim, Gyor, Thüringer et Metz, elle dispose également d’une grosse expérience continentale qui ne pourra qu’aider le Brest Bretagne Handball, novice dans la compétition cette saison.

Bienvenue Ana !

Jean-Luc Le Gall (coordinateur sportif) :
« Nous sommes particulièrement heureux d’accueillir Ana parce que nous la voulions assidument et elle était convoitée par les plus grands clubs d’Europe. Elle était clairement l’une des cinq ou six joueuses que tout le monde s’arrachait sur le marché, tous postes confondus. Quand nous nous sommes lancés dans cette aventure, jamais nous nous sommes imaginés que ça pourrait se faire. Mais nous avons beaucoup travaillé ces deux derniers mois avec Laurent (Bezeau) en étant notamment présents lors du Mondial en Allemagne. Je pense que nous y avons gagné en crédibilité auprès de tous les interlocuteurs du handball. Nous avons fait connaître notre projet et nous nous sommes aussi rendus compte que la Coupe EHF et la Ligue des Champions avaient beaucoup fait pour que le club soit davantage reconnu. Ana n’a que 27 ans et entre donc dans les meilleures années de sa carrière, elle est en pleine maturité. Cela nous va parfaitement car nous voulons construire une équipe expérimentée qui peut aussi durer dans le temps ».

Ana Gros en bref...

Ana GROS 
Slovène 
Arrière droite 
27 ans, née le 21 janvier 1991 
1,86m ; 70kg 

Clubs précédents : RK Olimpija Ljubljana (SLV, jusqu’en 2009), RK Krim (SLV, 2009-2010), Gyor (HON, 2010-2012), Thüringer (ALL, 2012-jan. 2014), Metz (LFH, jan.2014-2018). 

Palmarès :
 
Championne de Slovénie en 2010 avec Krim, championne de Hongrie en 2011 et 2012 avec Gyor, championne d'Allemagne en 2013 et 2014 avec Thüringer, championne de France en 2014, 2016 et 2017 avec Metz.
Vainqueure de la Coupe de Slovénie en 2010 avec Krim, vainqueure de la Coupe de Hongrie en 2011 et 2012 avec Gyor, vainqueure de la Coupe d'Allemagne en 2013 avec Thüringer, vainqueure de la Coupe de France en 2015 et 2017 avec Metz, vainqueure de la Coupe de la Ligue en 2014 avec Metz.
Distinction individuelle : meilleure arrière droite de LFH en 2015, 2016, 2017, meilleure marqueuse de LFH en 2016.
Internationale slovène: 83 sélections (345 buts).

Ana Gros : « Pas la première à partir chez le rival »

« Ana, tu viens de signer un contrat de deux ans avec le BBH. Quel est ton premier sentiment ?
- Je suis bien sûr très très contente. J’ai été un peu surprise que Brest s’intéresse à moi parce qu’on sait que c’est le premier concurrent de Metz mais pour moi ça a été le signe que je faisais du bon travail et que je jouais bien. Je suis ravie de rejoindre cette équipe la saison prochaine parce que j’ai entendu que le BBH aurait beaucoup d’ambition dans le futur et pour moi c’était important.

- Tu as dit dans les médias que quitter Metz avait été l’une des décisions les plus difficiles à prendre de ta vie. Tu as hésité tant que ça ?
- Oui, j’ai vraiment beaucoup réfléchi. Cela fait quatre ans que je suis à Metz, je m’y sens très bien et j’y ai connu beaucoup d’émotions. Ici, c’est comme ma deuxième maison. Mais je suis aussi professionnelle et à un moment, il faut savoir prendre des décisions même si c’est dur. On a toutes des ambitions différentes et moi j’ai fait le choix de rejoindre le BBH.

- Maintenant que ta situation future est réglée, tu vas en tout cas pouvoir te concentrer sur une fin de saison chargée pour toi et ton club…
- C’est vrai que c’est compliqué de devoir penser à l’avenir tout en jouant au handball. Maintenant, je peux me relâcher complètement car je n’ai plus besoin d’y réfléchir. Il me reste encore 5 mois ici et ils seront très importants. Je vais faire du mieux possible pour aider mon équipe.

- Rester en France était pour toi une priorité ?
- Pas forcément une priorité mais surtout un plus. Je me sens bien dans ce pays donc c’est sûr que si j’avais l’opportunité de rester, c’était super. La France me plaît.

- Qu’est-ce qui t’a séduit dans le projet brestois ?
- Brest a beaucoup d’ambition et le souhait de construire une équipe avec de superbes joueuses. Le BBH est en haut du classement national. Et pour moi c’est important aussi de jouer la Ligue des Champions, je pense qu’on va la faire la saison prochaine. On m’a présenté de belles choses pour l’avenir et tout ça fait que j’ai choisi Brest.

- Le fait que Brest soit le rival de Metz t’a-t-il fait hésiter davantage ?
- Non, je n’y ai pas pensé sinon je n’aurais jamais signé au BBH. Mais je ne m’en fiche pas non plus, je sais que ça va être difficile à comprendre pour les supporters de Metz mais quand on est une professionnelle, ces choses peuvent arriver. Je ne suis pas la première joueuse à partir chez le rival, c’est le handball et il faut l’accepter. Je sais que ça parle déjà beaucoup depuis quelques jours mais je ne veux pas me prendre la tête avec ça. Je sais pourquoi j’ai choisi Brest et ce que les gens pensent n’est pas important. C’est ma décision, ma carrière et ma vie.

- Penses-tu jouer actuellement ton meilleur handball ?
- On peut toujours progresser mais c’est vrai que je pense que je vis mes plus belles années de hand. Je peux par contre encore m’améliorer dans certains secteurs et c’est aussi pour ça que j’ai choisi Brest, c’est un nouveau challenge pour moi.

- Tu vas (re)découvrir dans quelques mois l’ambiance de l’Arena. Elle t’avait plu ?
- Oui, beaucoup ! C’est l’une des plus fortes en France. À Metz, il y en a une belle aussi mais c’est vrai que j’adore celle de Brest. Il y a beaucoup de supporters, beaucoup de bruit et pour les handballeuses que nous sommes, c’est toujours bien d’évoluer dans cet environnement ».


(crédit photos : Laury Rousseau)