BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

28.08.19 | Du bon pied

Lancement réussi pour le Brest Bretagne Handball qui a disposé sur la longueur d’une équipe de Paris 92 accrocheuse et déterminée (31-25). Après une saison compliquée, les Rebelles ont voulu remettre tout de suite le train sur les rails dans leur Arena qui affichait déjà presque complet pour l’ouverture du championnat (3 961 spectateurs). C’est dans le dernier tiers de la partie que le BBH s’est définitivement défait de son adversaire derrière notamment un festival offensif d’Ana Gros (10 buts) et une première étincelante de Sandra Toft (16 arrêts).

Il y avait forcément beaucoup d’interrogations dans le camp brestois, notamment celui des supporters, avant ce match d’ouverture de la nouvelle Ligue Butagaz Énergie. Trois mois après le baisser de rideau sur un exercice cahoteux, les Rebelles étaient de retour dans l’arène, dans leur Arena. Et celle-ci, revisitée par un nouvel éclairage, les attendait de pied ferme. Non, le meilleur public de France n’avait pas boudé ses chouchoutes et le meilleur remerciement a été apporté sur le parquet par un groupe solidaire duquel se dégage déjà une âme. « Je prends mon pied depuis la reprise, lâchait d’ailleurs un Laurent Bezeau ravi de sa soirée. J’espère que ça va durer le plus longtemps possible. Les filles sont toutes concernées par la même chose, une communication s’est mise en place et je sais qu’on a encore une marge de progression très importante ».

Un coach soulagé à l’évidence de voir que son équipe prend déjà une belle forme alors que le départ de la saison vient à peine d’être donné. Même secouées au cœur de la seconde période, les filles ont montré de belles capacités de réaction et su emmener avec elles une Arena en mode « mèche courte ». « On est très heureux d’avoir gagné ce match, ce n’est jamais facile à domicile avec une attente forte autour de nous, poursuivait Laurent Bezeau. On est tombés sur un adversaire dont on savait qu’il pouvait nous poser des problèmes. C’était la rencontre qu’on attendait ».

Avec un mot d’ordre d’entrée, bien défendre la cage devant des Parisiennes à l’affût d’un coup fumeux dès la première journée de championnat. La première Brestoise à se mettre en évidence était Sladjana Pop-Lazic qui signait trois buts comme le symbole d’un vrai bon départ de l’équipe (5-2, 10e). Mais en face, une joueuse n’était pas impressionnée par le ramdam du chaudron finistérien. Allison Pineau, capitaine du vaisseau francilien, prenait alors ses responsabilités et se lançait même dans un duel au scoring avec son ancienne partenaire Ana Gros. La Slovène du BBH sortait son bras gauche extraordinaire à plusieurs reprises et permettait ainsi aux locales de se fabriquer un joli petit matelas (13-8, 23e). « On n’a pas été suffisamment costauds défensivement sur les impacts de loin », regrettait d’ailleurs Yacine Messaoudi, le nouveau coach du Paris 92.

C’est finalement l’entrée en jeu d’Horacek, auteure de quelques réalisations d’affilée, qui permettait aux visiteuses de regagner le vestiaire sur les talons brestois (15-14, 30e). « Sandra (Toft) a sans doute été énervée qu’Horacek alignent quelques buts comme ça, avançait Laurent Bezeau. C’est une gardienne de but internationale expérimentée qui veut tout gagner. Alors en deuxième, elle a été à la hauteur de nos attentes ».

La portière danoise a en effet été le parfait complément d’une défense bretonne devenue plus hermétique et permis aux siennes de remettre les Parisiennes à distance respectable (23-19, 46e). « On a fait le match qu’on voulait jusqu’à là mais ce passage à vide a duré trop longtemps, pointait Yacine Messaoudi. Il y a eu quelques situations qui nous ont fait mal. Mais on aurait pu exploser et le groupe a su se remobiliser. Dans l’ensemble, c’est une rencontre très intéressante pour nous, pour savoir où on en est ».

Et il n’y avait pas que l’ancien responsable de la formation messine pour se féliciter des vertus mentales de son groupe. Laurent Bezeau avait aussi apprécié ce qu’il avait vu de son côté. « Notre adversaire était talentueux, rappelait-il ainsi. Il nous a imposé son rythme sur la fin de la première mi-temps, c’était le sien et pas le nôtre, ça devenait dangereux. Mais mon équipe n’a pas flanché, elle a montré une grosse force mentale ».

À 27-20 (52e), le pic de forme des Rebelles, l’essentiel était fait et les quelques minutes pour gérer ce résultat et savourer avec le public pouvaient donner aux filles l’envie de revenir le plus vite possible au même endroit. Bonne nouvelle, ce sera dès la semaine prochaine face à Besançon (mercredi 4 septembre) mais avant cela, un déplacement chez le promu Mérignac les attend samedi. Histoire de confirmer que cette renaissance est bien là.

BREST BRETAGNE HANDBALL – PARIS 92 : 31-25 (15-14)
BREST BRETAGNE HANDBALL : Toft (g.), Quiniou (g.), Mauny (2), Toublanc (2), Tissier (2), Gros (10), Kobylinska (3), Lagattu, Minevskaja, Niakaté, Pop-Lazic (3), Foppa (3), Coatanéa (5), Mangué (1). Entraîneur : L. Bezeau.
PARIS 92 : Schupbach (g.), Satrapova (g.), Sercien-Ugolin (3), Pineau (9), Horacek (4), Toft Hansen, Ryu (1), Mazens (1), Cissokho, D. Lassource (1), Mala (1), Deba (3), Ouattara (2), Chalmandrier (). Entraîneur : Y. Messaoudi.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)