BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

27.04.18 | Il faudra en montrer plus

Les Brestoises étaient prévenues, un gros combat les attendait à Besançon, adversaire pas si surprise que ça en demi-finale des play-offs. Euphoriques à l’aller face à Issy Paris en quart, les Bisontines ont presque refait le même coup aux filles du BBH qui reviennent donc du Doubs avec un débours de quatre buts (25-21) qu’il faudra combler lors de la revanche à l’Arena le 16 mai prochain. Pour revoir la finale pour la deuxième année consécutive, le BBH devra trouver des solutions pour contrer une formation totalement décomplexée.

« Le match de l’engagement et de l’envie, on l’a perdu ». Laurent Bezeau ne regardait pas que le score à l’issue de cette demi-finale aller. Le coach brestois pointait en priorité le différentiel constaté dans l’état d’esprit entre les deux formations. Dans sa salle, Besançon a montré un appétit et une rage au-dessus de la moyenne et supérieurs au Brest Bretagne Handball. « L’ambiance autour du match était très difficile, lâchait d’entrée le technicien. Il y avait en face de nous une équipe jouant bien au handball et surtout survoltée. Dès le début, on a été malmenés dans l’intensité, l’engagement et l’envie ».

Pourtant, bon an mal an, les Brestoises, privées de Jovana Stoiljkovic (mollet) ne se laissaient pas distancer et organisaient la résistance (8-8, 17e). Mais un moment de flottement en défense et quelques imprécisions en attaque les mettaient dans le dur une première fois (13-10, 23e ; 15-11, 28e). À la pause, le retard de quatre unités ne sonnait pas comme quelque chose de définitif (16-12, 30e). 
« Non, ce n’était pas une catastrophe, poursuivait Laurent Bezeau. On est d’ailleurs revenus à 16-16 (38e) et il y avait alors de l’espoir. Et quand Besançon a repris un peu d’avance, on a su recoller (21-20, 50e) mais on a manqué un penalty pour égaliser ». Ayant sans doute laissé passer leur chance, les filles du BBH se sont ainsi exposées à une fin de rencontre tendue avec la crainte certaine de concéder un retard très (trop ?) important avant le match retour.

Besançon, qui passait à +5 pour la première fois à deux minutes du buzzer, flairait certainement le bon coup mais manquait le passage à +6 et voyait même son adversaire recoller à quatre unités (25-21, 60e). « C’est un moindre mal qui nous laisse encore la possibilité de nous qualifier sur le match retour mais ça va être terriblement difficile, prévenait Laurent Bezeau. On a encore nos chances mais il va falloir faire un très très gros match. Là où je suis un peu inquiet, c’est que si l’on ne démontre pas un autre état d’esprit, ce sera trop compliqué pour nous. Dans ce secteur, on a vraiment pris une leçon avec Besançon. J’ai bien vu le courage des filles qui ont tenté de revenir après la pause mais certaines performances individuelles nous ont aussi tirés vers le bas ».

Les confrontations aller-retour ont en tout cas un avantage, elles permettent de renverser des situations. Le cas du BBH n’est pas désespéré, loin de là, mais outre la grosse prestation qu’il devra sortir, il aura également besoin d’un appui maximal de son public pour écarter de son chemin le groupe bisontin. Rien n’est fini et surtout pas avant une revanche dans une Arena qu’on espère donc décisive dans ce combat.

BESANÇON – BREST : 25-21 (16-12)
BESANÇON : Gabriel (g.), Stojak (g.), Bouquet (5), Brame (1), Dazet, Dupuis (1), Frécon (4), Kieffer, Kolczynski (1), Kouyaté (4), Leveque (6), Manaut, Robert (3), Touré. Entr. : R. Tervel.
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Burlet (1), Coatanéa (1), Copy, Limal (2), Manach-Le Calvé, Mangué (5), N’Gouan (4), Pineau (4), Pop-Lazic (2), Prouvensier, Sand (1), Tissier (1), Entr. : L. Bezeau.


(crédit photos : Laury Rousseau et Ludovic Laude/L'Est Républicain)