BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

27.04.18 | Marie Prouvensier : « Besançon, du danger à tous les postes »

Après avoir écarté Fleury, le Brest Bretagne Handball s’avance ce week-end vers une demi-finale corsée face à Besançon. Les Bisontines ont sorti Issy Paris au tour précédent et seront donc à prendre très au sérieux. Dans une salle dans laquelle elle a disputé plusieurs derbys quand elle évoluait à Dijon, Marie Prouvensier sait que le groupe brestois sera mis à rude épreuve et qu’il faudra savoir gérer au mieux l’aspect psychologique spécifique d’une confrontation aller-retour.

« Marie, être en demi-finale pour le BBH, c’est le strict minimum ?
- Oui, dans le sens où on avait dit qu’on voulait faire mieux que l’année dernière et on était allées en finale. Si on n’avait pas été en demi-finale, ça aurait donc été un échec. Quand on a une équipe comme la nôtre, avec des joueuses de très haut niveau, si on n’est pas dans le dernier carré, ça peut être problématique.

- En quart contre Fleury, c’est ce à quoi vous vous attendiez ?
- On voulait aller là-bas en espérant marquer notre territoire pour faire plus de la moitié du boulot avant de les affronter à l’Arena. Six buts, c’était beaucoup et pas grand chose à la fois, on a déjà vu des matches où la tendance était complètement inversée. Mais mine de rien, on avait pris une belle option, notamment dans les têtes, pour gérer sereinement à l’Arena ensuite.

- Maintenant, ça va se corser face à une formation capable de très belles choses…
- Besançon, c’est une bonne équipe. Il y a du danger à tous les postes et une excellente gardienne. C’est très difficile d’aller jouer ou gagner là-bas. Je sais de quoi je parle en tant qu’ex-Dijonnaise. Les derbys étaient toujours très accrochés et je n’ai jamais gagné de cinq buts là-bas. Il y a une confrontation intéressante qui va nous être proposée. Les deux équipes vont bien préparer le match, ça promet un beau duel. Ce serait bien de marquer le plus possible à l’aller et de confirmer ensuite à l’Arena, dans le meilleur des scénarios.

- Quels scénarios sont possibles justement ?
- Comme toujours, l’équipe qui débute à domicile voudra marquer fortement son territoire pour terminer le travail au retour. Nous, on va devoir s’adapter au déroulement de la partie et ne pas prendre de risques superflus. On doit avoir conscience qu’il y aura quelque chose encore derrière. Mais on y va pour gagner quand même !

- Depuis quelques semaines, c’est un rythme de matches moins effréné qui vous est proposé. Qu’en penses-tu toi ?
- Le point positif de ne jouer qu’une fois par semaine, c’est qu’on a le temps de bien étudier l’adversaire et quand c’est une demi-finale, c’est primordial de connaître les forces et les faiblesses de l’autre parce que ça se joue sur des détails. On met beaucoup d’intensité dans les entraînements et on a la possibilité de travailler plus de choses donc c’est bien.

- Quelle peut être la clé du match aller contre Besançon ?
- Notre marque de fabrique reste la défense et les montées de balle rapides. Si on parvient à faire ça, ça peut nous mener sur le bon chemin. Après, il ne faudra surtout pas qu’on mette leur gardienne Catherine Gabriel dans un bon jour. Elle est dangereuse et très bonne en ce moment. Elle ne doit pas prendre feu ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)