BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

27.03.19 | Sous contrôle

Sans trembler, le Brest Bretagne Handball s’est qualifié à Saint-Maur pour les demi-finales de la Coupe de France (29-35). Les Rebelles ont maîtrisé la partie face à un adversaire du Division 2 qui aura fait son match et montré de très belles choses. L’histoire d’amour avec la Coupe continue donc pour le BBH qui atteint pour la quatrième année consécutive le dernier carré de la compétition. Il attendra avec impatience le tirage au sort du prochain tour ce jeudi à 17h30 pour connaître l’adversaire d’une rencontre qui pourrait lui ouvrir une nouvelle fois les portes de Bercy.

« On a une relation particulière avec la Coupe de France, ça nous réussit pas trop mal », lâchait dans un doux euphémisme Laurent Bezeau après la rencontre. Oui, le BBH aime cette Coupe et cela est peut-être dû au fait que les premières grandes lignes de sa jeune histoire se sont écrites au fil de cette compétition. Quatre demi-finales en quatre ans, deux titres (dont un en D2) et voilà le club des présidents Le Saint presque abonné à Bercy. Presque puisque pour y retourner une troisième fois après 2016 et 2018, il faudra encore passer un écueil dont la dimension sera connue à l’heure du tirage au sort ce jeudi.

Autour des trois premiers du championnat LFH, Metz, Brest et Nice, le petit poucet Celles-sur-Belle fera sans doute figure de « proie » privilégiée au moment d’ouvrir les boules à la Maison du Handball, là-même où séjournaient les Rebelles avant ce match contre Saint-Maur. Entre des Messines qui volent vers un premier Final Four européen et des Niçoises qui ne leur réussissent guère, les Brestoises préfèreront certainement affronter la formation des Deux-Sèvres. Mais la Coupe reste la Coupe et quoi qu’il arrive, ce combat pour décrocher un ticket pour Bercy sera rude. « On va attendre cela pour savoir déjà si on reçoit où si l’on se déplace, poursuivait Laurent Bezeau dont la formation a déjà évolué deux fois à l’extérieur. Ensuite on essaiera d’appréhender ce match de la meilleure des manières en espérant qu’on pourra retourner à Bercy. Si notre public nous y rejoint encore une fois, la fête sera de toute façon merveilleuse ».

Mais chaque chose en son temps et l’arène parisienne attendra. Ce qu’il faudra retenir de ce quart de finale dans le Val-de-Marne, c’est que le BBH aura rendu une copie sérieuse à défaut d’être géniale et n’aura jamais vraiment été inquiété par le collectif de la Stella. « On a contrôlé le match à partir du moment où on a fait un écart de quelques buts, acquiesçait le coach brestois. Mais c’est toujours difficile dans une salle sombre et face à un adversaire qui n’a rien à perdre, qui percute, qui met quelques coups en défense et dont les gardiennes font pas mal d’arrêts ».

Cet écart dont parle Laurent Bezeau avait été réalisé avant la pause qui avait été atteinte sur le score de 18-12 pour les Rebelles (30e). Une chirurgicale Sladjana Pop-Lazic et une opportuniste Alicia Toublanc notamment étaient passées par là et avaient permis de répondre à des Saint-Mauriennes décomplexées à l’image de Yimga sur la base arrière. « On n’avait rien à perdre donc on a lâché les chevaux, commentait la technicienne de la Stella, Angélique Spincer. Quand on joue une formation d’un niveau plus élevé, on a aussi tendance à élever le sien. Les filles avaient à cœur de bien figurer et l’objectif a été atteint ».

Les propos de l’ancienne internationale prenaient d’ailleurs encore un peu plus d’épaisseur au vu de la deuxième période que ses ouailles allaient jouer les yeux dans les yeux avec les vice-championnes de France. Certes l’écart ne descendit jamais en-dessous des quatre unités mais il ne dépassa jamais non plus les 6. « On a montré de belles choses face à une équipe de Brest qui n’a sûrement pas joué son meilleur handball, appuyait Angélique Spincer. On a su en profiter. Les filles étaient contentes de pouvoir se frotter à ce genre de joueuses et tout le monde a dû grandir un peu après ce match ».

Alors tout le monde content après ce quart de finale ? C’est un peu le sentiment qui prédominait à l’issue d’une confrontation déséquilibrée sur le papier. « L’important était de gagner et de ne pas revenir avec une blessée, concluait Laurent Bezeau. Les filles devaient aussi se retrouver parce qu’elles avaient été séparées dix jours avec la trêve internationale. J’espère maintenant qu’on va totalement se remettre en ordre de marche contre Toulon samedi en retrouvant ce jeu enthousiaste qui produit du spectacle ».
Une belle invitation pour les supporters brestois qui pourront assister ce week-end à la dernière rencontre de saison régulière à domicile face aux Varoises.

SAINT-MAUR – BREST : 29-35 (12-18)
SAINT-MAUR : Felix-Théodose (g.), Sacko (g.), Andretti (3), Gaillard (4), Gakidova (2), Guillon (4), Kouaya (1), Louis (3), Mellano (1), Yimga (6), Sainte-Rose, Tourigny, Vanbostal (4), Virginius (1). Entr. : A. Spincer.
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Bak (3), Copy (4), Foppa (1), Gros (7), Jarrige, Limal (1), Mauny, Pop-Lazic (8), Prouvensier (2), Stoiljkovic, Tissier (2), Toublanc (7). Entr. : L. Bezeau.


(crédit photos : Gustavo SportsPictures)