BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

25.05.18 | Allison Pineau : « Aller au bout de nous-mêmes »

Comme ses coéquipières, Allison Pineau était très déçue d’avoir dû concéder la défaite mercredi lors de la première manche de la finale. Avec quatre buts à remonter, elle a conscience que la mission sera très compliquée mais sait aussi que le groupe brestois dispose d’une marge de manœuvre pour tenter d’enquiquiner les Lorraines. Cela passera par une défense plus performante et un don de soi maximal.

« Allison, deux jours après la première manche, qu’est-ce qui te vient à l’esprit quand tu repenses à ce match ?
- Il y a plein de petits détails qu’on peut modifier et qui nous permettraient de pousser Metz dans ses retranchements. Défensivement, on a pris quand même presque 30 buts, c’est énorme et ça veut dire qu’on n’était pas bien en place. Il faut qu’on arrive à en encaisser moins de 25, ce sera déjà pas mal. Après, il faudra de toute façon aller au bout de nous-mêmes.

- Gagner contre les Messines en prenant 29 buts, c’est donc impossible ?
- Oui, c’est sûr. Quand on a gagné contre elles, c’était toujours en encaissant beaucoup moins que ça. En général, quand ça dépasse les 25, on est rarement gagnantes…

- Concernant mercredi, on peut parler de regrets ?
- Je pense qu’on espérait mieux de ce match. On aurait aimé accrocher un nul ou un victoire d’un but, ça nous aurait plu, ne serait-ce que pour notre public. On reste amères par rapport à ça parce qu’on imaginait que ça allait se passer différemment. À la maison, on a toujours envie de montrer un beau visage. Maintenant, la déception, il faut qu’elle s’estompe rapidement, on doit la laisser derrière nous et penser à demain.

- Est-ce que tu penses que le BBH s’est suffisamment mis la pression avant le match aller ?
- Peut-être qu’inconsciemment il y a eu un peu de relâchement. Il y avait toujours l’envie de gagner bien sûr mais le fait de savoir que la saison était d’ores et déjà réussi, ça nous a peut-être enlevé de la bonne pression. Demain, il y en aura en tout cas, ça c’est garanti.

- Est-ce que pour cette rencontre à Metz la marge de manœuvre est importante pour vous ?
- Elle est grande de notre côté, c’est certain, sans doute moins du leur parce qu’elles jouent à la maison et que cette année personne n’a perdu là-bas. Maintenant, reste à savoir si on est en mesure de gagner ce match ou de remporter cette finale, ça c’est encore autre chose.

- Aux Arènes, à quel contexte faut-il s’attendre ?
- Ça va être un peu hostile bien sûr mais ce sont les Arènes, c’est connu. Il y a cette petite rivalité qui s’installe depuis deux ans maintenant et qui peut créer une certaine hostilité. On est leurs adversaires mais on est surtout Brest ! (sourire). Ça va pousser derrière Metz au maximum, le public là-bas a toujours répondu présent quand ses joueuses pouvaient se trouver dos au mur à certains moments. Il essaiera peut-être aussi d’influencer un peu le cours du match avec les arbitres (rires).


(crédit photos : O.Stephan/BBH)