BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

25.03.17 | Brest n'est plus dauphin

Comme contre Metz mercredi, le Brest Bretagne Handball est venu mourir à un but d’Issy Paris et voit par la même occasion la deuxième place lui échapper. Face à un concurrent direct au classement, les Brestoises ont extrêmement bien débuté la partie mais se sont ensuite pris les pieds dans le tapis francilien et sont passées à côté de leur deuxième période. Une réaction est attendue pour les trois dernières rencontres de la saison régulière avant les play-offs.

Il y avait du monde au Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines en cette fin de journée. 5 415 spectateurs, record pour un match français de handball féminin, Issy Paris avait fait les choses en grand pour la venue du BBH. Les Franciliennes avaient sûrement en tête le fait que cette partie pouvait être charnière pour la fin de la saison régulière. À l’instant T, elle l’est puisque IPH a chipé la place de dauphin aux Brestoises et affrontera les trois derniers du classement avant le début des play-offs.

Une mauvaise opération pour le BBH qui avait déjà dû s’incliner trois jours auparavant face au champion en titre messin à l’Arena et qui reste sur trois revers consécutifs en LFH. Les choses avaient pourtant démarré sous les meilleurs auspices pour des Finistériennes concernées et appliquées avec une Stéphanie Ntsama Akoa en feu. Un rapide petit break (6-9, 17e) pouvait laisser libre cours à l’optimisme. « On fait une entame vraiment très prometteuse, confirmait Laurent Bezeau. Il y avait de très bonnes intentions mais comme contre Chambray, on s’est mis dans la m…. tout seuls. Il y a eu ensuite beaucoup trop de pertes de balle ».

Décidées à jouer vite, les filles du BBH allaient en effet gâcher un nombre incalculable d’occasions de faire grandir cet écart qui ne dépassera jamais +3. Pis, les Isséennes en profitaient pour reprendre du poil de la bête et sur un penalty de Zalewski égalisait à la dernière seconde avant la pause (13-13, 30e). Un coup sur la tête qui allait avoir de lourdes conséquences pour des Brestoises manquant totalement leur début de seconde période.

Muettes pendant près de 7 minutes, elles allaient laisser les locales faire leur trou (16-13, 37e). Entre pertes de balle, approximations ou penalty raté, tout y passait pour rendre cette reprise cauchemardesque. « C’est toujours le problème, regrettait Laurent Bezeau. J’ai essayé de les alerter dans le vestiaire qu’il y aurait une équipe contente de revenir au score et une autre déçue de ne pas avoir fait un écart. Résultat, on ne marque pas pendant plusieurs minutes et on voit que ça ne se passe pas bien ».

Sous la houlette d’une Stine Oftedal impériale, les Parisiennes allaient profiter des errements bretons pour s’installer dans la partie et même un rapproché brestois (20-18, 23e) ne les perturbaient pas dans leur objectif. « En deuxième mi-temps, on a pu courir un peu plus et on a pu avoir des buts faciles, expliquait la demi-centre norvégienne. C’est le premier gros match qu’on gagne cette année et il très important pour nous ». Car le baroud d’honneur du BBH, relégué à 5 longueurs à l’entame des 5 dernières minutes (24,19, 26e) allait simplement le faire mourir à un but de son adversaire du soir (24-23, 60e).

« C’est le même constat depuis 4 matches, analysait Allison Pineau au micro de beIN Sports. On est devant et on commence à jeter des ballons. Ensuite, on démarre mal la deuxième mi-temps et on s’enfonce. Il faut se remettre en question, on est un peu en chute libre depuis quelque temps. Il n’y a pas grand chose à dire à part retourner au travail et se concentrer sur ce qu’on a à faire ». Car la fin de la saison régulière les verra affronter Besançon, Toulon et Fleury avec l’objectif de conserver la troisième place car il semble difficile aujourd’hui d’imaginer qu’Issy Paris s’effondrera contre les trois derniers du classement.

« Je suis vraiment très déçu de cette défaite car il y avait matière à gagner cette rencontre, concluait Laurent Bezeau. Je n’ai aucune certitude et je n’arrive pas à trouver un 6 majeur qui m’apporte de la stabilité et me rassure. Soit on subit et on laisse faire en espérant à un moment donné un déclic, soit on prend des décisions et on agit ». Une chose est sûre, c’est le moment pour tout un club de faire bloc autour de son équipe car même si les temps sont durs, il n’est pas question de tout gâcher dans les semaines qui viennent. Allez BBH !

ISSY PARIS – BREST : 24-23 (13-13)
ISSY PARIS : Solberg (g.), Garba (g.), Abbingh (4), Camara (3), Deba (1), Fehri, C. Lassource (5), D. Lassource, Niakaté, H. Oftedal (1), S. Oftedal (6), Tegstedt (1), Wibe (2), Zalewski (1). Entraîneur : A. Gandais.
BREST : Darleux (g.), Adelin (g.), Copy (1), Durand (2), Geiger (1), Limal (1), Mangué (4), N’Gouan (1), Ntsama Akoa (7), Pineau (4), Prouvensier (1), Tissier (1), Tizi-Sadki, Toublanc. Entraîneur : L. Bezeau.



(crédit photos : D. Cardinal/BBH)