BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

24.04.19 | Au rendez-vous des demies

Grâce à une belle accélération après le repos, le Brest Bretagne Handball a validé sa qualification face à une équipe de Chambray déjà battue au match aller (32-25). Même si les Brestoises ont mis du temps à entrer dans la partie, elles ont ensuite sereinement géré leur avance glanée quelques jours auparavant et affronteront Nice dès ce week-end en demi-finale. Cette nouvelle présence dans le dernier carré leur ouvre également les portes de l’Europe pour la quatrième année consécutive.

La belle histoire avec les compétitions continentales va donc se poursuivre la saison prochaine pour le Brest Bretagne Handball. Entré en 2016 sur la scène européenne, le club des présidents Le Saint va vivre dans quelques mois sa quatrième campagne internationale. Au cœur d’une structure qui connaît une croissance accélérée, ces expériences sur le continent sont autant d’occasions de valider les acquis et d’asseoir chaque fois un peu plus le BBH sur l’échiquier du handball.

Cette qualification est pour l’heure la seule certitude dont disposent les Rebelles avant une fin de saison excitante mais dont l’issue reste forcément un mystère. Comme la saison passée, disputer deux finales nationales serait évidemment un signe que les Brestoises impriment une certaine régularité. Pour celle de la Coupe de France, tout est déjà organisé pour une belle bataille face à Metz le 25 mai à Bercy. En LFH, il faudra en revanche écarter un adversaire inédit en demi-finale, l’OGC Nice, après Issy Paris en 2017 et Besançon en 2018.

Les Niçoises ne sont pas forcément les adversaires rêvées si on se fie aux dernières confrontations entre Azuréennes et Bretonnes. Lourdement défaites dans le sud en février (25-17), les Rebelles sauront à quoi s’en tenir dimanche dans cette même salle pour la première manche. Si elles ne veulent pas ruiner leurs espoirs de qualification, elles devront hausser leur niveau de jeu mais elles ont par le passé souvent montré que les play-offs leur apportaient ce petit supplément d’âme. « Nice est expérimenté et on n’a jamais gagné là-bas, lâchait Laurent Bezeau après avoir pris connaissance de la confrontation qui l’attendait. Il y a dans ce club des filles qui ont connu le Final Four de Ligue des Champions, deux très bonnes gardiennes qui nous font toujours du mal et encore tant d’autres joueuses. C’est une équipe difficile, ça ne va pas être simple ».

Le métier de coach, c’est aussi cela : à peine une victoire enregistrée, il n’y a guère le temps de savourer, il faut tout de suite se tourner vers la prochaine échéance. Le technicien brestois pouvait pourtant se satisfaire de la seconde période réalisée par ses ouailles après un premier acte globalement manqué.
En s’imposant la semaine passée en Touraine avec un bel écart de six buts, les Brestoises avaient sans doute fait le plus dur. Mais cette situation peut-être un peu trop douillette leur a aussi un peu compliqué leur première mi-temps ce mercredi à l’Arena.

Si Chambray a très bien joué le coup, le BBH a certainement également manqué d’inconfort pour bien entrer dans la partie. « Peut-être qu’on ne s’est pas sentis chassés, confirmait Laurent Bezeau. On avait six buts d’avance, notre adversaire se déplaçait sans Chebbah et Bellakhdar en plus des autres filles déjà absentes à l’aller donc c’est possible que ça nous ait rendus moins vigilants. Il faut saluer aussi le jeu de Chambray qui a évolué avec beaucoup d’intelligence et de cœur ».

Les Tourangelles ont su très bien jouer leur carte pendant une grosse mi-temps, voire même 45 minutes, avant de plier, physiquement notamment. À quelques instants de la pause, il y avait encore trois buts d’avance pour les visiteuses (10-13, 29e). « On n’a pas espéré se qualifier, on voulait juste disputer un bon match, relatait Guillaume Marques. Les filles ont fait avec les armes du moment, c’est-à-dire l’engagement et le respect du projet. Je pense qu’on a raté l’occasion de faire douter Brest en étant plus efficaces. Mais on a également des regrets sur le premier match qui se termine à -6 alors que ça aurait pu être à -4. Face à une équipe de ce calibre, on ne peut pas se permettre de rater des situations favorables ».

Y avait-il de l’inquiétude dans les caboches brestoises au retour aux vestiaires et à -2 (11-13, 30e) ? Difficile à dire. Une chose est certaine, les filles ont vite relevé la tête pour se sortir de la mélasse et éviter de gamberger. « On a essayé de se ressaisir et aussi de sortir des habitudes, du confort, détaillait Laurent Bezeau. J’ai demandé à mes joueuses de changer la défense. On est passé en 1-5 et ça a vite déréglé le projet de jeu de Chambray ». Si le retard était rapidement comblé (15-15, 33e), restait encore à décoller cet adversaire pour s’assurer une fin de match sereine. Mission accomplie après une belle accélération dans le dernier tiers de la rencontre. Avec une 8-2 impulsé par Sladjana Pop-Lazic, Ana Gros, Constance Mauny, le BBH reprenait des couleurs et le contrôle des débats (23-18, 49e). La messe était dite et c’est donc bien vers le dernier carré que se dirigeaient les Rebelles grâce à ce double succès sur le CTHB.

L’urgence est maintenant à la récupération et à la remobilisation car dès vendredi, les filles prendront la direction de la Côte d’Azur pour y affronter samedi les Aiglonnes de Marjan Kolev. S’il est difficile de qualifier ce match de plus important de la saison, il est en tout cas certain qu’il ouvrira ou pas de belles perspectives au groupe brestois pour un mois de mai décisif.


BREST – CHAMBRAY : 32-25 (11-13)
BREST : Idéhn (g.), Quiniou (g.), Mauny (2), Toublanc (4), Tissier (4), Gros (6), Copy (2), Pop-Lazic (6), Stoiljkovic, Foppa (1), Bak (2), Coatanéa, Limal (2), Mangué (3). Entraîneur : L. Bezeau.
CHAMBRAY : Pradel (g.), Kantor (g.), Radojevic (2), Valente (4), N’Diaye (2), Asperges, Janod (1), Keramichieva (1), Nicollet (1), Bruni (2), Dubois (4), François (8), Thomé, Hanley. Entraîneur : G. Marques.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)