BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

23.05.18 | Il faudra être très costauds !

Pour sa dernière de la saison à domicile, le Brest Bretagne Handball a dû mettre un genou à terre face à Metz. Un seul genou puisque le match retour se disputera samedi en Lorraine. Avec quatre buts à remonter (21-25), la mission paraît forcément compliquée mais le coup sera joué à fond, c’est une garantie. Un mois et demi après sa victoire face à ces mêmes Messines en Coupe de France, les Brestoises n’ont pu réitérer la performance et devront donc cravacher aux Arènes pour arracher quelque chose. Impossible n’est pas Brestois !

Moins de 24 heures, c’est le temps qu’il avait fallu pour que toutes les places de l’Arena partent comme des petits pains la semaine dernière. Même si cela devient une (bonne) habitude, il y avait encore évidemment une grosse satisfaction de voir une salle incandescente pour le baisser de rideau à Brest. Dans une rencontre compliquée, le chaud public du BBH aura eu le mérite d’empêcher que les filles baissent définitivement la tête lorsqu’il y avait du vent dans les voiles. Les Brestoises ont dont terminé à -4 et auront vu tout le match les Messines devant.

« Je ne m’attendais peut-être pas à un tel écart, avouait Emmanuel Mayonnade après les débats. Mais on ne perd pas de vue l’idée qu’il reste encore 60 minutes à livrer. On est contents de la prestation et de l’avance mais on sait aussi que ça va vite et que rien n’est fait. Ce soir, les Brestoises ont pris plus de buts qu’à l’accoutumée mais ont montré pas mal de rythme offensivement, un peu ce qu’on a fait aussi d’ailleurs ». 29 buts encaissés, ce n’est effectivement pas la marque de fabrique d’un BBH habitué aux ambiances fermées à double tour. Par exemple, en demi-finale de la Coupe de France début avril, seuls 19 pions avaient été concédées. « On avait montré davantage de cohésion défensive, étayait Laurent Bezeau. Et Cléo avait fait un gala, ça nous avait vraiment aidés. Là, on a eu davantage de difficultés à la mettre dans de bonnes conditions. Et puis on a perdu pas mal de ballons ce soir ».

Prises à la gorge d’entrée par des Lorraines déterminées, les Brestoises ont en effet été plutôt dispendieuses, offrant pas mal de montées de balle à leurs adversaires. Le premier écart n’était pas long à venir (4-8, 12e) mais comme ça allait être le cas durant toute la soirée, le Brest Bretagne Handball réagissait par secousses et revenait ainsi totalement dans la partie dans une Arena en mode mèche courte (9-9, 22e). Dans la dernière minute, le premier tournant intervenait. D’un -1 potentiel, le BBH passait en quelques secondes à -3 avant le retour aux vestiaires (11-14, 30e). « C’est un moment important du match, confirmait Emmanuel Mayonnade. Ce qui est fou c’est qu’il y a eu trois possessions en moins de 40 secondes et même si mon discours à la pause n’a pas changé pour autant, la dynamique était assurément différente ».

Pourtant, les Brestoises, qui replongeaient vite à -4 (11-15, 32e) avaient de la ressource et de la fierté. Sous les coups de boutoir de Marta Mangué, elles recollaient encore une fois (14-15, 33e) et on sentait alors que quelque chose était possible. « On a très bien réagi en deuxième, se félicitait Laurent Bezeau. Ça aurait pourtant pu mal tourner. Mais il y a eu un temps de bascule qu’on n’a pas su saisir et contre Metz, ça ne pardonne pas. Tout le match, on a beaucoup marché à l’énergie pour monter les ballons car quand on se retrouvait face à leur bloc-défense sur jeu placé, c’était compliqué ». Sans s’affoler, les Messines refirent rapidement un écart grâce au début du chantier de la future Brestoise Ana Gros (16-20, 45e). En face, seule une Jovana Stoiljkovic libérée scorait et maintenant en vie un BBH respirant alors avec une paille (20-23, 49e).

« Dans la continuité de Bercy et de Besançon, j’aurais aimé qu’on présente un visage plus performant mais l’adversaire était de qualité et dur à jouer », poursuivait Laurent Bezeau. Intraitable, Metz ne relâchait en effet rien du tout et maintenant une avance confortable au buzzer. « Ce n’est pas forcément d’un miracle dont aura besoin Brest samedi, il faut juste faire un meilleur match que nous. Ça peut aller très vite et le BBH a déjà montré qu’il avait la capacité à bien voyager », prévenait Emmanuel Mayonnade. Si le technicien messin se projetait déjà sur la prochaine joute, son homologue finistérien ne voulait lui pas aller trop vite en besogne. « Je suis surtout dans la déception de ne pas avoir pris ce match à domicile, on voulait l’offrir à nos supporters, concluait-il. On verra bien ce qu’on pourra faire aux Arènes. Chaque chose en son temps ». Le temps du départ vers l’Est, ce sera dès jeudi midi afin d’être dans les meilleures conditions pour la rencontre samedi soir (20h30). D’ici là, on y croit !

BREST – METZ : 25-29 (11-14)
BREST : Darleux (g.), Idéhn (g.), Pineau (5), Copy (1), N’Gouan (1), Prouvensier (2), Sand, Pop-Lazic (2), Stoiljkovic (8), Manach-Le Calvé, Coatanéa (2), Burlet, Limal, Mangué (4). Entraîneur : L. Bezeau.
METZ : Rajcic (g.), Csapo (g.), Edwige (1), Gros (11), Zaadi (2), Flippes (1), Nocandy, Houette (3), Landre (2), Kanor, Smits (5), Sajka (1), Maubon (1), Luciano (2). Entraîneur : E. Mayonnade.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)