BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

22.05.19 | Gaëlle Le Hir : « Un retour aux sources »

Elle avait un peu disparu des radars du BBH depuis deux ans mais Gaëlle Le Hir fait son come back ! Elle qui avait quitté le Brest Bretagne Handball en 2017 pour suivre le parcours professionnel de son compagnon est finalement revenue dans le Finistère en décembre. La pivot, qui aura 29 ans la semaine prochaine, évolue depuis six mois avec l’équipe espoirs du BBH et s’est donc mise d’accord avec le club pour rempiler pour une saison au sein du groupe professionnel. De l’expérience au haut niveau, un bon état d’esprit et un sourire permanent, voilà notamment ce qu’apportera « Gaga » à la cuvée 2019/2020. Welcome back Gaëlle !

« Gaëlle, qu’as-tu fait depuis deux ans ?
- Après la saison 2016/2017, j’ai suivi mon conjoint qui partait pour un projet d’entraîneur de foot aux Herbiers. On en a profité pour avoir une petite fille en avril 2018. Et l’été dernier, on a pris la direction de la Normandie avant de revenir sur Brest en décembre puisque mon conjoint a eu l’opportunité de revenir. C’est un retour aux sources donc.

- Tu as tout de suite repris contact avec le BBH ?
- J’avais recommencé le hand à Granville, en Nationale 2, à partir du mois de septembre. Et du coup, comme on a su qu’on repartait sur Brest, j’ai appelé le BBH pour dire que je revenais dans le coin et que j’aimerais reprendre. Ça a été fait en décembre avec les entraînements en équipe première et les matches en équipe réserve.

- Où en étais-tu physiquement en décembre ?
- Je n’étais pas au top mais j’ai depuis bien travaillé avec Tanguy (Favé, préparateur physique). Je me donnais 6 mois pour revenir en forme, ça a été un luxe de pouvoir le faire.

- As-tu noté beaucoup de changements au club depuis deux ans ?
- Il n’y a plus beaucoup de joueuses de l’époque. Mais j’ai pris mes marques dans un groupe qui est sympa. Je n’ai pas vraiment eu l’impression d’être partie depuis presque deux ans. Au niveau du club, ça s’est aussi beaucoup structuré sur le plan sportif avec par exemple la préparation physique. Ça s’est enrichi avec des programmes personnalisés.

- Quand tu as repris une licence en amateur, le but était de repasser pro six mois après ?
- On n’en a pas parlé tout de suite avec les dirigeants. J’aurais sûrement pu faire aussi une autre saison en amateur mais je ne me serais pas investie de la même manière parce qu’il aurait fallu travailler à côté.

- Qu’attends-tu de l’année qui vient ?
- Je rejoins l’équipe en tant que troisième pivot. Il y a Popy qui est l’une des meilleures du championnat et Pauletta qui a le plus grand avenir en France sur ce poste. Je n’aurai donc pas la prétention de prendre la place de l’une ou de l’autre. On peut toutes les trois apporter des choses parce qu’on a un style différent. C’est possible de progresser toutes ensemble. On voit qu’une saison, avec le championnat et la Coupe d’Europe, c’est long. Donc ça peut permettre de faire souffler une joueuse sur des matches avec une importance différente.

- Avant ton départ du BBH, tu étais reconnue pour être l’un des piliers du groupe pour ce qui est de l’état d’esprit. C’est quelque chose que tu voudras remettre en place ?
- La saison prochaine, je pense que mon rôle sur le terrain ne sera pas le même donc l’extra handball sera hyper important. J’ai la chance de connaître Brest et ses alentours et dans mon futur, je vais travailler pour le bien être des gens en entreprise. Je serai donc exactement dans le même créneau. Je veux apporter pour que chacune vive bien son année et se fonde dans le collectif. J’aime ça et c’est naturel ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)