BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

15.09.19 | Éric Ledan : « On a mis la barre très haut »

Au Brest Bretagne Handball, le modèle économique place les partenaires au centre du système. Si le jeune BBH peut aujourd’hui se développer très rapidement et s’appuyer sur un budget confortable, c’est grâce au soutien massif des sociétés privées. Pour satisfaire ces précieux sponsors et nourrir leur fidélité, le club met les petits plats dans les grands, les matches représentant le point d’orgue de cette relation. Éric Ledan, le directeur commercial, nous fait un état des lieux.

« Éric, pour cette saison 2019/2020, que représente le partenariat pour le BBH ?
- Aujourd’hui, on compte un peu moins de 500 partenaires pour un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros. Nos partenaires nous ont montré leur fidélité et leur constance malgré une saison dernière un peu compliquée et l’accession du Stade Brestois en Ligue 1.

- Y avait-il des craintes suite à l’exercice précédent ?
- Elles existaient, oui, mais on connaît aussi nos partenaires et l’attachement qu’ils ont pour le club. Peu sont finalement partis et certains nouveaux nous ont même rejoints. Maintenant, on sait aussi qu’on ne doit pas refaire une saison identique. On a mis beaucoup de choses à plat pour que nos soutiens économiques prennent davantage de plaisir avec une équipe plus compétitive et homogène.

- Est-ce parfois dur de leur expliquer que le sport est irrationnel ?
- On ne peut jamais rien promettre sur le secteur sportif, c’est une certitude. Tout ce qu’on peut certifier, c’est qu’il y aura de l’engagement et de la volonté. On a le droit de perdre mais on doit le faire les armes à la main. On a le meilleur public de France donc le groupe doit savoir répondre présent sur le terrain. On a tout axé sur le fait d’être irréprochables sur et en dehors du terrain. On est un club jeune donc on a encore des choses à améliorer mais on a bien restructuré l’ensemble et le groupe sportif aujourd’hui connaît les attentes du BBH, des partenaires et du public.

- Quelle est aujourd’hui la marge de progression du secteur commercial ?
- Il y a toujours moyen de grandir. Le bouche à oreille est par exemple très efficace. Des sociétés ne sont pas encore venues nous voir à l’Arena et on sait que souvent, l’essayer c’est l’adopter. Notre chiffre d’affaires nous permet d’assurer l’équilibre de notre budget et c’est assez conséquent. Sans nos partenaires et nos supporters abonnés, il n’y aurait pas de club donc notre politique nous impose de rester constants vis-à-vis d’eux.

- Que peut-on encore faire évoluer dans ce qui est proposé aux partenaires ?
- On peut toujours faire mieux même si on a déjà atteint un niveau de réceptifs qui convient aux gens. Le show global et les salons VIP sont d’une grande qualité et nos partenaires le reconnaissent aisément. On a mis la barre très haut par rapport aux autres clubs français et mêmes européens ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)