BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

20.02.19 | Au forceps !

Le Brest Bretagne Handball a arraché à Chambray sa qualification pour les quarts de finale de la Coupe de France (23-24), une compétition dont il est le tenant du titre. Comme d’habitude à la Fontaine Blanche, les choses n’ont pas été facile pour les Rebelles mais grâce à de belles valeurs collectives après le repos et une grosse force mentale, elles sont parvenues à se sortir d’un vilain traquenard. C’est en tout cas une victoire qui fera un grand bien au groupe dont la prochaine échéance sera capitale dimanche en Ligue des Champions face à Odense.

On a coutume de le dire, en Coupe de France, la seule chose qui compte, c’est la qualif’. En Touraine ce mercredi, les Brestoises ont appliqué la règle à la lettre et donc composté leur billet pour les quarts de finale d’une compétition qui leur est chère. Forcément, tout n’a pas été offert aux Rebelles mais la finalité est bel et bien là. « La première chose que je retiens, c’est bien sûr cette qualification, confirmait Romain Corre, l’adjoint de Laurent Bezeau, absent pour raisons médicales. On a eu un match très dur comme c’est souvent le cas ici mais à la fin on a gagné en ayant affronté une équipe qui n’a rien lâché durant toute la partie ».

Les premières minutes étaient d’ailleurs là pour le confirmer. Maladroites et dispendieuses, les Brestoises gâchaient et permettaient aux locales de faire un premier petit écart (4-1, 7e). Il fallait ensuite attendre la 18e minute et du mieux en défense pour voir l’égalisation finistérienne sur une contre-attaque de l’enfant du pays, Constance Mauny (9-9, 18e). Mais cette éclaircie allait vite voir débarquer quelques nuages avec une longue période de disette offensive dont profitait Chambray pour virer en tête au repos (15-12, 30e).

« On avait l’objectif de mettre beaucoup de rythme parce qu’on pensait que celui qu’on avait l’habitude d’imprimer ces derniers temps nous permettrait d’être performants et de faire la différence, poursuivait Romain Corre. On a donc mis ce rythme mais on a perdu tellement de ballons en le faisant qu’à la mi-temps on était à -3 et je trouvais même qu’on s’en sortait bien ».
 
Si la gardienne chambraysienne, Linda Pradel, avait fait des misères au BBH durant les 30 premières minutes, son homologue brestoise allait aussi s’y mettre après les citrons. Agathe Quiniou, entrée en jeu après la pause, commençait ainsi un vrai festival qui permettait à ses coéquipières de totalement relancer le match. « Ça a été un facteur important pour nous, confirmait Romain Corre. Agathe, notre petite jeune du centre de formation, a commencé par 4 ou 5 arrêts qui nous ont totalement remis sur les rails et nous ont empêchés de cogiter. Ça fait plaisir pour elle parce qu’elle bosse avec nous depuis un moment. Elle a su saisir sa chance, bravo ! »
La portière du BBH d’un côté, Sladjana Pop-Lazic et Amandine Tissier efficaces de l’autre, c’est un autre scénario qui se dessinait alors (16-17, 37e).

Mais inutile de penser que tout allait devenir facile pour les protégées des présidents Le Saint. Face à de coriaces Tourangelles, l’écart tardait à se faire et il fallait ainsi patienter la 58e minute pour voir le premier avantage de deux buts pour le BBH (22-24). Mais là encore, rien n’était plié puisque Chambray revenait à un but à l’entrée de la dernière minute et avait même 30 secondes de possession sur la fin pour emmener la confrontation aux jets de 7 mètres. L’arrêt de Quiniou sur le dernier tir de Chambray avait alors des allures de symbole. « Peut-être que le rythme qu’on a mis d’entrée nous a permis ensuite de mieux gérer la fin face à une formation qui en a moins l’habitude, concluait Romain Corre. Je note en tout cas que, quelles qu’ont pu être les performances de chacune, elles sont restées ensemble, elles n’ont rien lâché et se sont battues pour cet objectif de conserver leur trophée ».

CHAMBRAY – BREST : 23-24 (15-12)
CHAMBRAY : Pradel (g.), Novellan (g.), Radojevic, Valente (1), N’Diaye (1), Asperges, Chebbah (8), Signaté (4), Nicollet (1), Bruni, François (2), Thomé (3), Bellakhdar (3), Janod. Entraîneur : G. Marques.
BREST : Idéhn (g.), Quiniou (g.), Mauny (1), Tissier (7), Gros (5), Pineau (1), Copy (1), Prouvensier (1), Pop-Lazic (6), Stoiljkovic, Foppa, Bak, Coatanéa (1), Mangué (1). Entraîneur : R. Corre.


(crédit photos : La Nouvelle République/Julien Pruvost)