BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

19.04.19 | La moitié du contrat

Le Brest Bretagne Handball a entamé de la meilleure des manières ses play-offs et s’est mis dans de très bonnes dispositions avant le match retour en s’imposant avec maîtrise à Chambray, 29-23. Devant durant toute la partie, les Rebelles n’ont laissé aucune possibilité à leurs adversaires de les faire douter et ont ainsi réalisé un très joli pas vers le dernier carré de la compétition. Mais pour cela, il faudra terminer le travail lors du match retour à la Brest Arena mercredi.

Le chemin de Chambray, les filles le connaissent par cœur, il s’agissait en effet là du troisième déplacement en Touraine de la saison. Mais si les deux premiers succès à la Fontaine Blanche n’avaient pas été totalement sereins, celui-ci ne souffre d’aucune contestation. Comme c’est devenu une (bonne) habitude depuis leur accession en LFH, les Rebelles n’ont pas manqué leur quart de finale aller et ont creusé un bel écart leur permettant d’aborder avec sérénité la deuxième manche.
« On peut bien sûr être très satisfaits de ce résultat, ne manquait pas de commenter Laurent Bezeau après les débats. Maintenant, je connais le tempérament des joueuses de Chambray et surtout celui de leur entraîneur et je sais que cet écart ne va pas les empêcher de tenter de nous embêter mercredi. Il faudra être vigilants ».

La prudence est forcément de rigueur dans le camp brestois mais comme le rappelle également l’entraîneur du BBH, « il vaut mieux être dans notre situation que le contraire ». Une analyse bien sûr partagée par son homologue tourangeau, Guillaume Marques, qui mesure l’ampleur du défi qui attend ses ouailles à l’Arena la semaine prochaine. « Il faudra de la folie bien sûr, et surtout y croire. Si on y va en victimes, ça peut être très dur là-bas. Si on pense que ce match ne sert à rien, on risque de prendre une grosse valise ».

Si le CTHB a souvent pris un malin plaisir à enquiquiner les Brestoises, et ce depuis plusieurs années, les choses parurent plus claires ce vendredi avec des Finistériennes très sérieuses et ayant monté leur niveau d’exigence pour ce match à fort enjeu. « On a vu davantage d’intensité défensivement, confirmait Guillaume Marques. Brest s’est beaucoup appuyé sur Tissier, Stoiljkovic et Gros sur la base arrière, ce qui est le plus costaud en ce moment dans cette équipe. Le BBH nous a respectés et a dû pour cela dépenser un peu d’énergie mais je crois que ce match était important pour le club. On a senti que c’était monté en gamme ».

Laurent Bezeau voyait lui de son côté encore d’autres vertus à mettre au crédit de ses protégées : « J’ai trouvé qu’on a eu du tempérament quand il le fallait. On ne s’est jamais énervés, jamais agacés. D’habitude, ici, on piquait du nez plus fortement et plus longtemps. Là, quand elles nous ont mis deux ou trois buts, on a été capables de tout arrêter et se de remettre à l’endroit. Et puis, on a aussi eu une très bonne Filippa Idéhn qui nous a orientés sur le bon chemin ».

La gardienne suédoise du BBH a en effet brillé de mille feux lors de cette partie, et ce jusqu’au buzzer, laissant à Guilaume Marques encore un goût amer : « On a la balle pour revenir à 28-24 à 10 secondes de la fin mais la gardienne fait un arrêt et marque ensuite dans notre cage vide. Du coup, 6 buts, ça fait beaucoup ».
Avec 19 arrêts sur 41, la portière du Brest Bretagne Handball a grandement contribué au succès des siennes mais n’a pas été la seule à tirer son épingle du jeu et Laurent Bezeau avait du bien du mal à choisir qui mettre en avant au moment du débrief. « J’ai vu des leaders de jeu, savourait-il. Joka (Stoiljkovic) a fait un très grand match, Ana (Gros) s’est comportée en patronne, Amandine (Tissier) n’a pas réussi tout ce qu’elle voulait faire mais a été dynamisante, Pauline (Coatanéa) a fait de jolis trucs, nos pivots (Pauletta Foppa et Sladjana Pop-Lazic) les ont bien embêtées… »

Surtout, on n’eut cette fois pas l’occasion de voir les Chambraysiennes enflammer leur salle comme elles avaient coutume de le faire lors des dernières confrontations. La faute à Brest bien sûr mais pas que. « Ça n’a pas pris parce qu’on a raté deux ou trois trucs qui nous ont fait mal à la tête, avançait Guillaume Marques. On a manqué trop de choses, des penalties, des contre-attaques, des tirs à l’aile. C’était trop pour emballer le match et faire douter cette équipe du BBH ».
Devant du début à la fin, les Rebelles ont bien pris soin de ne jamais laisser le loisir à leurs adversaires de diriger les débats et imposer leur rythme. Si le score final (29-23) est aussi le plus gros écart du match, il y eut bien quelques rapprochés des Tourangelles mais jamais suffisamment pour inverser la tendance.

Reste maintenant à boucler le dossier mercredi prochain à la Brest Arena. Avec toute la prudence que cela implique pour la troupe des présidents Le Saint. Et promis, pas de calculs ! « J’ai surtout envie qu’on gagne chez nous et qu’on pousse encore, concluait Laurent Bezeau. Il n’y a aucune raison de gérer. On doit continuer à mettre du rythme, à aller vers l’avant. On se doit d’être conquérants et de donner du plaisir, ce sont des valeurs qui me plaisent bien ». 
Et qui seront volontiers partagées par les fidèles supporters du club dont une trentaine avait fait le déplacement à Chambray pour pousser les Brestoises.
 
CHAMBRAY – BREST : 23-29 (13-16)
CHAMBRAY : Pradel (g.), Kantor (g.), Radojevic (1), Valente (1), N’Diaye (2), Asperges (2), Heure, Chebbah (10), Keramichieva (1), Nicollet (4), Bruni (1), François, Thomé (1), Bellakhdar. Entraîneur : G. Marques.
BREST : Idéhn (g., 1), Quiniou (g.), Mauny (2), Tissier (2), Gros (7), Copy (2), Prouvensier, Pop-Lazic (4), Stoiljkovic (6), Foppa (2), Bak, Coatanéa (3), Limal, Mangué. Entraîneur : L. Bezeau.


(crédit photos : Ludovic Dupraz)