BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

17.11.17 | Laurent Bezeau : « Une certaine crédibilité »

Le Brest Bretagne Handball va vivre ce samedi (15 heures) le dernier volet de sa première expérience en Ligue des Champions. Toujours à la recherche d’une victoire, les Brestoises vont s’attaquer à la montagne Gyor, ce qui se fait de mieux sur la planète handball. Arrivé ce vendredi matin dans la cité hongroise, le groupe brestois aura en tout cas l’honneur de jouer dans la somptueuse Audi Arena. En attendant, le coach brestois Laurent Bezeau revient sur ce début de saison et les premiers pas parmi les très grands.

PREMIER BILAN
« Si je dois faire un premier bilan par rapport à cette expérience, je dirais qu’au regard de ce que j’ai vu dans les autres poules, on a eu la chance ou la malchance de tomber dans un groupe très relevé, face à trois équipes très difficiles. Cela me confirme qu’on était bien dans la compétition la plus huppée en Europe. Et si tu n’es pas prêt dans plein de domaines pour l’aborder, il y est compliqué de gagner des matches. Malgré le fait qu’on en ait perdus cinq, le bilan me paraît tout le même positif parce que, pour une première expérience, l’image et le niveau de jeu qu’on a affichés nous ont accordé une certaine crédibilité. Les adversaires nous ont pris au sérieux. On a su bousculer Rostov en Russie, embêter Gyor chez nous et pour le premier match contre Midtjylland, il a fallu un coup du sort pour qu’on s’incline. On savait qu’on était dans une phase d’apprentissage du plus haut niveau et par rapport à ce qui est nécessaire pour vraiment exister, on a encore beaucoup de travail ».

GYOR
« C’est le plus grand club du monde. Il l’a validé par le fait qu’il est au Final Four depuis plusieurs années. Ça va être super de jouer là-bas, de voir le contexte général avec les supporters. Ils sont venus à 115 chez nous donc ça augure une réception assez intéressante même si ce match n’a plus d’enjeu, ni pour Gyor ni pour nous. D’affronter un club comme ça, c’est de toute façon toujours intéressant. Je pense que pour aller tous les ans au Final Four, c’est qu’il y a forcément des structures, des moyens et un ensemble de choses mis en place. On y va pour apprendre ».

LA PRÉSENCE D’ALLISON DANS LE GROUPE
« Il se trouve qu’elle a passé des tests à l’INSEP à l’issue d’une préparation athlétique pendant trois semaines à Tignes avec un kiné et un préparateur physique. Ces tests se sont avérés positifs pour une reprise. Elle a rencontré notre staff médical lundi soir et celui-ci a dit qu’elle était apte à reprendre progressivement le handball. Maintenant, elle doit toucher le ballon, elle a commencé à le faire cette semaine. On l’emmène avec nous à Gyor parce qu’il faut qu’elle mange du handball. Après quatre mois sans avoir vécu avec le groupe, elle doit aussi redécouvrir ça parce qu’on espère qu’à partir de janvier, on l’aura avec nous et que ce sera une pièce majeure. Elle va s’entraîner vendredi soir avec nous, faire l’échauffement du match mais en revanche, elle n’a pas encore le feu vert médical pour rejouer dès ce week-end ».

UNE TRÊVE COMPLIQUÉE À VENIR
« On a la moitié de l’équipe qui s’en va dans les différentes sélections, forcément des joueuses majeures. Le problème que je rencontre également est que la moitié du groupe qui va rester sur Brest pour se préparer le fera dans un contexte particulier parce qu’on n’aura pas l’Arena. À partir du 30 décembre, on va jouer pendant deux mois et demi un match tous les trois jours. Ce sera d’une intensité invraisemblable et les joueuses ne seront pas forcément préparées à ça. Quand tu débutes un cycle comme ça, il convient d’attaquer par une préparation qui t’amène physiquement à être capable de soutenir ça, et on ne va pas pouvoir le faire. Les joueuses qui sont en sélection ne seront pas en préparation et celles qui ne joueront pas seront même en désentraînement. On va donc reprendre le 26 décembre sans trop savoir où l’on va… »

EN CHAMPIONNAT, ÇA ROULE
« Je peux retirer trois notes positives. Au regard de ce qui avait été évoqué par Jean-Luc Le Gall avant le début de la saison, à savoir qu’il faudrait faire mieux que l’année dernière en terme de victoires, on est dans les clous. On n’a perdu qu’une seule fois et on est aujourd’hui deuxièmes du classement. Ensuite, ce qui est bien est qu’après cette aventure en Ligue des Champions, on va être reversés en Coupe EHF donc on ne quitte pas l’Europe. Et enfin, je me réjouis de savoir qu’hormis Alicia Toublanc, on va retrouver tout le groupe en janvier, avec notamment Marta et Allison ».


(crédit photos : O.Stephan/BBH)