BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

13.02.19 | En mode cavalier seul

Le Brest Bretagne Handball a décroché face à Saint-Amand sa quatorzième victoire de la saison (33-22) et conforté sa place de dauphin grâce au revers dans la même temps de Besançon face à Nice. Rentrées la veille du Monténégro, les Brestoises ont eu la bonne idée de se rendre le match facile grâce à une forte entame et n’ont ainsi pas eu à forcer leur talent contre la lanterne rouge de LFH. Dimanche, l’opposition montera certainement d’un cran lors du déplacement à Nice.

Jouer tous les trois jours n’est jamais bien simple et c’est le lot des Brestoises depuis deux semaines. Mais disputer une rencontre à la maison le lendemain d’un long déplacement dans les Balkans accentue encore la difficulté. Défaites d’un tout petit but dimanche en Ligue des Champions à Podgorica, les Rebelles n’ont ainsi eu que 24 heures pour « préparer » ce match de LFH. En recevant le dernier de la classe, Saint-Amand, il s’agissait alors de ne pas se prendre les pieds dans le tapis, de faire tourner l’effectif en vue des prochaines échéances et d’éviter les blessures. Le programme a été respecté à la lettre et c’est donc un succès tranquille que le BBH est allé chercher au bout d’une rencontre dont le sort était déjà plié à la pause (+10).

« Je suis content des joueuses parce qu’elles ont mis un bon état d’esprit et de l’allant, annonçait en préambule Laurent Bezeau. Ce n’est jamais simple avec la différence de niveau mais elles ont respecté le jeu et l’adversaire. Ça nous permet de rester sur une belle dynamique ». Dire que les Brestoises ont su se faciliter la vie dans les premières minutes est plutôt juste car il ne fallait pas attendre plus de 15 minutes pour voir déjà un bel écart au tableau d’affichage (10-5, 14e). Alicia Toublanc, récemment prolongée de deux ans, était entre autres passée par là et avait offert un joli récital sur son aile droite. Décidées à ne pas faire traîner les choses, les filles ne se contentaient pas de ça et Marie Prouvensier ou Marion Limal prenaient la suite pour alimenter la marque pendant qu’Agathe Quiniou se régalait dans les buts. L’écart ne pouvait ainsi que gonfler de belle manière juste avant le repos (20-10, 30e).

« On était partis 4 jours pour affronter Buducnost alors il fallait faire des rotations, poursuivait Laurent Bezeau. Des joueuses avec moins de temps de jeu d’habitude ont su répondre présent. Je pense à Agathe (Quiniou) qui a fait un match remarquable, à Alicia (Toublanc), à Marion (Limal). Ce n’est pas évident pour elles et pourtant elles sont super importantes dans notre groupe. Elles ont apporté ce qu’on attendait ». Saint-Amand de son côté n’était pas venu pour gagner et n’allait donc pas non plus se formaliser d’une première période dominée par son adversaire. « Quand on joue Brest, je crois qu’on est plutôt là pour travailler que pour obtenir un résultat, il ne faut pas se tromper d’objectif, résumait ainsi Florence Sauval. Nous, on essaye de gagner des points contre des adversaires directs puisque qu’on ne joue pas dans la même cour que le BBH. Ça s’est vu dans le rythme. Je vois que Brest évolue petit à petit et on s’aperçoit de la différence avec les matches de très haut niveau disputés en Ligue des Champions ».

Même si le sort était scellé à la pause, il fallait tout de même disputer les trente dernières minutes qui pouvaient représenter pour les deux formations une belle base de travail pour la suite. L’écart évoluait ainsi très peu, montant au maximum à 14 unités à l’entrée des dernières minutes (29-15, 52e) avant de redescendre sur la fin en raison d’un relâchement brestois et d’Amandinoises concernées jusqu’au bout. « J’avais dit aux filles de profiter en jouant ici, concluait Florence Sauval. Il y allait avoir un beau spectacle, une salle bien remplie, de l’ambiance et on avait l’occasion de s’exprimer face à une équipe qui joue le haut de tableau, les titres et la Ligue des Champions. Ça ne pouvait que nous servir en terme d’expérience ».

Pour Laurent Bezeau, détendu à la fin des débats, la mission avait été accomplie par ses joueuses et l’essentiel était bien là : « Par le passé, on s’était déjà pris les pieds dans le tapis contre des équipes plus faibles mais là on a su faire la différence d’entrée, on a montré de la qualité dans le jeu, c’était précieux ». Comme les quatre jours dont vont maintenant disposer les Brestoises avant d’aller défier Nice dimanche sur la Côte d’Azur. Tout s’enchaîne très vite.

BREST – SAINT-AMAND : 33-22 (20-10)
BREST : Idéhn (g.), Quiniou (g.), Mauny (2), Toublanc (6), Tissier (1), Gros (6), Pineau (1), Copy (1), Prouvensier (5), Pop-Lazic (2), Stoiljkovic (3), Bak (3), Limal (3), Mangué. Entraîneur : L. Bezeau.
SAINT-AMAND : Martins (g.), Saibou (g.), Vautier (1), Danshina (3), Bellonnet (2), Surmély (2), Dias Minto (1), Malina (1), Dias (1), Dewez, Filipovic (3), Le Bihan, Ngo Leyi (8). Entraîneure : F. Sauval.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)