BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

12.10.19 | Trente minutes dantesques

Sur la base d’un premier acte époustouflant, le Brest Bretagne Handball s’est largement imposé face à Valcea (37-24). Irrésistibles dès l’entame de la partie, les Rebelles avaient quasiment tué tout suspense à la pause en étouffant l’attaque impuissante des Roumaines et en trouvant la mire avec beaucoup d’à-propos. Après l’exploit à Buducnost, c’est donc un second gros coup qu’a frappé le BBH dans une compétition dont il semble avoir pris la mesure.

Buducnost n’était donc pas qu’un coup d’un soir. Une semaine tout juste après avoir maté les Monténégrines dans leur antre, les Brestoises ont remis ça face à Valcea. Et si le succès dans les Balkans s’était dessiné dans le dernier quart d’heure, il a cette fois pointé le bout de son nez dès les premières minutes d’un match sur lequel le BBH aura marché. « Je félicite Brest,c’est une victoire méritée, débriefait Florentin Pera, le coach roumain. Elle confirme celle de la semaine passée ». Un peu hagard, le technicien venait comme sa formation de prendre un gros coup sur la tête, le premier de la saison pour ce club champion en titre dans son pays, invaincu donc, et déjà vainqueur du CSM Bucarest à deux reprises depuis le mois d’août (Supercoupe de Roumanie et championnat).

« Valcea n’a pas évolué à son niveau, relativisait Laurent Bezeau. Mais sans doute qu’on a fait déjouer cette équipe. En tout cas, je savoure l’instant parce que dès demain on doit tout remettre sur l’établi. Le chemin est encore long ».
Personne ne pourra contredire les propos du coach du BBH mais nul doute que voir son équipe aujourd’hui à neuf victoires en neuf rencontres, toutes compétitions confondues, ne peut que lui rendre la vie belle et sereine. « Je suis très heureux et fier de mes joueuses, lâchait-il encore. C’est vraiment un bonheur absolu et devant ce public, c’est extraordinaire ».

Avec dix buteuses différentes durant le premier acte, c’est forcément un collectif remarquable qui est ce soir à mettre en avant. À +17 après seulement 34 minutes de jeu (26-9), c’est un euphémisme de dire que tout (ou presque) a fonctionné pour des Brestoises investies comme jamais. « Tout nous a gênées dans ce match, avouait l’arrière droite espagnole de Valcea, Mireya Gonzalez. On n’a pas fait ce que l’on voulait faire. Mais on a seulement été surprises par notre niveau, pas celui de Brest ». Même son de cloche du côté de son coach pour qui les trente premières minutes avaient toujours un goût amer. « C’est la pire mi-temps depuis que je suis entraîneur de cette équipe, ruminait-il. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. On a fait beaucoup d’erreurs individuelles, le repli ne fonctionnait pas et on leur a rendu le match facile ».

Un résumé qui tient la route et donne un sens à tout ce que l’on a pu observer lorsque le BBH marchait sur l’eau. Avec une Sandra Toft très inspirée dans sa cage, une défense insatiable et de belles inspirations en attaque, il devenait difficile de concurrencer une formation à qui tout souriait. Même les deux temps morts roumains n’y faisaient rien, l’écart enflait à vue d’œil (9-5, 15e ; 15-5, 22e ; 22-9, 30e). « On savait que Valcea était une équipe hargneuse qui défendait super bien, racontait Coralie Lassource. On a beaucoup travaillé pour préparer ce match et au final on a vu que tout ce que l'on faisait fonctionnait. Ça les a sans doute démotivées ».

Avec un score à la pause quasi-identique à celui de Bourg-de-Péage mercredi, certains se pinçaient certainement dans les tribunes mais ce groupe semble avoir des ressources inépuisables. « On voulait confirmer pour nous, poursuivait la capitaine du BBH. On est une équipe avec un esprit très marqué. On ne parle pas beaucoup, on est discrètes, mais à l’intérieur on est très fortes. Il faut maintenant rester focus et ne pas se satisfaire de ces deux bons résultats en Ligue des Champions. On veut aller le plus loin possible et pour ça on doit encore travailler ».

Pour cela, Laurent Bezeau dispose d’un groupe large avec lequel il peut pianoter à sa guise en fonction des scénarios. Durant la seconde période, davantage en gestion, il a aussi pleinement pu ouvrir son banc pour que tout le monde participe à la fête, une façon certainement de remercier toutes les filles pour leur état d’esprit impeccable. « On bosse, on fait preuve d’humilité et on sait où on veut aller, assurait-il après la rencontre. On ne prétend rien du tout mais c’est une aventure humaine et on veut prendre du plaisir. Chacune des filles est importante dans son domaine. Il y a ce qu'il se passe sur le terrain mais aussi en dehors et je vois qu’elles savent ce qu’elles veulent. On a des grandes dames. Mais on verra si nos fondations sont solides quand on sera dans la tempête. Aujourd’hui, je pense en tout cas qu’on est à 70% de nos capacités ». Avec 108 buts inscrits en une semaine, les 30% qui restent font déjà saliver…

BREST – VALCEA : 37-24 (22-9)
BREST : Toft (g.), Fontaine-Carretero (g.), Quiniou (g.), Mauny (1), Toublanc (3), Tissier, Le Hir (1), Gros (4), Kobylinska (3), Lassource (3), Minevskaja, Niakaté (6), Pop-Lazic (6), Foppa (4), Coatanéa (2), Mangué (4). Entraîneur : L. Bezeau.
VALCEA : Dumanska (g.), Ciuca (g.), Batinovic (g.), Da Silva (2), El Ghaoui (4), Adespii, Lopez (1), Norgaard (9), Florica, Glibko (2), Fernandez (2), Zamfirescu, Liscevic, Badea (2), Savu, Gonzalez (2). Entraîneur : F. Pera.


(crédit photos : O.Stephan/BBH)