BREST Bretagne Handball : le club de handball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

12.09.18 | Une reprise foudroyante !

Enquiquiné durant la première période par un collectif nantais bien en place, le Brest Bretagne Handball a scellé le match en un petit quart d’heure au retour des vestiaires. Derrière une Constance Mauny étincelante et intenable sur son aile gauche, les Brestoises ont su décoller définitivement en quelques minutes le chewing-gum ligérien pour se payer une fin de match toute en gestion (24-18). Les voilà nanties d’une quatrième victoire en autant de matches avant un déplacement dans le Nord samedi pour y affronter la lanterne rouge Saint-Amand.

Au rayon des matches attendus, celui contre Nantes avait vite été coché dans le vestiaire brestois. Les circonstances avant la rencontre n’étaient peut-être pas celles espérées mais après trois « promenades » pour démarrer le championnat, l’impatience était palpable de se frotter à un gros morceau. « C’est un match référent pour la LFH entre une équipe dite favorite pour le titre et une autre plus qu’outsider, acquiesçait d’entrée Laurent Bezeau. De notre côté, on avait très bien commencé la compétition et on ne voulait surtout pas repartir en arrière. En face, Nantes avait fait une très belle préparation mais avait eu du mal à démarré son championnat ».

Une équipe en difficulté, une autre qui n’avait pas encore trop connu d’opposition, est-ce que tout cela pouvait ainsi justifier des premiers échanges hachés, manquant de rythme et balisés de pertes de balle ? Sans doute. On eu ainsi du mal à reconnaître le jeu offensif brestois qui peinait à trouver la faille face à une Attingre déjà bouillante (3-4, 10e). Marta Mangué et Bella Gulldén sur 7 mètres tenaient la baraque mais dans le camp nantais, on n’était pas loin de creuser un bel écart grâce notamment à une Ayglon-Saurina plutôt inspirée (5-7, 13e).

Le premier tournant allait intervenir dans les deux minutes précédant les citrons durant lesquelles le BBH profitait de deux bêtises nantaises pour prendre le commandement (10-9, 30e). « On arrive à ce score avec de la réussite, confirmait Laurent Bezeau. Et ça a été je pense un déclencheur pour la suite. Cela dit, on sentait que progressivement notre défense était en train de prendre le dessus ». Côté Fred Bougeant, on n’en pensait finalement pas moins : « La fin de première ne nous a pas aidés à atteindre la pause avec de la sérénité. Il y a déjà suffisamment de stress et d’émotion à gérer dans un tel match qu’on aimerait pouvoir s’épargner cela. On est ensuite restés longtemps aux vestiaires parce que j’ai une équipe qui a besoin de recevoir beaucoup de consignes. Au final, on aura raté notre fin de première mi-temps dans les rotations et le début de la deuxième dans le rythme ».

Car effectivement, le second instant charnière allait vite se présenter à un public de l’Arena qui n’attendait que cela pour s’enflammer. D’un coup de baguette magique et de coups d’éclat de son ailière gauche Constance Mauny (5 buts en 10 minutes), le BBH s’envolait au score (16-10, 43e). Tout avait changé. « On passe à cet écart de manière un peu bizarre, avouait Laurent Bezeau. Mais on était bien en place et Cléo a commencé à faire des arrêts, devenant ainsi une vraie rampe de lancement pour Constance ». Il restait alors un gros quart d’heure à jouer mais il devenait difficile d’imaginer les Nantaises revenir aux affaires après cet énorme coup sur la tête. « Depuis le début de saison, on a souvent eu une équipe à deux visages, poursuivait Fred Bougeant. Et il ne fallait pas plus que cette reprise ratée pour une équipe expérimentée comme Brest qui a su ensuite nous laisser à distance tranquillement. Pour battre les Brestoises, il faut arriver dans les 5 ou 6 dernières minutes en les regardant en face pour leur donner la peur de perdre à domicile. Mais si tu craques avant, elles ont la main sur le match et c’est fini ».

Si le technicien du NAHB semblait fataliste, celui du BBH savourait lui une soirée plutôt réussie : « C’est quand même intéressant d’arriver à gagner ce match avec une attaque balbutiante. On est en mouvement, on ne doit pas s’arrêter. On a des joueuses expérimentées qui connaissent le handball, qui ont une science du jeu. Quand on joue tous les trois jours, on ne peut plus s’entraîner et je ne peux donc plus trop agir donc il faut que les filles s’approprient les choses. C’est clair en tout cas qu’on a beaucoup plus d’alternatives ». Pas du luxe pour la suite car le rythme n’est pas prêt de baisser. D’ailleurs dès vendredi, c’est direction le Nord pour tout le monde pour y affronter Saint-Amand le lendemain. L’aventure continue !

BREST – NANTES : 24-18 (10-9)
BREST : Darleux (g., 8 arrêts), Idéhn (g.), Mauny (7), Tissier (1), Gros (3), Pineau (2), Copy (1), Gulldén (2), Pop-Lazic (4), Stoiljkovic, Manach-Le Calvé, Coatanéa (1), Limal, Mangué (3). Entraîneur : L. Bezeau.
NANTES : Gabriel (g.), Attingre (g.), Lignières (1), Boutrouille, Mandret, Ayglon-Saurina (4), Dancette (1), Niakaté (1), Chesneau, Baudouin (1), Gomes (2), Escribano (1), Barbosa (4), Ekoh (3). Entraîneur : F. Bougeant.


(crédit photos : Gauthier Le Roux / BBH)