BREST Bretagne Handball : le club de hand ball féminin de la pointe de Bretagne.

BREST Bretagne HANDBALL

11.03.17 | Les Brestoises sortent du bal

Le Brest Bretagne Handball a dit au revoir à la Coupe d’Europe ce samedi en s’inclinant pour la deuxième fois en une semaine face à Rostov. Battues par plus fortes qu’elles, les Brestoises n’ont pas à rougir de cette élimination et pourront déjà noter que le premier parcours continental du BBH aura été une réussite avec une place dans le top 8 de la Coupe EHF. Il leur reste maintenant deux lièvres à courir en championnat et en Coupe de France. Les prochaines semaines apporteront rapidement un verdict.

À l’issue du match aller à l’Arena, les Brestoises n’avaient pas forcément caché que la mission, si elle n’est jamais impossible en sport, allait s’avérer très compliquée une semaine plus tard en terre russe. Défaites de cinq buts dans le Finistère, les filles de Laurent Bezeau ne pouvaient cependant pas galvauder ce rendez-vous face à un grand d’Europe. « Se faire sortir par Rostov en quart de finale, ce n’est pas infamant, lançait ce samedi le coach brestois après la rencontre. Je pense qu’on a perdu une prétention à quelque chose chez nous après avoir égalisé à 14-14 à l’aller, c’est peut-être là qu’on a laissé passer la qualification. Mais c’est vrai aussi qu’aujourd’hui, Rostov n’a pas été très bon en début de match et on avait même eu la chance de voir que leur star gauchère Vyakhireva n’était pas sur le terrain. Je me suis dit qu’il y avait peut-être un coup à jouer. Mais on s’est rendu compte très vite que si on ne met pas plus de cohérence, c’est compliqué ».

Les vingt premières minutes brestoises permirent en effet d’accrocher le leader de la Super League russe (6-6, 19e) mais le premier gros coup d’accélérateur initié par Rodrigues et Barbosa envoya tout de suite le collectif breton dans les cordes (13-8, 30e). « On a essayé de prendre des risques sur jeu rapide mais on a connu quelques échecs et c’est pour ça que c’est allé aussi vite dans l’autre sens » expliquait Cléopatre Darleux. Face à des Russes plus féroces en défense que la semaine précédente, les erreurs brestoises revinrent comme des boomerangs sur le but de la gardienne du BBH. « On avait placé la semaine sur le thème du travail défensif parce que je n’était pas content de ce secteur en première mi-temps à Brest, avançait Fred Bougeant. C’était plus solide aujourd’hui. Idem pour le rythme et on a réussi à donner du temps de jeu à tout le monde, c’est important quand on est engagés sur toutes les compétitions. Ce n’est jamais simple de gérer une équipe comme celle-là avec autant de talents, tu peux vite tomber dans la facilité ».

Ce piège-là, Rostov n’y a pas succombé, plaçant un deuxième coup brutal à des Brestoises sonnées juste après le repos. En une dizaine de minutes, l’écart passait à +10 et l’hémorragie pouvait inquiéter (22-12, 42e). « C’est une équipe qui est vraiment au-dessus de nous, avouait sans sourciller Laurent Bezeau. Il y a un monde d’écart. L’intensité n’est pas la même, c’est clair. Dès qu’on fait une erreur, on est châtiés et quand c’est à nous d’en profiter, on perd les ballons… On a connu trop d’imprécisions et d’erreurs individuelles face à une formation qui n’en commet presque pas ».

Les Brestoises auront au moins eu le mérite de ne pas totalement sombrer quand l’amplitude du score pouvait le laisser craindre. Le rapproché à -6 (23-17, 51e) donnait un peu plus d’allure à cette dernière sortie continentale de la saison. « On n’avait pas forcément peur, on avait vraiment juste envie de faire un bon match et de progresser dans quelques secteurs, relatait Cléo Darleux. On est forcément un peu tristes d’être éliminées parce que cette Coupe d’Europe nous apportait un peu d’air frais quand on partait en déplacement. Je suis quand même fière de notre parcours, pour une première c’est super pour le club et ça nous donne envie d’y retourner la saison prochaine ».

Pour cela, il faudra encore cravacher d’ici la fin de l’exercice 2016/2017 avec donc une source de fatigue en moins. « Peut-être que ça va effectivement nous permettre d’être mieux en championnat parce que pour le moment, ce n’est pas glorieux, concluait Laurent Bezeau. En Coupe d’Europe, le bilan est tout de même très positif parce qu’en début de saison, l’objectif était de se qualifier pour la phase de poules. On y est arrivés, et heureusement avec l’’effectif qu’on avait. Aller en quart, c’était un plus. On a eu la malchance de tomber contre Rostov. Je vois en tout cas que si on veut prétendre à autre chose en Coupe d’Europe, il y a des étapes importantes à franchir. On est en pleine phase d’apprentissage ». Et les cours accélérés reprendront dès le mercredi 22 mars avec la réception du champion de France en titre, Metz, à l’Arena.

ROSTOV – BREST : 28-19 (13-8)
ROSTOV : Lunde (g.), Mekhdieva (g.), Slivinskaya, Managarova (5), Petrova (1), Sen (2), Rodrigues (3), Bashkirova, Bobrovnikova (3), Makeeva (2), Chernoivanenko, Dembélé (3), Ilina (2), Grigel, Barbosa (5), Borshchenko (2). Entraîneur : F. Bougeant.
BREST : Darleux (g.), Adelin (g.), Toublanc (2), Tissier (2), Geiger (2), Durand (1), Le Hir (1), Copy (1), N’Gouan (1), Pineau (1), Iziquel (1), Prouvensier (2), Tizi-Sadki, Limal (4), Desgrolard, Mangué (1). Entraîneur : L. Bezeau.